Guinée équatoriale – Samedi 24/11/2018 – energiesdelamer.eu. Flash – La Guinée équatoriale ordonne aux compagnies pétrolières présentes dans le pays de cesser toute collaboration avec Subsea 7. La Guinée équatoriale met à exécution sa menace de sanction des entreprises de services pétroliers non respectueuses des cahiers de charges en matière de création d’emplois. L’entreprise Subsea 7, enregistrée au Luxembourg et ayant son siège à Hammersmith au Royaume-Uni, vient de subir les conséquences de cette décision des autorités équato-guinéennes. Alors que Subsea 7 avait déclaré en septembre “travailler en étroite collaboration avec les autorités pour s’assurer du respect de la réglementation” qui depuis 2014 oblige les compagnies pétrolières à renforcer les capacités des entreprises locales notamment.

 

 

Le Gouvernement avait menacé de mettre fin aux contrats d’exploitation de certaines compagnies pétrolières, avait rapporté Bloomberg en septembre dernier. Dans un communiqué Schlumberger avait dit être disposé à travailler étroitement avec le ministère des Mines et des hydrocarbures pour une conformité totale avec la législation.

La Guinée équatoriale a produit l’an dernier en moyenne, selon les données de BP Plc, 199 000 barils de pétrole par jour. Membre de l’OPEP depuis mai 2017, Malabo souhaite renforcer les activités de forage pour booster sa production pétrolière. De loin sa principale source de revenus.

 

Dans le collimateur : TechnipFMC Plc, Subsea 7 SA et Schlumberger Ltd. Il leur était reproché de ne pas se conformer à la législation en matière de formation et d’emploi, avait déclaré sous anonymat un responsable gouvernemental.

 

 

Cette fois, Gabriel Obiang Lima ministre équato-guinéen en charge du pétrole a intimé l’ordre aux compagnies pétrolières actives sur son territoire de stopper tout type de collaboration avec le fournisseur de services pétroliers et gaziers Subsea 7 et la presse africaine s’en fait largement écho. Le gouvernement accuse la compagnie parapétrolière britannique de ne pas se conformer au règlement du contenu local qui exige de créer plus d’emplois pour les locaux.

Schlumberger et Technip FMC s’étaient mis en conformité avec le texte tandis que Subsea 7 n’a, semble-t-il pas fait d’efforts (dixit Agence Ecofin), jusqu’à ce jour.

« Les entreprises opérant dans le secteur pétrolier ont l’obligation de travailler dans les limites de notre réglementation très souple et pragmatique en matière de contenu local», a insisté le ministre du Pétrole dans un communiqué. Subsea 7 devrait ainsi voir ses contrats de travail avec Noble Energy, Exxon Mobil et Marathon Oil, suspendus.

Obiang Lima a assuré qu’un examen de conformité de l’ensemble des entreprises du secteur est en cours.

Sources : Bloomberg et Agence Ecofin

 

 

Points de repère

 

Vendredi 27/04/2018 – Subsea 7 qui a annoncé son intention de soumissionner pour deux parcs éoliens français en mer, était candidat au rachat de McDermott. Subsea 7 avait retiré son offre en mai 2018. 

 

27/05/2017 – RFI – Guinée équatoriale membre de l’OPEP