France – Jeudi 06/09/2018 – energiesdelamer.eu. Le 5 septembre, Edouard Philippe, le Premier ministre a évoqué l’horizon 2035 pour réduire à 50% la part de nucléaire dans la production d’électricité en France. Cette date devrait être confirmée en octobre, avec la présentation de la Programmation pluriannuelle de l’énergie.

 

En revanche, le cabinet du Premier ministre commente dans Le Figaro : « La date précise pour atteindre l’objectif de 50% n’est pas encore arbitrée. » En effet, les arbitrages sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) seront rendus en octobre, a déclaré une source à la présidence de la République. 

Mais ce qui est certain, est que la Feuille de route du gouvernement pour les cinq prochaines années avec la programmation pluriannuelle de l’énergie, fixera une trajectoire de production pour chaque type d’énergie (dont l’éolien en mer, l’hydrolien…), et bien sûr le nucléaire. La PPE serait inscrite au calendrier parlementaire dans la première partie de l’hiver « dixit le Premier Ministre » après la conférence de presse à la suite du conseil des ministres.

 

François de Rugy n’avait pas évoqué le sujet lors de sa rencontre avec les journalistes, en revanche, il a annoncé que le gouvernement présentera sa feuille de route énergétique. Elle doit déterminer les grandes orientations de la France en matière d’énergies d’ici à 2028. La PPE précisera « la part de chaque énergie, le développement des énergies renouvelables que nous voulons faire », a, par ailleurs, déclaré François de Rugy sur France inter mercredi.

 

Le premier ministre a donc resserré le calendrier qui guide les travaux en cours autour de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Le texte, sous la responsabilité de François de Rugy, sera connu fin octobre…. Nicolas Hulot avait espéré une date la plus proche possible de 2030, tandis que le scénario le plus réaliste fixe plutôt l’échéance à 2035. 

 

 

Pour Pascal Canfin, président de WWF France, la construction de nouveaux réacteurs nucléaires serait « un suicide industriel », et il déclare également dans le Parisien, «si le nucléaire était une si bonne affaire, EDF aurait gagné des milliards…»

 

Loader Loading...
EAD Logo Taking too long?

Reload Reload document
| Open Open in new tab

 

Sources : Usine nouvelle, Reuters, Le Parisien, Fondation Jean-Jaurès, EDM.

 

Vous ne l’aviez peut-être pas lu ?

Jean-Yves LE DEAUT et Jacques ROGER-MACHART, membres honoraires de l’Assemblée nationale, respectivement nouveau et ancien responsable du groupe d’étude Énergie et Développement durable de la Fondation Jean-Jaurès ont fait paraître une tribune dans Enerpress.