France – Lundi 18/05/2020 – energiesdelamer.eu- Flash – Le navire GEO Ocean IV (GEOxyz) affrêté par RTE pour effectuer des travaux de repérages géotechniques, géophysiques … en prévision de l’atterrage des câbles sous-marins prévu pour relier le parc éolien en mer, la sous-station et le poste de transformation de l’électricité produite en mer par le parc d’Ailes Marines, a quitté la zone de Saint-Brieuc à 12h03, sans avoir pu faire de levés ce lundi.

 

 

RTE avait publié un communiqué le 7 mai dernier, pour annoncer qu’à partir du 15 mai, il allait procéder à la phase d’études en mer. Cette première étape comprend à partir du 18 mai, une phase qui se déroule à Erquy le lieu où se rejoignent les câbles sous-marins et souterrains terrestres. 

 

La campagne d’études RTE

« Cette campagne d’études va permettre de préparer le chantier de raccordement au réseau électrique français du parc éolien en baie de Saint Brieuc. En raccordant le premier parc éolien en mer en Bretagne, RTE accompagne la transition énergétique et le développement des énergies renouvelables. Les études prendront la forme de mesures et de sondages (carottages) dans le sol. Elles sont complémentaires et de même nature que celles qui avaient déjà été réalisées en 2013.

En mer, 4 bateaux assureront les études sur 33 km, le long du tracé de la future liaison sous-marine. Pour permettre une cohabitation avec l’activité de pêche, 14 zones distinctes ont été identifiées. Les études seront réalisées sur 3 d’entre-elles maximum en même temps. Les études démarreront le 15 mai et se termineront fin septembre, au plus tard » précise le communiqué. 

 

GEO Ocean IV, le premier navire à intervenir, était positionné depuis jeudi soir dans le nord de la baie de Saint-Brieuc. Le navire de GEOxyz, lauréat de l’appel d’offre pour cette mission commandée par RTE, a pu travailler le 15 mai. Trois autres navires de GEOxyz (Ocean II, Ocean Surveyor 8 et Ocean II) sont attendus dans les prochains jours et prochaines semaines. Une journée de levés selon les navires utilisés à un coût entre 20 et 25 000 euros/j. 

 

MarineTraffic Global Ship EDM 18 05 020 12h03 opt

 

Lundi 18 mai, un blocage annoncé : En revanche, ce matin de lundi 18 mai, bien que sous escorte du patrouilleur « Géranium » de la Gendarmerie maritime, GEO Ocean IV n’a pu effectuer aucune levé. Comme on pouvait l’observer en temps réel sur la carte de MarineTraffic, à 12h03, GEO Ocean IV a quitté la zone. Aucun incident ne s’est produit entre les bateaux de pêches, la Gendarmerie maritime et GEO Ocean IV. 

 

 

 

Une concertation à reprendre avec tous les acteurs, c’est l’objectif de la réunion qui se tiendra demain à la préfecture

Pour le moment « les opérations sont suspendues pendant 24 heures », a déclaré Alain Coudray, président de Comité des pêches des Côtes d’Armor pour permettre une nouvelle discussion entre RTE, Ailes Marines et les pêcheurs.

La rencontre se déroulera mardi matin, à 10 h 30, en préfecture avec les autorités maritimes, des représentants de la région et du département, les chefs de projet d’Ailes Marines et de RTE, et les instances de pêche 22, 35 et le CRPMEM de Bretagne. 

Lors de l’entretien avec energiesdelamer.eu le 24/04/2020Alain Coudray, avait déclaré « l’opposition au déploiement de ces études est liée aux enjeux et au fait que nous ne connaissons pas les impacts que peuvent avoir ces études UXO, sur les espèces halieutiques ».

 

Une mobilisation des pêcheurs du 22 et du 35

 

«Les comités des pêches des Côtes-d’Armor et d’Ille-et-Vilaine avec l’appui du Comité régional des pêches, avaient appelé, tous les pêcheurs professionnels à se rendre sur zone pour 10 h, et à se positionner à plus de 500 m pour une manifestation pacifique permettant de montrer son opposition à la réalisation de ces études en empêchant le navire d’évoluer sur zone». 

A notre connaissance, et selon une source proche du dossier, les patrons des navires de pêche étaient pour la plupart avec leur équipage. Les bateaux en provenance des principaux ports de la baie de Saint-Brieuc dont Erquy, de Saint-Cast-le-Guildo, Paimpol et Saint-Malo. Selon les estimations de la préfecture maritime et du comité des pêches entre 30 et 40 bateaux de tout type confondu ont participé à la manifestation. Tous les navires ne figurent pas sur la carte de MarineTraffic obtenue par une capture d’écran, car les bateaux de pêche de moins de 12 mètres n’ont pas l’obligation d’être équipés de l’AIS et ne sont donc pas repérables. 

Un appel à manifester sur terre comme sur mer avait été adressé par le Comité des pêches des Côtes d’Armor pour mobiliser des associations opposées à l’implantation du parc éolien en mer de Saint-Brieuc, associations qui avaient à plusieurs reprises engagé des recours rejetés par le Conseil d’Etat.

 

Points de repère

 

24/04/2020. Interview exclusive d’Alain Coudray. Des échanges épistolaires et par voie de presse fusent depuis ces trois derniers jours, comme le rapporte energiesdelamer.eu dans deux précédents articles. Pourquoi un tel blocage aujourd’hui à propos des études UXO, géophysiques et géotechniques qui doivent être menées par Ailes Marines et RTE, alors que la saison de pêche de la coquille Saint-Jacques est pratiquement terminée ?

 

Pour en savoir plus : A lire dans les archives

. les articles parus depuis le 22 avril sur les oppositions entre les pêcheurs avec l’ITV d’Alain Coudray président du Comité des pêches 22 d’une part, Ailes Marines et RTE, Loïg Chesnay-Girard le président du conseil régional de Bretagne avait appelé à la concertation d’autre part, et le rapport de l’enquête publique publié en janvier 2017 avec les recommandations relatives à aux futurs câbles sous-marins de RTE.

Photo : Capture d’écran de la vidéo mise en ligne par le Télégramme

Carte marine de MarineTraffic : Capture d’écran à 12h03 ce lundi

 

 

Points de repère

 

03 et 04/12/2020 – C’est le navire GEO OCEAN III qui avait permis de retrouver les épaves de l’avion utilisé par Emiliano Sala et piloté par Dave Ibbotson. ITV exclusive de Richard Watson CCO de GEOxyz Offshore UK.