France – Lundi 03/08/2020 – energiesdelamer.eu. A mettre en regard avec le développement des EMR au moment où le débat public de la Commission particulière de Normandie relève la demande de RTE pour une planification à long terme.

Dossier spécial raccordement RTE – Débat public de la Commission particulière de Normandie – Points de repère –  Accord de la CRE sur le SDDR de RTE présenté le 17/09/2019. Partie 2

La CRE a publié un communiqué de presse, le 30 juillet 2020, pour annoncer «être favorable à une évolution du réseau de transport d’électricité -RTE- qui allie investissements et recours aux flexibilités» au regard de la PPE.

La Délibération de la CRE du 23 juillet qui portait sur l’examen du Schéma Décennal de Développement (SDDR) de RTE élaboré en 2019 s’est déroulée en présence de Jean-François CARENCO, président, Catherine EDWIGE, Ivan FAUCHEUX et Jean-Laurent LASTELLE, commissaires.

La CRE est favorable aux grands principes du SDDR . Ceux-ci visent à optimiser les coûts liés à l’adaptation du réseau à la transition énergétique et à limiter son impact environnemental. A ce titre, la CRE, dans son analyse, encourage le recours aux flexibilités.

En septembre 2019, le gestionnaire du réseau public de transport d’électricité, RTE, a publié son schéma décennal de développement du réseau de transport d’électricité, dit « SDDR », qui présente l’évolution du réseau de transport jusqu’en 2035.

Pour répondre aux enjeux de la transition énergétique et du vieillissement progressif du réseau, RTE évalue les investissements nécessaires sur le réseau de transport à environ 33 Md€ sur 15 ans, hors immobilier, systèmes d’information, logistique et véhicules.

L’examen par la CRE du SDDR de RTE n’a toutefois pas pour objet d’approuver une enveloppe financière, mais de valider les méthodes d’analyse des besoins et de choix d’investissements de RTE. Le schéma décennal de RTE, couplé aux orientations de la CRE, fonde la doctrine d’investissements de RTE sur laquelle la CRE se basera pour analyser les projets d’investissements qui lui seront soumis.

La CRE considère que le recours aux flexibilités et la politique de gestion des actifs présentés par RTE permettront de maîtriser les investissements et, in fine, les coûts pour les utilisateurs du réseau électrique. Ainsi, elle soutient le concept de « dimensionnement optimal », qui consiste à moduler ponctuellement la production de certains sites pour éviter le renforcement ou la construction de nouveaux ouvrages de réseaux, et qui pourra éviter 7 Md€ d’investissements. La CRE est également favorable à la dernière feuille de route sur les flexibilités remise par RTE.

Enfin, la CRE a salué la grande qualité du travail réalisé par RTE dans cet exercice et l’apport décisif du SDDR pour les parties prenantes afin de leur permettre d’anticiper et de comprendre les enjeux de l’évolution du réseau de transport d’électricité.

Loader Loading...
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab