France – Mardi 17/11/2020 mis en ligne le lundi 16/11/2020 – energiesdelamer.eu – Partie 1 – L’Appel à Manifestation d’Intérêt de wpd offshore France « a permis aux entreprises innovantes du territoire des régions Pays de la Loire et Bretagne de bénéficier du retour d’expériences de wpd, qui développe et exploite plusieurs parcs éoliens en mer du Nord. Les entreprises françaises, pour la plupart, manquent d’expériences concrètes et de réalisations dans ce domaine à l’inverse de leurs concurrents allemands ou anglais » indique Frédéric Ravilly, en charge du Pôle Mer Bretagne Atlantique sur la région Pays de la Loire en évoquant l’AMI de wpd offshore France, membre du Pole Mer Atlantique Bretagne. Philippe Baclet de Weamec, partenaire de la manifestation webinaire, a utilisé cette occasion pour présenter les prochains appels d’offre européens autour des filières des énergies renouvelables de la mer.

Est-ce le premier AMI de wpd offshore France et allez-vous réitérer prochainement un AMI ?

AMI_WPD_16_11_020« En ce qui concerne le Pôle Mer Bretagne Atlantique, nous avons lancé avec le Syndicat mixte des Ports de Loire-Atlantique un AMI sur la thématique « Inventons le Port du Futur à la Turballe. Il a été clôturée en juin 2020 » a précisé Frédéric Ravilly. Quant à Pierre Warlop, il n’exclut pas cette hypothèse, car de nombreux sujets sont encore à développer et les projets intéressants qui ont été adressés aux organisateurs y militent. « Cet AMI nous a permis de rencontrer des entreprises que nous ne connaissions pas » a déclaré Pierre Warlop, responsable Supply Chain de wpd offshore France ont déclaré successivement Frédéric Ravilly et Pierre Warlop à energiesdelamer.eu.

De nombreux leviers sont encore à lever pour améliorer les performances de l’éolien flottant et posé, mais également pour les navires et d’autres secteurs, dans l’esprit de réduire les coûts selon Pierre Warlop.

Focus sur les lauréats

Les trois premiers lauréats sont Génie Wind Marine, Piriou et Kopadia. energiesdelamer.eu propose de découvrir les trois entreprises dans des articles qui seront publiés chaque lundi durant trois semaines.

Coup de projecteur sur le premier lauréat Génie Wind Marine, société présidée par Jérémie Rabiller qui a présenté la conception et les avantages d’un navire Feeder, composé d’un navire pousseur et d’une barge. Le projet  permettra notamment de libérer les navires installateurs des fonctions de navires transporteurs ou de navires de maintenance.

Quels sont les avantages du Feddering offshore en faveur de l’éolien offshore ?

Jérémie Rabiller – Le feedering offshore est une solution logistique qui s’appuie à la fois sur une organisation logistique spécifique mais également le concept de navire feeder OT2W (Offshore Twin Win Work ship) qui fera la navette entre le hub portuaire et le navire d’installation positionné en mer, afin d’alimenter ce dernier en fondations et en pièces d’éoliennes sans discontinuité.

 Quel est le concept du navire feeder dp OT2W ?

Jérémie Rabiller – Le projet navire feeder dp OT2W permet de contribuer aux objectifs de nos clients exigeants qui s’engagent de plus en plus dans la mise en œuvre des accords de Paris contre le changement climatique et en faveur du développement durable :

. Réduire les temps et les coûts d’installation et d’exploitation des éoliennes en mer

. Réduire l’emprunte carbone de l’installation et l’exploitation d’un parc en mer

. Sécuriser les équipages et les chargements en mer

. Respecter les conformités règlementaires liés au transport maritime et aux énergies marines renouvelables

Enfin le concept OT2W apportera à nos clients des avantages socio-économiques non négligeables avec un fort contenu local avec la mobilisation des équipages et des services portuaires locaux en proximité des projets en mer. Notre ambition est de lancer le concept OT2W comme 1er navire sous Pavillon Français dédié à l’installation et l’exploitation des éoliennes offshore d’ici 2022-23.

