Paris – Berlin – Mardi 17/02/2015 – Energies de la mer 
 

Les EMR représentent une nouvelle économie en Allemagne. L’annonce faite mi-janvier 2015 par la filière allemande de l’éolien en mer du franchissement du cap du premier gigawatt de capacité éolienne installée en mer avec injection au réseau en Allemagne n’a pas manqué de mettre en avant l’essor que le secteur a connu en 2014. 

 

Bien que celui-ci ait été revu à la baisse, son essor est sur une croissance dynamique et permet aux chantiers navals et aux armateurs de trouver des diversification avec la construction et l’exploitation des navires d’installation, de services et de maintenance.
 
 
 
EMR dans le cadre de la transition énergétique en Allemagne et en France
 
           
L’Office franco-allemand (OFAEnR) a publié une note de conjoncture sur l’éolien en mer. “Au second semestre 2014, les objectifs de développement de l’éolien en mer en Allemagne ont été modifiés dans le cadre de l’amendement de la loi sur les énergies renouvelables EEG 2014, l’objectif de 10 GW à l’horizon 2020 et de 25 GW à l’horizon 2030 visé auparavant étant passé à un corridor cible de 6,5 GW d’ici 2020 et de 15 GW d’ici 2030.

Parallèlement, l’installation de bon nombre de parcs éoliens en mer a été finalisée au cours de l’année écoulée et d’autres parcs éoliens ont été mis en exploitation, contribuant désormais à l’approvisionnement électrique renouvelable du pays. Et parmi les parcs éoliens en mer dont les travaux ont été finalisés, certains ont commencé à injecter au réseau en phase d’essai.

           
La note de l’OFAEnR dresse un état des lieux des parcs éoliens en mer en exploitation, de ceux dont les travaux d’installation ont été menés à bien ou dont les travaux sont encore en cours et dont la mise en exploitation est prévue pour l’année en cours. Sont également mentionnés des projets de parcs autorisés dont les travaux devront débuter en 2015 ou en 2016 – Voir également les tableaux détaillés en bas de page. 

 
Offshore wind energy in Germany – Source: OFFSHORE-WINDENERGIE.NET – oct. 2014
 

Operating
WET
Capacity
[MW]
Gemany
226
916.3
North Sea
204
856.5
Baltic Sea
22
50.8
Under constr.
WET
Capacity [MW]
Germany
ca. 570
ca. 2,400

Planned
WET
Capacity [MW]
Germany
 
up to 40,000
 
 
Par ailleurs, le mémo explique le mécanisme de soutien prévu pour l’éolien en mer en Allemagne ainsi que la nouvelle procédure d’attribution de raccordement au réseau mise en place depuis août 2014.   

Fin 2015, la puissance éolienne offshore installée devrait atteindre 3275 MW en Allemagne contre 0 MW en France.
Toujours intéressant de comparer la politique de nos deux pays.
 
A l’heure où les parlementaires français discutent de la loi sur la transition énergétique, l’Allemagne a entamé depuis le 1er août 2014 une nouvelle étape de sa transition énergétique avec l’entrée en vigueur de la réforme de la loi EEG et une accélération du développement des énergies renouvelables, de l’interconnection des réseaux et des Super Grid entre les pays producteurs d’EMR en mer Baltique et du Nord.
Une conférence organisée jeudi 12/02/2015 à l’Assemblée nationale par le Friedrich Ebert Stiftung, Europartenaires et la Fondation Jean-Jaurès a réuni des parlementaires et des responsables de l’administration concernées par la transition énergétique en Allemagne et en France. 
 
D’abord un constat. Contrairement à ce qui s’est passé en Allemagne à la suite de Fukushima, l’argument du risque nucléaire n’a pas été le déterminant principal de la décision politique française de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité. 
 
En effet, d’après la note d’Andreas Rüdinger** intitulée – Transition énergétique : une opportunité nouvelle pour la coopération franco-allemande – , il s’agirait plutôt « de l’homogénéité technique du parc nucléaire français, qui avec l’apparition d’un défaut majeur sur un réacteur pourrait rapidement se traduire en défaut systémique, affectant l’ensemble des réacteurs de la génération construits sur le même modèle, causant le risque de devoir arrêter de manière simultanée une grande partie du parc de réacteurs français”. 

