France – Vendredi 30/10/2020 – energiesdelamer.eu. Lors de l’université été e5t qui vient de se dérouler à La Rochelle, la Fondation  e5t a annoncé souhaiter créer un « club recherche e5t ». energiesdelamer.eu, partenaire média de l’université d’été, a proposé à Éric Vernier[1] et L’Hocine Houanti[2] qui animaient la table ronde consacrée au rôle de la recherche scientifique dans la construction de ce monde post-carbone d’en rédiger le compte rendu. Les points de repère sont de la Rédaction.

Les intervenants étaient Joël Jacquet[3] et Nicolas Malhéné[4] de l’école d’ingénieurs de la Rochelle EIGSI pour les sciences dures, des chercheurs en sciences humaines au sein de l’école de commerce Excelia, Vincent Helfrich[5] et Thibault Cuenoud[6], et François Soulet de Brugière[7], expert du commerce international et du transport maritime.

Les chercheurs en sciences de l’ingénieur ont mis en avant les innovations de processus et les évolutions techniques et technologiques, à la fois dans la mobilité : batteries, moteurs, énergies propres, et aussi dans le bâtiment durable (maison connectée, autoconsommation énergétique…). Les chercheurs et les étudiants travaillent depuis de nombreuses années dans le cadre de projets de recherche, des cours et des mémoires sur ces questions. Ils ont pu aborder des expérimentations comme les enjeux logistiques du dernier kilomètre lors de la livraison de marchandises qui est malheureusement extrêmement carboné. Ce dernier kilomètre peut en effet dégager autant de CO2 que le parcours maritime Chine-Europe. Ils ont pu aussi expliquer les contraintes organisationnelles qu’il pouvait y avoir entre les expérimentations qu’ils avaient menées avec de grands groupes industriels et la commercialisation de ces mêmes réalisations (le grand public n’étant pas toujours au rendez-vous). L’échec peut ainsi provenir de considérations financières, commerciales ou marketing plutôt que de contraintes purement techniques. Le pont nécessaire entre sciences « dures » et sciences « molles » apparaît ici pleinement.

Le territoire de La Rochelle entend diviser par deux l’empreinte carbone dès 2030 pour atteindre la neutralité en 2040 et ainsi devenir le premier territoire urbain littoral français zéro carbone. Le plan hydrogène va-t-il stimuler ce développement ? Le 8 septembre dernier, le gouvernement a annoncé un plan de relance de 100 milliards d’euros, dont 7 milliards d’ici 2030 (dont 2 milliards d’ici 2022) consacrés au développement de la filière hydrogène. Le transport routier fait partie des secteurs concernés par ce projet. Cette thématique avait été présentée lors de l’université d’hiver e5t à Dunkerque et en quelques mois des avancées peuvent déjà être mesurées Ndlr.

Aussi, les interventions des chercheurs en sciences humaines ont mis l’accent sur les aspects humains et managériaux qui accompagnent la mise en œuvre et la construction d’une acceptabilité de toutes ces innovations. La sociologie des sciences peut aider à comprendre les velléités et les enjeux portés par certains acteurs. La recherche en management peut, quant à elle, identifier les structurations organisationnelles qui favorisent la créativité et l’innovation ou les outils marketing pour accompagner les changements. La transition énergétique et durable induit déjà des modifications comportementales fortes. Il devient nécessaire de mieux comprendre les éléments bloquants à travers une démarche de conscientisation des citoyens. Cette compréhension viendra alors enrichir la créativité, l’innovation et les outils marketing dans l’accompagnement de ces changements.

François Soulet de Brugière a expliqué l’impact que pourrait avoir toutes ces innovations sur l’activité des opérateurs économiques avec un focus sur le transport maritime. Ainsi, la question du choix d’un carburant le plus propre possible bouleverse complétement les systèmes de motorisation des navires et peut engendrer des investissements faramineux dans certains cas. Il a abordé la volonté du monde du transport maritime de modifier ses pratiques qui se traduit par des besoins d’innovations à la fois techniques, managériales et humaines pour y arriver, alors que la réduction de l’intensité carbone du transport maritime international de 40 % à l’horizon 2030 est en cours, mais n’a pas été au rendez-vous de la dernière réunion de l’OMI a regretté il y a dix jours, Annick Girardin ministre de la mer Ndlr.

