Etats-Unis – Lundi 24/08/2020 – energiesdelamer.eu – Partie 2 – Une étude va être publiée début septembre dans le Volume 144 d’Energy Policy aux éditions Elsevier. Energiesdelamer.eu a demandé à Séverine Michalak d’en faire un résumé qui a été publié hier – Partie 1.

Cette étude, qui sera publiée dans la revue « Energy Policy » d’Elsevier, présentera l’enquête des simulations en ligne de haute qualité de 100 éoliennes dans l’océan à des distances allant de 2,5 à 20 miles. Ce type de présentation est également utilisé par les différents opérateurs de parc éolien en mer. Plusieurs publications ont déjà été réalisées. Celle effectuée par Michèle Cabanis du Cabinet VUES sur Mer pour le compte d’Engie « Eoliennes en mer – Dieppe le Tréport et d’Yeu et Nourmoutier faisait un inventaire sur les retours d’expérience « Tourisme & Eolien en mer » en Europe du Nord.

Ce que relève Sévérine Michalak « pour autant l’on puisse estimer que l’étude est transposable dans hors des Etats-Unis » est que cette publication de l’Université du Deleware révèle que 53% des personnes sondées qui avaient déclaré que la vue des turbines nuirait au paysage de plage à 2,5 miles du rivage, chute à 38% à 7,5 miles, 29% à 10 miles et seulement 10% à 20 miles (américains).

 

Une succession d’études ont été réalisées par l’université du Delaware

«Ce que nous avons trouvé est cohérent avec les études précédentes que nous avons faites et que d’autres ont fait», mentionne Jeremy Firestone, directeur du Center for Research in Wind à l’Université du Delaware et l’un des auteurs de l’étude. «La plupart des impacts visuels sont assez faibles après 16 km.»

De plus, 10% à 17% des répondants ont déclaré que la présence des turbines améliorait en fait leur expérience de plage à des distances de 10 miles ou plus.

«Nous constatons que beaucoup de gens soutiennent les éoliennes offshore en raison de la représentation du progrès de l’énergie propre», a déclaré Jeremy Firestone.

Les chercheurs ont engagé une société irlandaise appelée Macroworks pour produire les simulations, qui se déplacent à travers le paysage marin pour fournir une représentation plus complète de ce à quoi ressemblerait réellement une installation éolienne.

L’étude vise à aider à estimer l’effet des grands projets éoliens en mer sur l’utilisation récréative des plages de la côte Est. Plus de 20 projets de ce type sont actuellement au stade de la planification et certaines communautés balnéaires s’inquiètent de l’impact économique.

 

Les responsables de la station balnéaire d’Ocean City, dans le Maryland, par exemple, ont exprimé des inquiétudes concernant les retombées de deux parcs éoliens prévus au large des côtes du Maryland et du Delaware. Marwin, proposé par U.S. Wind, sera à environ 17 miles d’Ocean City, et Skipjack, par Orsted, à 30 km de la frontière Maryland-Delaware. Le Bureau fédéral de gestion de l’énergie océanique, qui autorise les baux d’énergie éolienne et a financé cette étude, était particulièrement intéressé par les types de zones balnéaires touristiques les moins touchées par les parcs éoliens en mer, a déclaré George Parsons, professeur de sciences et politiques marines. et économie à l’Université du Delaware et co-auteur. « Leur hypothèse de travail était que nous ne devrions pas les placer dans le type de plages animées d’Atlantic City où il se passe déjà beaucoup de choses », a déclaré George Parsons.

Contrairement à ce que la BOEM attendait, les personnes questionnées étaient beaucoup moins susceptibles de dire qu’ils éviteraient une plage avec un parc éolien si elle avait une promenade animée, ce qui est représentatif d’une communauté balnéaire très développée. Il est intéressant de noter que les baigneurs sur les plages des parcs nationaux, locaux ou nationaux sont également moins susceptibles de déclarer qu’ils iraient ailleurs, peut-être parce que ces endroits ont tendance à attirer des personnes «plus respectueuses de l’environnement, un peu plus vertes», a déclaré George Parsons.

L’étude a également recherché les impacts positifs d’un parc éolien.

On a demandé aux amateurs de plage s’ils feraient un «voyage de curiosité» pour voir un projet, et si oui, combien. La part de ceux qui ont répondu positivement à l’idée d’un voyage variait d’un maximum de 11,4% à 12,5 miles au large à un minimum de 3,6% à 20 miles au large.

Au total, les données suggèrent qu’un projet éolien pourrait générer de 10 à 12 millions de voyages de curiosité, bien qu’ils n’aient pas demandé aux amateurs de plage quand ils pourraient effectuer ces voyages. Mais même 1 million de voyages par an pourrait être une augmentation significative des revenus pour les communautés balnéaires, ont conclu les chercheurs. Georges Parsons a noté qu’une autre étude publiée l’année dernière a trouvé un tel effet du premier parc éolien offshore du pays à environ trois miles au large de Block Island, Rhode Island.

Cette étude, réalisée par Corey Lang, professeur agrégé au Département d’économie de l’environnement et des ressources naturelles de l’Université du Rhode Island, a mesuré l’activité de location d’AirBnb sur l’île dépendante du tourisme avant et après l’émergence du parc éolien. L’étude a conclu que le parc éolien a agi comme un attractif touristique pendant chacun des mois de haute saison de juillet et août après sa construction, ce qui a entraîné une augmentation de sept nuits du nombre de nuits réservées et une augmentation de 19% des taux d’occupation.