France – Mercredi 16/09/2020 – energiesdelamer.eu. Hier, ce 15 septembre était une véritable journée «Parc éolien en mer de Saint Nazaire». Elle a débuté par la sortie d’usine de la première nacelle de GE Renewable Energy pour le futur parc éolien en mer de Saint-Nazaire réalisé par EDF Renouvelables – Enbridge.

« Que de chemin parcouru ! C’est un moment que nous attendions depuis 2012, lorsque les premiers projets ont été lancés. Enfin, nous résolvons ce fameux paradoxe ! Ce pays qui a tous les plus grands atouts pour réussir dans l’éolien en mer, la plus grande façade maritime d’Europe, la plus grande ressource en vent offshore… enfin la France, dispose de sa première éolienne en mer et elle se tient devant vous aujourd’hui ! » Jérôme Pécresse n’a pas omis également de rappeler que « GE Renewable Energy est le premier acteur à avoir investi dans des usines d’assemblage d’éoliennes sur le territoire français ».

Son client, Bruno Bensasson, Directeur Exécutif du groupe EDF en charge du Pôle énergies renouvelables, était présent au nom du consortium EDF Renouvelables-Enbridge, et accompagné notamment par Cédric Le Bousse Directeur Energies Marines Renouvelables France, a ajouté : « Nous sommes très heureux de témoigner aujourd’hui de la concrétisation du chantier du premier parc éolien en mer en France, à travers la fabrication de sa première nacelle. Ce projet éolien au large de Saint Nazaire (dirigé par Olivier de La Laurencie), que nous portons depuis plusieurs années est avant tout celui d’une Région qui contribue grandement à la création d’une nouvelle filière industrielle française. Plus de 1000 habitants des Pays de la Loire vont ainsi participer à sa réalisation. Ce projet constitue une avancée significative pour le développement des énergies renouvelables en France. »  Ce dernier, dont la construction a été lancée il y a un an, sera constitué de 80 éoliennes espacées d’un kilomètre et situées entre 12 et 20 km des côtes. A sa mise en service en 2022, il produira l’équivalent de 20% de la consommation électrique de la Loire-Atlantique.

La nacelle qui contient la génératrice inaugurée hier, est la première de la série de 80 éoliennes Haliade 150-6 MW à être assemblée par GE Renewable Energy sur son site de production à Montoir-de-Bretagne pour le parc français de Saint-Nazaire. La nacelle comprend plus de 10 000 composants et 4000 références. Quatorze machines sont en cours de fabrication actuellement. L’objectif est de sortir une machine tous les 3,7 jours. Le temps de travail est organisé en 3 X 8, 5 jours sur 7. Quant aux pales de 73,50 m, elles viendront de l’usine LM Wind Power basée à Castellón en Espagne, filiale de GE.

En France, 500 employés de GE Renewable Energy participeront à la réalisation de ce premier parc éolien en mer français, dont 400 d’ici la fin de l’année 2020 dans l’usine d’assemblage des nacelles de Montoir-de-Bretagne, mais également à Nantes avec les ressources du bureau de GE (ingénierie, achats, qualité, services) qui emploie à ce jour plus de 200 personnes.

Pour l’assemblage, compte tenu des fluctuations de la charge de travail en 2019, le responsable des ressources humaines a dû engager pour l’usine depuis la mise en production le 6 avril dernier, plus de 250 salariés, ouvriers et techniciens. Actuellement 350 salariés, dont 30% de femmes constituent les effectifs, avec des prévisions d’arriver à 400 salariés d’ici fin 2020, dont 110 CDI et 40 CDD, le reste du personnel étant soit des intérimaires soit du personnel mis à disposition.

La rupture de charge

Après la fourniture de 66 nacelles Haliade 150-6MW pour le parc éolien en mer Merkur de 396 MW, situé en Allemagne, il a fallu attendre la levée des recours sur les parcs éoliens en mer français d’EDF Renouvelables (Saint-Nazaire, Fécamp et Courseulles), ce qui a provoqué une rupture de charge et a entrainé un changement de stratégie avec le lancement de  la production de deux prototypes de l’Haliade X12.

Les états-majors des acteurs industriels, dont les Chantiers de l’Atlantique avec Laurent Castaing et Frédérick Grizaud, qui construit la sous-station, et des institutionnels étaient présents ; Michel Bergue sous-préfet de la Loire Atlantique représentant l’Etat, la Région, le département, la Ville de Nantes, David Samzun maire et président de la communauté d’agglomération de Saint Nazaire, Jean-Claude Pelleteur maire de Pornichet et président du groupe SMC (Société de mécanique et de chaudronnerie), Arnaud Leroy président de l’ADEME… Tous, accueillis par Jérôme Pécresse président de GE et les équipes de l’usine de Montoir, ont pu visiter l’usine d’assemblage.

A suivre : RTE tire les câbles ! Partie 2

POINTS DE REPÈRE

General Electric dans le Business Directory

 

22/07/2019 – energiesdelamer.eu. GE Renewable Energy a dévoilé aujourd’hui, sur son site de production de Saint-Nazaire (France), la première turbine de l’éolienne en mer, l’Haliade-X 12 MW.

