France – Jeudi 23/04/2020 – energiesdelamer.eu. Les deux syndicats professionnels SER et FEE montrent une satisfaction, mais appelle à la vigilance et au respect du calendrier de la PPE pour atteindre les objectifs à 2030 et 2050. Jean-Yves Grandidier, président de Valorem dont energiesdelamer.eu publie l’ITV ce même jour, estime que pour l’éolien offshore « c’était 1,5 GW qu’il aurait fallu attribuer par an ».

 

 

Côté FEE : La filière éolienne appelle à la plus grande vigilance quant aux moyens mis en œuvre pour respecter le calendrier de la PPE qui représente aujourd’hui un élément-clé du succès de la transition énergétique du pays….

 

Le cas de l’éolien en mer, prometteur mais toujours en phase de démarrage

En révisant les objectifs de l’éolien en mer à la hausse au cours de la construction de cette PPE et en garantissant l’attribution de 6,2 GW d’éolienne en mer à horizon 2028, l’Etat valide l’utilité de cette ressource par sa capacité de production et sa complémentarité avec l’éolien terrestre pour renforcer la sécurité d’approvisionnement électrique française. Face à l’urgence climatique, la filière sera particulièrement vigilante au respect du calendrier d’attribution par appels d’offres, qui sera la pierre angulaire du développement de cette énergie pour la France dans les 10 prochaines années.

 

Pour Nicolas Wolff, Président de France Energie Eolienne, « Les objectifs qui nous sont assignés par le gouvernement pour les années à venir représentent une réelle avancée et un gage de confiance placée dans l’éolien (sous-entendre, terrestre et en mer). Nous serons néanmoins vigilants sur la mise en œuvre et notre capacité à générer chaque année les volumes de nouveaux projets requis (1850MW par an soit 80 projets par an).

Rappelons enfin que cette énergie est avant tout l’énergie de nos territoires, qui participe à leur redynamisation économique et sociale, à la création d’emplois locaux. Dans nombre de cas, ses retombées locales redonnent aux collectivités des moyens supplémentaires pour maintenir ou de créer les services publics qui trop souvent manquent à nos communes rurales. »

 

Côté SER : La PPE, un élément d’ancrage pour la relance du secteur des énergies renouvelables

Le Syndicat des énergies renouvelables se félicite de cette publication qui apporte, dans cette phase d’incertitude importante, une visibilité pour les différentes filières des énergies renouvelables. Dans la crise sanitaire que traverse notre pays avec les conséquences économiques et sociales qu’elle va entraîner, ce texte constitue un élément d’ancrage essentiel pour la relance du secteur.

 
Néanmoins, le SER présidé par Jean-Louis Bal, alerte sur l’importance du respect indispensable du calendrier figurant dans la PPE par rapport aux objectifs que la France s’est fixée de parvenir à 33% d’énergies renouvelables dans son mix énergétique en 2030 et d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050.

 

Pour tenir ce calendrier, au moment du redémarrage, il sera nécessaire d’accélérer les procédures administratives permettant de mettre en service les projets déjà en développement et la planification des appels d’offres afin de compenser les retards dus à la crise. Le SER appelle à ce qu’une réflexion s’ouvre sur les mesures d’accompagnement qui seront nécessaires afin d’atteindre les objectifs définis.

 

A noter l’interview exclusive de Jean-Yves Grandidier, président de Valorem et co-fondateur de FEE, publiée ce matin dans energiesdelamer.eu.

« Pour les EMR, il y a deux points à prendre en compte : l’axe donné par la PPE et leur rôle dans la relance post Covid-19. Soyons clairs, la consultation sur la PPE s’est achevée, et aujourd’hui, il n’était pas réaliste de penser pouvoir modifier encore les décisions quasiment acquises. …

Pour l’offshore éolien, il y a une amélioration, la ministre a parlé de près d’un gigawatt par an sur 2019-2023, ce qui fait 4 GW au total lancés d’ici à 2023. A partir de 2024, la trajectoire légale est d’1 GW attribué par an. Dans le scénario, présenté dans le cahier d’acteurs VALOREM publié en juin 2018 pour le débat public sur la PPE, c’était 1,5 GW qu’il aurait fallu attribuer par an.

 

Il est regrettable, alors qu’il y a autant d’espace maritime autour des côtes françaises, que l’on n’aille pas plus vite » ….

 

 

Points de repère

23/04/2020 – Les décrets de la Programmation pluriannuelle et la Stratégie Nationale Bas-Carbonne ont été publiés ce matin au JO