France – Pays-Bas – Espagne – Allemagne – Partie 1 – energiesdelamer.eu fait un point sur l’état d’avancement de la préparation de la construction du Parc de Saint-Brieuc par Ailes Marines et les divergences qui subsistent entre l’opérateur, les pêcheurs et l’Etat.   Van Oord a confié à la société allemande de fondation spécialisée BAUER Spezialtiefbau GmbH l’installation de 190 pieux forés à 62 emplacements pour les vestes à 3 jambes, ainsi qu’un emplacement de sous-station composé d’une fondation sur treillis. 

 

Auparavant, BAUER Spezialtiefbau GmbH a été chargé de la planification et de l’implantation de 14 pieux d’essais terrestres comprenant des tests de charge (cf. article du 17/10/2019). L’objectif des tests à terre était d’obtenir des valeurs de frottement de la structure pour les fondations du futur parc éolien offshore construites par Navantia – Windar.

Les piliers de test ont été fabriquées dans une carrière active près du Cap Fréhel, en Bretagne. Niklas Haag, responsable de projet chez Bauer Spezialtiefbau avait déclaré « Le plus gros défi était la résistance des roches. Lors des trois forages exploratoires, nous avons rencontré des roches de plus de 180 MPa, soit 60 MPa (megapasca) de plus que celles initialement contractées ». 

 

Le savoir faire de Van Oord

 

Van Oord pour transporter et installer les 62 fondations jacket* qui seront construites par Navantia en Espagne et à Brest, ainsi que les pieux des fondations de la sous-station électrique. 

Van Oord commencera les opérations offshore en 2021 avec l’installation des pieux forés à l’aide de son navire d’installation offshore Aeolus. L’Aeolus sera secondé par un deuxième navire en 2022 pour installer les fondations des vestes. La commercialisation de la production électrique du premier parc éolien en mer en Bretagne débutera en 2023. Le parc éolien d’Ailes Marines produira avec les turbines de 8MW de Siemens Gamesa construitent dans la future usine du Havre, 1 820 GWh par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’électricité de 835 000 personnes, chauffage compris. 

 

Les innovations de BAUER

 

BAUER Spezialtiefbau GmbH va fournir et opérer les opérations de forage et de jointoiement pour l’opération sous-marine, y compris l’utilisation de trois nouveaux forets de plongée BAUER DD 40 U, ​​qui fonctionneront simultanément jusqu’à 47 m de profondeur de pénétration dans une structure rocheuse jusqu’à 160 MPa et dans une profondeur d’eau jusqu’à 37 m. Enfin, à bord de l’OIV, Aeolus Bauer réalisera des opérations d’injection pour fixer les 190 pieux forés sur le site de forage.

 

La gestion du projet par l’opérateur Iberdrola et Ailes marines

 

Le groupe Iberdrola, en collaboration à l’époque avec la Caisse des Dépôts (et RES qui a cédé ses parts de capital à Iberdrola le 10 mars 2020), a achevé la première phase de construction du projet relative à l’analyse des conditions techniques et environnementales du site. Cette première étape a consisté à installer trois systèmes de mesure du vent dans la zone où se trouve la ferme et qui ont enregistré le potentiel éolien dans la zone au cours des deux dernières années.

 

Les 62 structures qui supportent les éoliennes offshore, et leurs pilotis correspondants seront construits par Navantia-Windar à Fene à La Corogne et Avilés aux Asturies, respectivement. L’assemblage final de toutes les pièces sera achevé dans les installations du chantier naval galicien et sur le port de Brest.

 

Van Oord a été sélectionné pour transporter et installer les 62 fondations et la sous-station offshore. Van Oord commencera les opérations offshore en 2021 avec l’installation des pieux et du poste offshore. Pour ce faire, elle déploiera son navire d’installation offshore Aeolus, dédié à construction des parcs éoliens offshore. L’Aeolus sera secondé par un deuxième navire en 2022.

 

Siemens Gamesa Renewable Energy fabriquera les turbines de 8MW du parc éolien, d’une hauteur de 207 mètres chacune. Elles seront équipés de la technologie à entraînement direct et leurs lames, mesurant près de 82 mètres de long, offriront une zone balayée qui est 18% plus grande que le modèle précédent, ainsi qu’une production d’énergie annuelle supérieure de 20% par rapport à leur prédécesseur. Les éoliennes de Saint-Brieuc seront construites en France par Siemens Gamesa Renewable Energy, situé dans le port du Havre, où seront fabriquées des pales, des nacelles et des générateurs.

 

D’autre part, les systèmes de câblage de connexion sous-marine seront fournis par Prysmian Group. Prysmian installera et mettra en service 90 km de câblage de connexion haute tension à courant alternatif 66 kV et trois concentrateurs d’isolation XLPE. Les concentrateurs de câbles seront fabriqués dans les centres d’excellence du groupe à Montereau-Fault-Yonne et Gron en France et seront assemblés et finis à Nordenham en Allemagne, fournissant au marché français des câbles Prysmian de pointe fabriqués localement. Le système devrait être opérationnel d’ici la fin de 2022.

Pour la partie sous-marine, Nexans fournira à RTE, deux longueurs de 33,5 km de câble tripolaire de 225 kV, doté d’une solution innovante d’armure hybride.

Le câble intègre également un élément de fibre optique destiné au suivi à distance de l’état de la liaison et à la transmission d’informations entre le parc offshore et la base à terre.

Les câbles seront posés par le propre navire câblier du Groupe Nexans, le CS Skagerrak, tandis que son système spécialisé Capjet servira à les enfouir dans le fond marin afin de les protéger. Le contrat attribué comprend aussi des services IMR (inspection, maintenance, réparation) pour la partie offshore de la liaison. Le CS Nexans Skagerrak est l’un des navires câbliers les plus puissants, équipé d’une plate-forme d’enroulement d’une capacité de 7000 tonnes, d’un système de positionnement dynamique et de plusieurs grues. 

 

 

Points de repère

 

07/05/2020 – Van Oord retenu pour l’installation des fondations de Saint-Brieuc …

07/10/2019 – Saint-Brieuc va déployer la nouvelle méthode de battage pour les fondations jacket, qui seront construites par le consortium Navantia-Windar.

Le groupe d’ingénierie allemand Bauer Spezialtiefbau a testé en septembre, un nouveau système de battage pour le parc éolien en mer d’Ailes Marines à Saint-Brieuc. BAUER Spezialtiefbau GmbH a été chargé de la planification et de l’implantation de 14 pieux d’essais terrestres comprenant des tests de charge.