France – Mercredi 03/07/2019 – energiesdelamer.eu. Frédéric Moncany de Saint-Aignan président du Cluster maritime français a été élu président de l’Ecole nationale supérieure maritime en remplacement d’Hervé Moulinier.

 

 

Pour l’ancien élève de l’ENMM de Sainte-Adresse*, devenir président de son ancienne école est un honneur et une fierté a déclaré Frédéric Moncany.

« Naturellement, je mettrai toute mon énergie pour conserver et valoriser le cœur de métier et les fondamentaux de « L’Hydro » : l’excellente formation des officiers de la marine marchande français, que dans le cadre de l’ouverture de l’Ecole sur le monde, on devra étendre notamment aux officiers francophones ».

Pour le président du cluster maritime français, l’ENSM est un atout pour la France face aux enjeux fondamentaux qui l’attendent, parce que le transport maritime et les échanges internationaux sont au cœur de la transition écologique et de la nouvelle économie bleue. Mais également dans le domaine de la transition numérique et de la cybersécurité où l’Ecole doit poursuivre ses ambitions avec des partenaires académiques et industriels.

« L’ENSM doit prendre une plus grande dimension internationale. Son rayonnement est aussi celui du pavillon français, de l’enseignement à la française, du savoir-faire français et en s’appuyant notamment sur de la présence française en Outre-mer.

La diversité et la richesse de la formation à l’ENSM permettent des carrières bien au-delà du monde maritime ou portuaire : « J’ai toujours été frappé de retrouver des camarades de promotion ou des anciens élèves dans tant de branches professionnelles, parfois très éloignées du monde maritime mais toujours avec ce même esprit « hydro ».

C’est l’une des 205 écoles d’ingénieurs françaises accréditées au 1ᵉʳ septembre 2018 à délivrer un diplôme d’ingénieur. Le Directeur est Patrice Laporte.

 

L’école nationale supérieure maritime (ENSM) forme les officiers de la marine marchande et délivre trois titres d’ingénieurs : ingénieur navigant (O1MM), ingénieur en éco-gestion du navire (EGN) et ingénieur en déploiement et maintenance des systèmes offshore (DMO). Elle développe des activités de recherche dans les domaines de la sécurité et la sureté des équipages, de la protection de l’environnement et de la production d’énergie.

 

L’école de Sainte Adresse ancienne École nationale de la marine marchande

Pour présenter cette école, nous reproduisons ci-dessous le texte écrit par monsieur PONTOIZEAU, Sous-directeur de l’Ecole de la Marine Marchande en 1961 celle que l’on appelait historiquement et populairement l’Hydro – pour école d’hydrographie, un temps la plus grande d’Europe. Le texte a été édité dans un ouvrage paru en 1963, Intitulé « Voici Le Havre, de 1944 à 1963 », ( extraits transmis par Laure PEIGNON)

.

« La ville du Havre fut une des premières cités maritimes à posséder une école d’Hydrographie, puisque c’est en 1665 que la première école y fut ouverte, à peu près en même temps qu’ouvraient celles de Dieppe, Saint-Malo et Rochefort. Cette école fonctionna pratiquement sans interruption jusqu’en 1940. Il fallut l’occupation allemande d’abord, le destruction de la cité ensuite pour entraîner sa disparition momentanée.

Mais la présence d’une école d’Hydrographie au Havre est une si évidente nécessité que dès 1949 une nouvelle école provisoire s’ouvrait quai Casimir-Delavigne. Les installations y étaient insuffisantes et les pouvoirs publics envisagèrent la construction de la grande école de Sainte-Adresse, qui a reçu ses premiers élèves en Octobre 1961….