France – Lundi 2/03/2020 – version complétée le 05/03/2020 – energiesdelamer.eu. Élisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire a confirmé lors du colloque du Syndicat des énergies renouvelables (SER), début février, que le parc d’Oléron était inscrit à la PPE (Programmation pluriannuelle de l’énergie) ; dont la dernière version a été publiée le 20 janvier. 

Interview exclusive d’Antoine Monteillet, chef de projets éolien offshore chez wpd offshore France

 

 

 

EDM – Le document a été mis en consultation, et la zone d’Oléron est indiquée dans la PPE pour une attribution entre 2021 et 2022. La zone d’Oléron est un projet dans lequel wpd offshore a énormément investi et de nombreuses consultations ont été menées à différentes étapes pour prendre en compte les activités économiques. wpd avait proposé que le parc éolien en mer soit composé de 50 à 80 éoliennes pour une puissance totale installée comprise entre 500 MW et 1 GW et se situe à environ 15km du port de La Cotinière*.

 

2 EDM 02 03 020 bales monteilletc sylvie curty 2014 dsc 5463 1656x1104 result

Antoine Monteillet – AM : wpd travaille au développement de ce projet depuis 2013. Nous avons réalisé un important travail de concertation et de fond avec les parties prenantes au projet. Mais nous ne sommes pas les seuls à nous être investis. En 2015, l’état a mené de nombreuses réunions et consultations publiques, afin d’identifier une zone et de donner la parole à tous les acteurs afin que chacun se prononce sur la zone retenue. La Ministre de l’époque, Mme Royal, avait annoncé un Appel d’Offres sur la zone fin novembre 2016, date à partir de laquelle, plusieurs autres réunions et consultations se sont tenues. C’est tout ce travail de fond, mené donc depuis 2013 que nous avons mis en avant ces dernières années, afin que le projet soit inscrit dans la PPE. C’est également ce travail de fond et de concertation que nous mettons en avant au quotidien afin que le calendrier d’exécution soit plus rapide que ce qu’il est actuellement annoncé.

 

EDM – Bien avant que Ségolène Royal ait annoncé un appel d’offre en novembre 2016, que s’est-il passé entre 2013 et le retrait du Carte de localisation Oleron 05 03 020 resultprojet en 2018 ?

AM  : Le projet au large d’Oléron bénéficie depuis le départ d’un large soutien du public et des acteurs de territoires. Ceci est majoritairement dû, comme évoqué précédemment, aux travaux de concertation que wpd et l’État ont pu mener sur zone. Suite à l’annonce de la Ministre en 2016 de l’organisation d’un AO sur la zone, un cahier des charges avait été rédigé et validé par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) en avril 2017 et en novembre 2017, le Premier Ministre de l’époque confirmait le lancement des études techniques et du débat public sur zone. Un lidar a été installé, des relevés bathymétriques ont été effectués, le Cerema a réalisé toutes les cartes, et le SHOM et Météo France ont participé à toutes les études de vent et de sol. Aux vues de tous les travaux engagés, la découverte de la 1ère mouture de la PPE a donc été une vraie surprise, pour nous mais également pour tous les acteurs locaux – qui se sont d’ailleurs fortement mobilisés pour qu’Oléron soit de nouveau porté par la PPE.

 

 

EDM – Etes-vous prêt à répondre dans un délai de 2 ans à cet appel d’offres et quel sera votre avantage face à vos concurrents potentiels ?

AM – Nous sommes évidemment prêts à répondre. Et à répondre le plus tôt possible ! Nous connaissons parfaitement la zone, ses contraintes et ses avantages, mais surtout, et c’est là l’ADN de wpd : nous sommes engagés sur le territoire depuis 2013. Notre réel avantage réside dans notre proximité avec tous les acteurs locaux, les relations que nous avons pu lier au fil des ans. Nous bénéficions d’une très bonne connaissance du terrain et de la zone, grâce à toutes les études (de vent, de sols et environnementales) que nous avons menées. N’oublions pas également toute l’expérience acquise par le groupe au fil des années, sur des projets éoliens en mer d’envergure. Trois parcs en Allemagne ont été construits par wpd, dont le 1er parc en mer Baltique (Baltic 1) et le 1er parc situé très au large (Butendiek). Nous avons remporté l’appel d’offres éolien en mer à Taïwan, et sommes actuellement en train de construire les 1GW attribués. Nous bénéficions d’un savoir faire dans des projets importants non négligeable.   

 

 

EDM – Il y a un changement de porteur de projet au niveau des territoires, puisqu’on passe de Charente-Maritime à la région Nouvelle Aquitaine. Qu’est-ce que cela a modifié pour vous ?

AM – Nous avons effectivement affaire à de nouveaux interlocuteurs suite à ce changement, mais les positions restent globalement les mêmes et la mobilisation en faveur du projet, forte. Certains changements ont également eu lieu au sein du Comité Régional des Pêches, mais une fois encore, le soutien reste le même. Nous faisons évidemment face à quelques réticences, comme pour tous les projets d’envergure j’imagine, mais le contexte est très positif !

Nous développons en parallèle, des relations avec le Grand Port de la Rochelle, qui est très investi dans les énergies marines. Ils ont par exemple, un projet d’agrandissement à horizon 2025 où des quais devraient être spécialement affrétés aux énergies renouvelables. Des investissements ont été ou vont être réalisés et devraient bénéficier à tous les acteurs engagés dans la zone (Saint-Nazaire et Yeu-Noirmoutier par exemple). Tous les feux sont au vert pour travailler avec tous les acteurs de la région. 