Le concept OT2W demande- t-il des installations particulières dans les ports ?

Jérémie Rabiller – L’un des avantages du concept OT2W est de pouvoir charger les fondations, les pièces d’éoliennes et même les sous-stations électriques dans les ports de taille intermédiaire voire inférieure contrairement aux navires d’installation handicapés par leurs tailles surdimensionnées.

Quel est le rôle de Génie Wind Marine SAS et depuis combien d’années portez-vous le projet ? 

Jérémie Rabiller – Mon entreprise Génie Wind Marine SAS est le concepteur et développeur de cette solution logistique reposant à la fois sur le développement de cette organisation spécifique mais également sur ce concept « sur mesure », de navire pousseur barges de haute mer OT2W (Offshore Twin Win Work ship) afin de répondre aux attentes de nos clients intéressés.

J’ai commencé à travailler sur ce concept en 2014-2015 suite à un voyage d’affaires au Canada et en Amérique du Nord. Mais le développement du concept OT2W a connu un tournant important après l’été 2019.

Quels les types  les d’entreprises sous traitantes locales et régionales, ou françaises qui seront concernées pour la construction du navire ?

Jérémie Rabiller – Ce sera un consortium d’entreprises que j’ai constitué avec le soutien de Neopolia à Saint-Nazaire et que je coordonne, qui développe actuellement le concept en question.

Ce consortium est composé essentiellement de sociétés d’ingénierie, de Bureaux d’études techniques (dont un spinoff de l’Ecole Centrale de Nantes) ainsi qu’un chantier naval (CNI), sans compter les sous-traitants, tous implantés dans nos Régions des Pays de la Loire et de Bretagne :

  1. Génie Wind Marine SAS (Project leader, 44 Saint Nazaire)
  2. D-ICE Engineering (44 membre de Neopolia)
  3. Chantier Naval CNI (44 Montoir de Bretagne membre de Neopolia avec Mer Forte (29 Fouesnant), membre de Bretagne Pôle Naval (BPN)
  4. SIER (44 Saint-Nazaire) membre de Neopolia avec le CTIF (Centre Technique des Industries de la Fonderie 35 Rennes 92 Sèvres)

POINTS DE REPÈRE

Définition adaptée à partir du glossaire de Gefco  un expert de classe mondiale des solutions pour la supply chain et le leader européen de la logistique automobile :

Le feeder, navire ‘’nourrisseur’’ à faible tonnage, assure des liaisons où les grands armateurs ou des navires installateurs ne sont pas en mesure de faire escale. Cela s’explique pour des raisons de coût, mais aussi pour des questions d’aménagement des zones portuaires concernées. Le gabarit des navires est pour des nombreux navires démesuré et, bien souvent, leur accueil est possible uniquement dans des espaces de navigation et d’amarrage adaptés. Le feedering occupe donc une place essentielle dans le marché de la logistique maritime, particulièrement pour les activités liées à la conteneurisation et devrait se développer pour les énergies renouvelables de la mer.

Le feedering en chiffres pour les containers

  • Les navires-feeders représentaient 13 % de la flotte mondiale en 2008
  • Le marché du feedering en 2018 prend en charge près de 494 millions de conteneurs par an.
  • On dénombre en 2018, 80 sociétés de feeders indépendants et 44 feeders dédiés, soit en tout 124 armateurs.
  • La flotte des principaux opérateurs de feedering, 15 au total, se compose de près de 400 navires officiant à travers le monde, soit 45 % de la flotte mondiale de feeders en 2018.

 

Loader Loading...
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

 

Pour visionner le webinaire sur les trois lauréats du Prix AMI Wpd Offshore France remis le 16 novembre 2020 rendez-vous sur la page wpd offshore france dans le Business Directory

Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.