France – Mardi 01/12/2020 – energiesdelamer.eu. Le 25 novembre dernier, à l’occasion de leur assemblée générale, les élus de la CCI Bretagne présidée par Jean François Garrec ont voté, à l’unanimité, une motion de soutien en faveur du projet éolien de la Baie de Saint-Brieuc d’Ailes Marines.

Alors, qu’Ailes Marines est encore en attente des jugements sur deux recours l’un porté  devant le Conseil d’État, par rapport à l’autorisation de travaux au titre de la Loi sur l’eau, l’autre, devant la Cour européenne de justice à propos de l’aide publique accordée à ce projet (4,7 milliards d’euros sur vingt ans) et approuvée par la Commission européenne, la CCI Bretagne apporte son soutien au projet. Le dernier recours est porté par des associations de pêcheurs, il concerne tous les parcs éoliens du premier appel d’offres, lancé par l’État, en 2011.

La Lettre Economique de Bretagne mentionne que «dans le contexte actuel, les CCI de Bretagne apportent aujourd’hui leur plein soutien à ce projet et regrette que différentes divergentes retardent le projet. Aujourd’hui, soit près de 10 ans après le lancement du projet, le parc n’est toujours pas en activité, ce qui est très regrettable alors que toutes les validations juridiques ont été obtenues.

En France, et singulièrement en Bretagne, les projets éoliens se voient opposer procédure sur procédure ; à chaque jugement est porté un recours, dans une spirale sans fin. Les mêmes argumentations peuvent être reprises devant les mêmes instances par différents lobbys. Ceux-ci dénient l’intérêt général qui a prévalu aux décisions de l’Etat en faveur de la création de ce parc éolien : la réduction des émissions carbonées pour la production d’énergie, la fin de la fragilité énergétique de la Bretagne, touchant ses habitants comme ses entreprises, la création d’emplois en Bretagne au sein d’une filière d’avenir.

Dans cette perspective, le port de Brest (géré par la Région Bretagne) a bénéficié d’importants investissements publics pour accueillir des activités industrielles et logistiques qui serviront le projet de la baie de Saint Brieuc et ceux qui, posés ou flottants, émergeront par la suite en Manche et Atlantique nord. Sur le site portuaire, 250 emplois peuvent être créés pour produire les supports des éoliennes costarmoricaines. D’autres suivront pour la mise en place du parc. Des sessions de formation sont prévues pour faciliter l’embauche des personnels dédiés à la fabrication des éoliennes, leur assemblage, leur pose et leur maintenance. Encore actuellement, des voix réclament l’abandon du projet, sur des motifs erronés et au mépris des intérêts des Bretonnes et Bretons, de leurs emplois et de la transition environnementale de notre territoire.

Aussi, la CCI Bretagne exprime sans réserve son soutien au consortium Ailes Marines pour que se concrétise la réalisation du parc éolien en baie de Saint Brieuc et demande à l’Etat d’éclaircir définitivement les conditions de cet investissement contribuant au développement durable de la Bretagne ».

 

POINTS DE REPÈRE

21/10/2020 – Parc en mer de Saint Brieuc : Planification maritime, éolien en mer posé, pêche, Je t’aime moi non plus ! A la suite d’une montée en charge de deux armateurs hauturiers basés sur le territoire de la Baie de Saint Brieuc, la guerre des communiqués a repris entre le Comité départemental des pêches des Côtes d’Armor et Ailes Marines-filiale d’Iberdrola, à propos du parc en mer de Saint-Brieuc. energiesdelamer.eu fait un point général sur les différentes positions des élus, des pêcheurs et d’Ailes marines, opérateur du parc en mer de Saint-Brieuc, filiale d’Iberdrola.

 

 


Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.