 

EDM – De quelle manière collaborez-vous avec vos bureaux d’études en Allemagne et d’autre comment tirez-vous parti de votre expérience française avec EDF Renouvelables et Enbridge ?

AM – Concernant le savoir-faire du groupe à l’étranger, nous le rendons très concret en organisant des voyages d’études sur nos parcs. Il s’agit de rendre l’énergie éolienne très concrète et de montrer à des acteurs français ce qu’est un parc en mer, que la pêche y est par exemple possible ainsi que toutes les activités portuaires n’ont pas disparues, de lever les doutes possibles quant à l’implantation d’un parc et de valoriser toute une filière. Ensuite, sur les études à proprement parler, nous travaillons en collaboration avec nos collègues allemands, notamment sur leur retour d’expérience des parcs déjà construits, principalement pour les études de design et de vent.

Nous continuons évidemment à travailler conjointement avec EDF et Enbridge sur les parcs de Fécamp et Courseulles. Bien que la procédure pour Oléron ait changée par rapport à ce qui avait été fait pour Fécamp & Courseulles, n’oublions pas que ces deux projets, bénéficient d’un soutien fort du public et sont régulièrement montrés en exemple concernant l’acceptabilité. Nous capitalisons donc, une fois encore, sur notre expérience commune et la notoriété développée au fil des ans.

 

EDM – Vous semblez également préparer l’appel d’offres au large de la Normandie. Comment vous allez pouvoir mener les deux projets ensemble ?

AM – Nous sommes effectivement impliqué dans l’Appel d’Offres n04, au large de la Normandie. Le Débat Public est actuellement en cours et devrait à terme permettre d’identifier une zone propice à l’éolien en mer au large des côtes normandes. Nous en sommes donc aux prémices de cet appel d’offres. Ceci étant, nous sommes bien évidemment présents et engagés sur les territoires dès à présent. Nous nous préparons à répondre et étudions toutes les possibilités de réponses : répondre seul ou à plusieurs, comme nous avons pu le faire par le passé.

Quant à répondre à deux projets à la fois, nous avons les équipes pour – non seulement au niveau français, mais également au niveau international, où nous pouvons, une fois encore, compter sur la puissance de notre groupe. Nous travaillons aussi beaucoup sur le flottant et le projet d’appel d’offres au large de la Bretagne.

Quoiqu’il arrive, nous sommes prêts !

 

Points de repère

Côté ports

La Cotinière

*Le 20 février dernier, le préfet de Charente-Maritime, Nicolas Basselier, et le président du Département Dominique Bussereau, ce sont rendus au port pour constater la vitesse d’avancée des travaux d’extension et de modernisation de La   Cotinière : en un peu plus d’un an, les bassins sont creusés à 70  % et le quai et la plateforme qui le soutient sont quasiment terminés. A ce rythme-là, le nouveau port de sera bel et bien achevé mi-2021, comme c’est prévu par le calendrier ».

 

 3 porthorizon2025logo 031002600 1007 08122017Port Atlantique La Rochelle

« Le Conseil de Développement du Grand Port Maritime de La Rochelle présidé par René Muratore s’est réuni en février pour, principalement, émettre un avis sur le Projet Stratégique 2020-2024. Le communiqué précise que le business plan ambitieux mais qui s’inscrit dans une perspective plus lointaine par une réflexion, menée depuis plus d’un an par la communauté portuaire sur le « Port horizon 2025 avec zéro carbone en 2040». Par ailleurs, la commission des investissements, mise en place à La Rochelle dès la mandature précédente, s’est réunie pour la première fois en février 2020, sous la présidence de Maryline Simoné afin de donner son avis sur le projet stratégique 2020-2024″.

 

Une précision a été apportée par le Grand Port Atlantique « Une réunion est programmée dans les jours qui viennent avec wpd offshore. La stratégie « Horizon 2025 » pourrait intégrer un projet de quai dans la zone La Repentie, dédié aux fondations de base gravitaire des éoliennes en mer .[AM1] « 

 

Côté législation
** La procédure bénéficiera des décisions prises dans le cadre de la loi du 10 août 2018 pour un État au service d’une société de confiance (EssoC).

 

 

Wpd offshore France a signé le 17/07/2019 une convention avec France Nature Environnement sur deux principaux points :

  • Le partage d’expérience dans le cadre du développement projets éoliens en mer en Europe,
  • La consolidation d’une dynamique territoriale autour des enjeux de transition énergétique et du développement des énergies marines renouvelables.

 

Retoruvez dans le Business Directory les articles sur wpd offshore parus dans energiesdelamer.eu

23/01/2019 – Pour François de Rugy, le parc offshore d’Oléron, n’est pas pour demain … puis, après un changement de stratégie, il avait annoncé le 14 juin 2019 un appel d’offre possible avec des volumes additionnels d’éolien posé construits avec le lancement d’un nouveau projet au large d’Oléron d’une taille à déterminer entre 500 et 1000 MW.

 

07/12/2018 – Diffusée après l’annonce de la PPE par le président de la République, les élus de la Charente Maritime, Communauté de communes de l’île d’Oléron, de Saint-Denis d’Oléron, de Saint-Pierre d’Oléron, et le Maire de Le Chateau d’Oléron ont diffusé à quelques médias le courrier de protestation qu’ils avaient adressé le 24 octobre 2018 à François de Rugy.

 

23/11/2016 – Ségolène Royal, a annoncé le lancement d’un appel d’offre éolien offshore au large de l’île d’Oléron. Ce projet est soutenu par l’ensemble des élus du territoire, et wpd….