Un consensus s’est dégagé de ces échanges sur l’importance de la recherche interdisciplinaire et transdisciplinaire, pour faire avancer les multiples problématiques liées à la transition énergétique et à la construction d’un monde post-carbone. Il met l’accent sur la nécessaire complémentarité entre les recherches dans les sciences « dures » et les sciences humaines pour appréhender l’ensemble du sujet.

La table ronde a été clôturée avec l’annonce de la création du « club recherche e5t » qui réunira des chercheurs de plusieurs disciplines pour mener des travaux de recherche transdisciplinaires sur les transitions et l’innovation. L’intérêt d’une telle démarche réside dans la centralisation des travaux en cours dans les différentes institutions partenaires d’e5t (afin de réaliser un travail de veille régulier indispensable à la bonne connaissance des nouvelles pratiques énergétiques et technologiques).

Des recherches originales seront menées à travers l’interdisciplinarité souhaitée entre les sciences « dures » et les sciences humaines. Mais aussi et surtout de « capitaliser » sur l’expérience d’e5t qui, avec cette 8ème édition, s’inscrit désormais comme un élément central de la réflexion sur la transition énergétique auprès d’acteurs toujours plus nombreux.

Plusieurs projets sont déjà en cours de réflexion. La structure du club a été abordée. La constitution d’un comité de pilotage d’acteurs de terrain viendra expliquer les enjeux « opérationnels » d’une transition post-carbone en cours. Parallèlement, un comité scientifique sera instauré avec des chercheurs spécialisés sur les thématiques abordées régulièrement par e5t.

 

[1] Maitre de conférences HDR, ISCID-CO/ULCO, vice-président e5t en charge des relations avec la recherche et l’enseignement supérieur, directeur de la chaire Commerce, Echanges & Risques internationaux.

[2] Professeur associé, EM Normandie Business School, vice-président e5t.

[3] Directeur de la Recherche, EIGSI, vice-président e5t.

[4] Enseignant-chercheur, EIGSI.

[5] Professeur associé HDR, Excelia Business School.

[6] Professeur associé, Excelia Business School, président de j’adopteunprojet.com.

[7] Ex-président de l’Union des Ports de France, expert des transports maritimes.

 Photo © Port La Rochelle

POINTS DE REPERE

26/10/2020 –Annick Girardin ministre de la mer déplore que les résultats obtenus, « ne soient pas à la hauteur des attentes de la France car il ne garantit pas l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat ni de la  stratégie de l’OMI ». 

30/03/2020 – « Ports et transport maritime : Nouvelles routes – Nouvelles énergies » évoque l’étendue des échanges et la richesse des problématiques qui ont été traités lors de l’université d’Hiver de Dunkerque. 

energiesdelamer.eu a mis à disposition des intervenants les deux trimestriels MerVeille Energie dédiés aux secteurs des énergies renouvelables de la mer 

MerVeille Energie #2 – Energies Marines, un océan de recherche (s) : une industrie et des chercheurs en action   et MerVeille Energie #3. L’année des flotteurs : Des territoires en mouvement

L’université d’été d’e5t, organisée par la Fondation e5t présidée par Myriam Maestroni, s’est tenue du 20 au 22 octobre 2020 à la Rochelle sur le thème « Nouveaux souffles, nouveaux horizons pour la construction d’un nouveau monde post-carbone ». La déléguée générale est Daiana Bosimoreau.

La veille était organisée sur le site rochelais de l’écoquartier Atlantech, une journée consacrée à la mesure de l’impact de la crise sanitaire sur l’activité économique de la région Nouvelle-Aquitaine, notamment à travers deux secteurs : le tourisme et la formation. Les différents mécanismes et innovations mis en place sur le territoire pour pallier les impacts de la crise et préparer l’avenir ont été présentés notamment avec des exemple de mobilité à l’hydrogène.

 

Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.