D’où probablement à la fois la déclaration de Ségolène Royal sur le nucléaire, les nombreuses contraintes économiques et les marchés potentiels à l’export.

 
Quand l’Académie des technologies s’en mêle

La première contribution de l’Académie des technologies au débat national sur l’énergie a été votée en mars 2013. Ce rapport remis au gouvernement en avril 2013 propose une comparaison France – Allemagne – Etats-Unis et des analyses à la fois sur l’utilisation des énergies intermittentes telles que l’éolien, (à terme l’éolien en mer), le rôle de l’hydraulique, le solaire, les grid… et là encore, les nouvelles utilisations et régulations possibles de la production d’électricité par les réacteurs nucléaires… Il est intéressant de rappeler que le président de la commission énergie de récente Académie est Bernard Tardieu, président de Coyne et Bellier, spécialiste de la conception et de la réalisation de barrages, d’usines hydroélectriques, de stations de pompage. Il a également travaillé sur plusieurs thèmes comme la question de la sécurité des grands ouvrages d’art comme les centrales nucléaires ou encore le problème de l’énergie et des énergies renouvelables.
 
Il va de soit que ces réflexions proviennent de « la production et l’utilisation de l’énergie qui se modifient sur toute la planète sous l’effet de forces diverses, les unes subies (redistribution des besoins et des ressources de la planète, anticipation de la fin des ressources fossiles), les autres voulues (recherche de l’indépendance énergétique, lutte contre le changement climatique, compétition industrielle) ».
Points de repère

Etat des lieux de l’éolien en mer en Allemagne fin 2014 /  Stand der Offshore-Windenergie in Deutschland Ende 2014

 

Version française / Version allemande

16/02/2015 – Energies de la mer – Havyard Ship Technology AS a livré le 13/02/2015, le premier des trois Havyard 832 VPU à son propriétaire la compagnie Esvagt. Ils sont destinés aux parcs éoliens en mer appartenant ou équipés par SIEMENS.  ICI

12/02/2015 – Les deux tables rondes étaient successivement animées par Jacques Roger-Machart, ancien député et animateur du groupe « Energie et développement de la Fondation », puis par Jean-Noël Jeanneney, professeur émérite d’histoire contemporaine à sciences Po, ancien ministre et co-fondateur avec Elisabeth Guigou d’Europartenaires. 

 
Andreas Rüdinger, chercheur à l’IDDRI à Paris – Transition énergétique : une opportunité nouvelle pour la coopération franco-allemande – ICI 
 
Avril 2013 – Première contribution au débat sur la transition énergétique – Académie des Technologies. Version française et anglaise  ICI
 

North Sea (as at October 2014)

Project name
Owner authorization
EEZ/SMZ*
WET number
WET capacity [MW]
Farm capacity [MW]
BARD Engineering GmbH
12-SMZ
1
5
5
WindMW GmbH
EEZ
80
3,6
288
Stiftung Offshore Windenergie
EEZ
12
5
60
BARD Holding GmbH
EEZ
80
5
400
ENOVA Energiesysteme GmbH & Co.KG
12-SMZ
1
4,5
4,5
Offshore-Windpark Riffgat GmbH & Co. KG
12-SMZ
30
3,6
108
Total
 
 
204
 
865,5
* EEZ: exclusive economic zone, SMZ: 12 sea mile zone
 

Baltic Sea (as at October 2014)

Project name
Owner authorization
EEZ/SMZ*
WEC number
WEC capacity [MW]
Farm capacity [MW]
EnBW Baltic 1 GmbH et Co. KG
12-SMZ
21
2,3
48,3
Nordex AG
12-SMZ
1
2,5
2,5
Total
 
 
22
 
50,8

* EEZ: exclusive economic zone, SMZ: 12 sea mile zone
 

Sources :  Offshore Windenergie, Office franco-allemand, Académie des technologies, Fondation Jean-Jaurès, Energies de la mer.

La reproduction partielle ou totale, par toute personne physique ou morale et sur tout support, des documents et informations mis en ligne sur le site energiesdelamer.blogspot.com sans autorisation préalable et mention de leur origine, leur date et leur(s) auteur(s) est strictement interdite et sera susceptible de faire l’objet de poursuites. brigitte.bornemann@energiesdelamer.eu.