Japon – Mercredi 30/12/2020 – energiesdelamer.eu. La Rédaction poursuit son tour du monde de pays clefs qui ont choisi une stratégie de développement de l’hydrogène lié en partie aux parcs éoliens en mer.

Après avoir été à plusieurs reprises épinglé par les associations environnementales pour ses investissements dans les centrales à charbon, le Japon a souhaité atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. C’est ainsi que le 26 octobre dernier,  le METI – Ministry of Economy, Trade and Industry a dévoilé une feuille de route pour parvenir à son objectif de neutralité carbone d’ici à 2050. Cette communication s’est déroulée après avoir organisé la semaine «Beyond-Zero» de Tokyo composée de six grandes conférences internationales entre le 7 et le 14 octobre 2020*.

L’archipel compte augmenter la part des énergies renouvelables, en misant notamment sur l’éolien en mer.

Coup d’œil  sur le Japon.

C’est la première fois que le Japon – troisième économie mondiale dont la production d’énergie dépend lourdement des énergies fossiles – détaille son plan pour atteindre la neutralité carbone.

Publiée sur le site du Ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie en octobre 2020, sa « stratégie de croissance verte » entend hisser la part des énergies renouvelables à 50 %, voire à 60 %, d’ici à 2050. Le gouvernement nippon, comme l’a annoncé le Premier ministre Yoshihide Suga, table également sur 30 à 40 % d’approvisionnement en électricité par les centrales nucléaires et thermiques. Les 10 % restants seraient produits à partir d’hydrogène – qui devrait passer à 20 millions de tonnes – et d’ammoniac.

Dans ce rapport, le Japon estime que sa consommation nationale d’électricité devrait augmenter de 30 à 50% d’ici 2050. Pour faire face à cette demande, le gouvernement souhaite notamment développer l’éolien en mer, avec un objectif de production de 45 GW d’ici à 2040. Un bond gigantesque en comparaison au 0,02 GW actuel !

Par ailleurs, le rapport invite à des dépenses publiques importantes pour subventionner et encourager la réduction des émissions liées à l’industrie, et détaille la croissance économique potentielle liée à cette décarbonisation. Il désigne ainsi 14 secteurs clés, à savoir : l’éolien offshore, l’ammoniac, l’hydrogène, et le nucléaire, donc, mais aussi l’automobile, le transport maritime, le transport aérien, les semi-conducteurs, la logistique, l’agriculture, le recyclage du carbone, le recyclage de l’énergie, le logement, sans oublier le mode de vie des individus.

Pour atteindre une société « neutre en carbone, il faut non seulement que l’industrie, mais aussi tout le Japon fasse de son mieux, y compris le secteur public et les citoyens », affirme le porte-parole du gouvernement Katsunobu Kato.

 

Dossier hydrogène publié le 04/01/2020 sur le site de  la Direction générale du Trésor du ministère de l’économie, des finances et de la relance, rédigé par le SER (service économique régional de Tokyo) sur la mobilité  https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/2020/01/04/dossier-hydrogene-japon-bref-historique-de-l-hydrogene-au-japon

 

Tokyo “Beyond-Zero” Week: from October 7 to 14, 2020

Led by Kajiyama Hiroshi, Japan’s Minister of Economy Trade & Industry (METI), participants are set to include ministerial-level government representatives from the United States, Europe, Saudi Arabia and Qatar, Dr. Fatih Birol, Executive Director of the International Energy Agency (IEA), leaders from national research institutes, as well as leading innovators from academia and industry.

  • Innovation for Cool Earth Forum (ICEF) 2020: October 7 and 8
  • Research and Development 20 for Clean Energy Technologies (RD20): October 9
  • Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) Summit 2020: October 9
  • Ninth LNG Producer-Consumer Conference: October 12
  • Second International Conference on Carbon Recycling 2020: October 13
  • Hydrogen Energy Ministerial Meeting: October 14

POINTS DE REPÈRE


Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.