France – Mardi 29/09/2020 – energiesdelamer.eu. Le ministre de l’Economie, Bruno Lemaire, a présenté hier, lundi le projet de Loi de finances pour 2021 (PLF 2021). Hors Plan de relance, le budget du ministère de la Transition écologique (MTE) y apparait en hausse de 1,3 milliards d’euros par rapport à 2020, à 48,6 md€. Une hausse qui intéresse notamment les énergies renouvelables…  

Le budget est axé sur la relance de l’économie, et sur l’écologie et ce PLF s’accompagne d’un « budget vert » ; une première, a insisté le ministre.

La transition écologique récupère 15,4 md€, en hausse de 800 millions d’euros. Sur ce montant, 6,9 md€ vont directement aux énergies renouvelables en Métropole et dans les territoires d’Outre-mer, soit 1,5 md€ de plus que l’année précédente et hors soutien à la chaleur renouvelable géré par l’Ademe (bras armé de la transition écologique pour el MTE) et dont le budget de 350 M€ sera lui aussi augmenté, selon le MTE. Le détails est contenu dans une délibération de la Commission de régulation de l’énergie, qui date de juillet dernier, fixant les charges du service public de l’électricité. Pour 2021, comme les parcs offshore éolien ne sont toujours pas en service, aucune charge liée à ce poste n’est présente dans ce budget.

Le MTE ajoute qu’avec le Plan de relance, le budget de l’Ademe va changer d’échelle : «les engagements vont être multipliés par deux, à 1,4-1,5 md€». Concernant le transport, le budget 2021 est en hausse de 100 M€ à 7,8 md€, notamment consacrés au fret ferroviaire et aux mobilités partagées.

Un premier «budget vert»

Le PLF 2021 présente pour la première fois une cotation intégrale des dépenses selon leur impact environnemental, c’est la démarche de budgétisation verte ou de «budget vert», précise le document du ministère de l’Economie, qui signale que «la France est le premier pays au monde à réaliser cet exercice innovant de cotation à l’échelle du budget de l’État.»

Le «rapport sur l’impact environnemental de l’Etat», publié cette année avec le PLF, présente cette cotation des crédits budgétaires et dépenses fiscales pour 2021 au regard six objectifs environnementaux : «lutte contre le changement climatique ; adaptation au changement climatique et prévention des risques naturels ; gestion de la ressource en eau ; économie circulaire, déchets et prévention des risques technologiques ; lutte contre les pollutions et enfin biodiversité et protection des espaces naturels, agricoles et sylvicoles».

A ce budget du MTE, il faut ajouter le plan de relance de 30 milliards d’euros pour décarboner les secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre de notre économie :  11,5 md€ pour le développement de modes de transport moins polluants ; 1,2 md€ pour la transition agricole ; 6,7 md€ pour la rénovation écologique des bâtiments et 1,2 md€ pour la décarbonation de l’industrie. 

Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.