TRIBUNE LIBRE

 

 

 

 

France – Dimanche 03/05/2020 – energiesdelamer.eu – Francis Vallat, président fondateur du Cluster Maritime Français et du cluster maritime européen, a publié pour le Centre d’études et de stratégies prospectives, puis de manière plus complète dans Ouest France du samedi 2 mai, un point de vue avec pour titre « Partir au combat pour que tout change, car il n’y a pas d’autre choix ».

Pour le site energiesdelamer.eu, il complète ses déclarations, en insistant sur la nécessité d’un changement de paradigme, d’un développement des énergies renouvelables de la mer et de la circulation des idées, enjeux qui militent pour des choix radicaux entre des valeurs ou des cultures souvent très différentes.

 

 

F Vallat EDM 03 04 020Pour Francis Vallat, ancien président de SOS Méditerranée, si les nouvelles intentions provoquées par cette crise sanitaire ne connaissent pas un début de concrétisation, il sera trop tard … « Et le volcan sur lequel nous dansons encore, explosera » conclut-il dans Ouest France.

 

Ces choix feront de nous ce que nous en aurons fait, assène-t-il en rappelant que « La crise du coronavirus passée, les vertueux «plus jamais ça» ou «il y aura un avant et un après» passent encore à la trappe ; avec retour au «business as usual», comme après la crise financière de 2008. Aujourd’hui, je suis convaincu du contraire, tout simplement parce que nous avons sauté dans un inconnu, qui exigera de nous battre sur tous les fronts à la fois : sanitaire, environnemental, économique, social, sociétal, humanitaire, et… spirituel, éléments devenus indissolublement liés.

 

Les énergies renouvelables de la mer

 

La PPE, telle que publiée doit être appliquée selon les directives d’Elisabeth Borne, et même renforcée. Il a malheureusement fallu cette crise sanitaire majeure, pour que soient sérieusement analysés les nombreux avantages qu’un plan de relance peut apporter, s’il intègre les énergies renouvelables, et l’environnement comme le suggère le « Green Deal » européen et la perspective de nouveaux emplois.

 

La France sera encore à la traîne en matière d’énergies marines renouvelables si elle n’affiche pas une plus grande ambition dans ce domaine alors qu’en 2011, notre pays était encore parmi les mieux placés. Il est intéressant de noter qu’en 2019, l’Europe a battu son record de mise en service de fermes éoliennes : plus de 3623 MGW ont été inaugurés par le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Danemark et la Belgique. Aujourd’hui, on en est à 22 000 MGW installés en mer européenne, 5047 turbines, soit 110 parcs éoliens en mer dans 12 pays.

 

Alors, avec une volonté certaine, les mondes maritime, naval et énergétique doivent se conjuguer en déployant des énergies renouvelables de la mer, en s’appuyant sur les recherches scientifiques, technologiques et sociétales, comme cela a été dans le cadre de la journée « Doctoriales » Ancre, ainsi qu’avec les nouvelles formations développées à l’ENSM, à l’ENSTA ParisTech ou dans les universités.

 

Certes, les intérêts de tous doivent être préservés dans les espaces de bien commun, en particulier grâce aux arbitrages, notamment financiers, et des dialogues apaisés qui sont possibles, pour éviter les conflits entre les usagers. Mais il faut aussi être conscient que nous n’avons plus le choix : on ne peut pas transiger avec l’avenir de la planète qui exige la révolution énergétique « blue – green ».

 

 

La circulation des idées et le partage des connaissances : le défi de demain !

 

Dans le cas d’un constat plus large, la réponse aux déséquilibres créés par une mondialisation non coordonnée, ne peut trouver sa solution dans le recroquevillement. « Les conflits mondiaux n’avaient pas fait douter de la survie de l’homme lui-même, mais avaient tout de même provoqué des crises de conscience qui ont amené notamment à la création de l’utopique SDN (Société des nations) et plus tard celle, plus constructive de l’ONU (organisations des Nations Unies). Aujourd’hui, après le traumatisme de cette crise sanitaire qui a exacerbé la perception des désordres de notre planète, on peut espérer, que porté par des peuples qui ne supporteront plus tergiversations et querelles inutiles, un nouvel élan du même type soit donné pour aboutir à un nouvel ordre mondial plus respectueux de l’environnement. Même si les facultés de résiliences dans l’oubli sont une constante de toutes les sociétés.

Car, il va falloir aller beaucoup plus fort, plus loin, plus vite…

 

Francis Vallat

 

FV OF opt 

La journée « Doctoriales »  de l’ANCRE a été organisée par Ifremer et l’IFPEN au CNRS et a fait l’objet de la publication en français et en anglais du numéro dédié MerVeille Energies #2 : Energies marines, un océan de recherche (s) : Une industrie et des chercheurs en action