CRE supergrids

 

Belgique – France (U.E) Mardi 24/03/2015 – Energies de la mer – Renforcement du réseau électrique haute tension pour intégrer l’énergie éolienne offshore . Nexans a annoncé qu’Elia, le gestionnaire du réseau de transport (GRT) d’électricité en Belgique, va faire appel à un système de câbles extra-haute tension de Nexans pour son projet majeur Stevin, destiné à renforcer le réseau haute tension belge. 
 
Pour les besoins de ce projet, Nexans assurera la fabrication, la livraison et la pose d’environ 60 km de câbles extra-haute tension (380 kV), ainsi que la fourniture d’accessoires et de services sur le chantier.  
 
Le projet Stevin est essentiel pour le raccordement des parcs éoliens offshore et de la production d’énergie décentralisée et renouvelable en Flandre-Occidentale et joue un rôle crucial dans l’atteinte de l’objectif de 13% d’énergie renouvelable dans la consommation d’énergie en Belgique d’ici 2020. 
Le projet est également important pour le développement économique de la Flandre-Occidentale et des ports maritimes, notamment autour du port de Zeebruges. 
Enfin sa réalisation est indispensable pour l’interconnexion avec l’Angleterre qui jouera un rôle capital dans la sécurité d’approvisionnement de la Belgique. « Cette ligne de 380 kV a pour but d’augmenter la capacité du réseau d’électricité entre Zomergem et Zeebrugge, une mesure essentielle pour assurer l’approvisionnement futur du pays ».
 
La ligne offre
. la possibilité de raccorder des sources supplémentaires de production décentralisée (éolienne, solaire et autres formes d’énergie durable) sur la côte 
. la capacité d’importer à terre l’énergie éolienne produite au large, pour son transport vers le marché intérieur 
. la possibilité de créer une nouvelle interconnexion avec le réseau belge via le projet de liaison sous-marine NEMO vers la Grande-Bretagne.
 
Pour des raisons d’ordre environnemental, il a été décidé d’enfouir partiellement la ligne au nord de la ville de Bruges. Celle-ci comprendra quatre circuits parallèles le long d’un tracé d’une dizaine de kilomètres, constitués de câbles de 380 kV, à isolant XLPE (polyéthylène réticulé) et à conducteur cuivre d’une section de 2500 mm². Un tiers des câbles fournis intégreront des fibres optiques pour assurer leur surveillance thermique. En outre, du fait que la ligne franchira le canal Baudouin, ce projet sans équivalent nécessitera également des techniques spéciales de pose des câbles 380 kV dans des tunnels, un domaine dans lequel Nexans peut se prévaloir d’une longue expérience. Le démarrage des travaux de pose est prévu pour le début 2016.
 
Elia a par ailleurs attribué à Nexans trois autres grands projets d’infrastructure nécessaires au renforcement du réseau haute tension belge. Il s’agit des liaisons Schoondaele-Sint-Baafs-Vijve dans la province de Gand, Lillo-Ketenisse dans la zone portuaire d’Anvers et Gilly-Montignies dans l’arrondissement de Charleroi. Nexans assurera ainsi la fabrication, la livraison et la pose de 39 km au total de câbles aluminium XLPE de 150 kV, d’une section de 2000 mm², dont un tiers seront équipés de fibres optiques intégrées aux fins de surveillance thermique. Le début des travaux de pose pour ces 3 liaisons est prévu pour le premier trimestre 2015.
Philippe Gastineau, est le Directeur général de l’activité Haute Tension Terrestre de Nexans.
Le groupe Elia et Nexans sont membres de l’association d’industriels européens Friends of the Supergrid (FOSG).
Sources : Nexans – RTE
Points de repère
 
Le groupe Elia est constitué de deux gestionnaires de réseau de transport (GRT) d’électricité, Elia Transmission en Belgique et (en collaboration avec IFM, Industry Funds Management) 50Hertz Transmission, l’un des quatre GRT allemands, actif dans le nord et l’est de l’Allemagne. Le Groupe fait partie des cinq plus grands gestionnaires de réseau européens. Le Groupe opère sous l’entité juridique Elia System Operator, une entreprise cotée en bourse dont l’actionnaire de référence est le holding communal Publi-T.
 
Pour en savoir +
Le projet de connexion NEMO côté France – Angleterre
Pour mémoire, une liaison NEMO est également prévue entre Bellengreville dans le Calvados et Southampton en Grande-Bretagne. Elle est mise en œuvre pour 2018. Le coût du projet est de €670 millions partagés avec National Grid, l’homologue anglais de RTE. Une concertation avait été engagée entre le 1er et le 30 novembre 2014. ICI
 
Octobre 2014 : Présentation de l’IFA2 : Interconnexion électrique sous-marine et souterraine entre la France et l’Angleterre RTE ICI 
Rapports environnementaux
 
Février 2013 : UK Environmental Statement : The Nemo Link ICI 
 
Avril 2012 : Projet « Nemo » de câble sous-marin d’énergie entre la Belgique et le Royaume-Uni traversant la zone contiguë française (Mer du Nord). Analyse des effets du projet sur l’environnement, commandé à Créocéan par le Consortium National Grid – Elia/Coordinateur de projet : PMSS –  ICI – Créocéan est lauréat du 1er concours mondial de l’innovation « Innovation 2030 » lancé en 2014.

THETIS 2015 ICI
Créocéan et RTE seront présents du 19 au 21 mai 2015 à Nantes 
Energies de la mer est partenaire média. 

Articles liés
 
18/03/2015 – L’Eclipse un test grandeur nature pour les réseaux interconnectés en Europe ICI 

Les réseaux électriques et gaziers : socle de la coopération énergétique européenne – Note de la Fondation Jean-Jaurès ICI 

La reproduction partielle ou totale, par toute personne physique ou morale et sur tout support, des documents et informations mis en ligne sur le site numérique energiesdelamer.blogspot.com sans mention de leur origine et de la date est strictement interdite et sera susceptible de faire l’objet de poursuites.