France – Vendredi 17/05/2019 – energiesdelamer.eu. « Ils bougent » pas ! Lors de l’assemblée générale annuelle qui s’est tenue jeudi16 mai Jean-Bernard Lévy, a été renouvelé par les actionnaires avec 97,94% des votes et pour quatre ans.

Ses objectifs : réformer la régulation nucléaire, travailler à une réorganisation du groupe et préparer la construction de nouveaux EPR.

Le dispositif en place actuellement, baptisé Arenh (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique), oblige EDF à revendre à ses concurrents jusqu’à 100 térawattheures (TWh) de son électricité nucléaire produite en France, à un prix fixé actuellement à €42 le mégawattheure. Il est censé favoriser l’émergence de fournisseurs concurrents face à l’ancien monopole historique.

 

Face à la montée des différentes activités d’EDF et selon des modalités de financement diversifiés, de trouver les moyens d’assurer croissance et performance », a-t-il exposé.

 

Il devra proposer un nouveau réacteur nucléaire EPR optimisé, alors que l’exécutif veut avoir les cartes en main à la mi-2021 pour pouvoir décider d’éventuelles constructions nouvelles. « Notre filière nucléaire est un atout aujourd’hui et il faut que ça le reste demain, sachons ne pas la gâcher par des atermoiements », a conclu Jean-Bernard Lévy.

 

 

 

Points de repère

Nommé PDG du groupe en 2014 à l’époque de François Hollande, il avait pris la succession d’Henri Proglio (ex président de Veolia).

Le conseil d’administration pour la première fois depuis Marcel Boiteux, président jusqu’en 1987, reconduit un dirigeant d’EDF dans ses fonctions.