Haliade-X 12 vue du ciel de Saint-Nazaire

France – Mercredi 16/09/2020 – energiesdelamer.eu. Hier, ce 15 septembre était une véritable journée «Parc éolien en mer de Saint Nazaire». Elle a débuté par la sortie d’usine de la première nacelle de GE Renewable Energy pour le futur parc éolien en mer de Saint-Nazaire réalisé par EDF Renouvelables – Enbridge.

« Que de chemin parcouru ! C’est un moment que nous attendions depuis 2012, lorsque les premiers projets ont été lancés. Enfin, nous résolvons ce fameux paradoxe ! Ce pays qui a tous les plus grands atouts pour réussir dans l’éolien en mer, la plus grande façade maritime d’Europe, la plus grande ressource en vent offshore… enfin la France, dispose de sa première éolienne en mer et elle se tient devant vous aujourd’hui ! » Jérôme Pécresse n’a pas omis également de rappeler que « GE Renewable Energy est le premier acteur à avoir investi dans des usines d’assemblage d’éoliennes sur le territoire français ».

Son client, Bruno Bensasson, Directeur Exécutif du groupe EDF en charge du Pôle énergies renouvelables, était présent au nom du consortium EDF Renouvelables-Enbridge, et accompagné notamment par Cédric Le Bousse Directeur Energies Marines Renouvelables France, a ajouté : « Nous sommes très heureux de témoigner aujourd’hui de la concrétisation du chantier du premier parc éolien en mer en France, à travers la fabrication de sa première nacelle. Ce projet éolien au large de Saint Nazaire (dirigé par Olivier de La Laurencie), que nous portons depuis plusieurs années est avant tout celui d’une Région qui contribue grandement à la création d’une nouvelle filière industrielle française. Plus de 1000 habitants des Pays de la Loire vont ainsi participer à sa réalisation. Ce projet constitue une avancée significative pour le développement des énergies renouvelables en France. »  Ce dernier, dont la construction a été lancée il y a un an, sera constitué de 80 éoliennes espacées d’un kilomètre et situées entre 12 et 20 km des côtes. A sa mise en service en 2022, il produira l’équivalent de 20% de la consommation électrique de la Loire-Atlantique.

La nacelle qui contient la génératrice qui a été inaugurée hier, est la première de la série de 80 éoliennes Haliade 150-6 MW à être assemblée par GE Renewable Energy sur son site de production à Montoir-de-Bretagne pour le parc français de Saint-Nazaire. La nacelle comprend plus de 10 000 composants et 4000 références. Quatorze machines sont en cours de fabrication actuellement. L’objectif est de sortir une machine tous les 3,7 jours. Le temps de travail est organisé en 3 X 8, 5 jours sur 7. Quant aux pales de 73,50 m, elles viendront de l’usine LM Wind Power basée à Castellón en Espagne, filiale de GE.

En France, 500 employés de GE Renewable Energy participeront à la réalisation de ce premier parc éolien en mer français, dont 400 employés d’ici la fin de l’année 2020 dans l’usine d’assemblage des nacelles de Montoir-de-Bretagne, mais également à Nantes avec les ressources du bureau de GE (ingénierie, achats, qualité, services) qui emploie à ce jour plus de 200 personnes.

Pour l’assemblage, compte tenu des fluctuations de la charge de travail en 2019, le responsable des ressources humaines a dû engager pour l’usine depuis la mise en production le 6 avril dernier, plus de 250 salariés, ouvriers et techniciens. Actuellement 350 salariés, dont 30% de femmes constituent les effectifs, avec des prévisions d’arriver à 400 salariés d’ici fin 2020, dont 110 CDI et 40 CDD, le reste du personnel étant soit des intérimaires soit du personnel mis à disposition.

 

La rupture de charge

Après la fourniture de 66 nacelles Haliade 150-6MW pour le parc éolien en mer Merkur de 396 MW, situé en Allemagne, il a fallu attendre la levée des recours sur les parcs éoliens en mer français d’EDF Renouvelables (Saint-Nazaire, Fécamp et Courseulles), ce qui a provoqué une rupture de charge et a entrainé un changement de stratégie avec le lancement de  la production de deux prototype de l’Haliade X12.

Les états-majors des acteurs industriels, dont les Chantiers de l’Atlantique avec Laurent Castaing et Frédérick Grizaud, qui construit la sous-station, et des institutionnels étaient présents ; Michel Bergue sous-préfet de la Loire Atlantique représentant l’Etat, la Région, le département, la Ville de Nantes, David Samzun maire et président de la communauté d’agglomération de Saint Nazaire, Jean-Claude Pelleteur maire de Pornichet et président du groupe SMC (Société de mécanique et de chaudronnerie), Arnaud Leroy président de l’ADEME… Tous accueillis par Jérôme Pécresse président de GE et les équipes de l’usine de Montoir ont pu visiter l’usine d’assemblage.

A suivre : RTE tire les câbles ! Partie 2

POINTS DE REPERE

General Electric dans le Business Directory

 

22/07/2019 – energiesdelamer.eu. GE Renewable Energy a dévoilé aujourd’hui, sur son site de production de Saint-Nazaire (France), la première turbine de l’éolienne en mer, l’Haliade-X 12 MW.

Haliade-X 12 vue du ciel de Saint-Nazaire

Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.