Bayreuth, Berlin, Paris (U.E) Mardi 26/02/2013 energiesdelamer.eu. revue de presse 
 
 
Le contrat DolWin3, « renforce la position d’Alstom comme partenaire clé de la transition énergétique en Allemagne », souligne Alf Henryk Wulf, Président d’Alstom Allemagne. L’un des défis porte sur la capacité à transporter l’électricité des turbines offshore jusqu’au réseau continental en minimisant les pertes en ligne.
 
 
DolWin3 est le huitième projet de raccordement utilisant la technologie de transport en courant continu mis en œuvre par TenneT. Avec trois projets supplémentaires basés sur la technologie en courant alternatif, l’opérateur de systèmes de transmission électrique en charge du réseau de la Mer du Nord fournira globalement environ 6,2 GW d’électricité éolienne offshore au réseau continental, soit à pleine puissance l’équivalent de 4 réacteurs nucléaires.
 
Le projet DolWin3 constituera le troisième raccordement de réseau à la zone éolienne DolWin, située dans la partie sud-ouest de la Mer du Nord, et offrira une capacité de 900MW. Le projet devrait être finalisé en 2017.
 
Alstom est leader du marché pour les postes électriques offshore en courant alternatif et pour le transport d’électricité onshore à haute tension en courant continu. Alf Henryk Wulf, Président d’Alstom Allemagne souligne « que les deux sociétés partenaires du projet Nordic Yards (constructeur allemand de plates-formes) et Prysmian, fournisseur italien de câbles, offrent des références exceptionnelles et sont des atouts pour mener à bien ce contrat clés en main. »

Alstom qui est le maître d’oeuvre, construira et fournira les stations de conversion onshore et offshore, ainsi que les systèmes de câbles de raccordement pour DolWin3. Le projet reposera sur la technologie en courant continu (avec conversion de source de tension, ±320 kV, 900 MW) pour livrer sur le continent l’énergie produite en haute mer, via un câble marin de 83 km. A partir de la côte, l’énergie éolienne devra ensuite franchir une distance supplémentaire de 79 km via un câble terrestre, vers les stations de conversion de Dörpen en Basse-Saxe. Le raccordement au réseau sera également assuré par Alstom, dans le cadre d’une solution clés en main.

 
Parallèlement à ce projet, Alstom s’est vu attribuer un contrat de service d’une durée de cinq ans qui couvre l’ensemble de la station de conversion offshore et de la plate-forme, ainsi que le système de conversion onshore. Le contrat inclut l’inspection, la maintenance préventive et corrective, les opérations de modernisation et de réparation, la gestion des pièces de rechange et un support technique.
 
D’après l’article paru sur Usine Nouvelle.fr, c’est la dernière génération de la technologie HVDC qui est utilisée pour ces liaisons offshore. A base d’électronique de puissance, cette technologie dite VSC, pour Voltage Source Converter, est la version avancée et surtout compacte de la technologie traditionnelle à thyristors (interrupteurs électroniques semi-conducteurs), qui nécessite des filtres couvrant des superficies équivalentes à plusieurs terrains de football. La compacité du VSC est toute relative : les plates-formes quelque 20 000 tonnes. Surtout, c’est une technologie récente et complexe que seuls ABB, Siemens et Alstom maîtrisent.
 
Tennet a dû l’étrenner en milieu marin pour satisfaire aux impératifs allemands de développement de l’éolien offshore. Pour l’instant, aucune installation n’est encore passée à l’exploitation commerciale. Sept projets aussi gros et innovants, c’était un peu trop, même pour des géants comme ABB et Siemens. Les deux électrotechniciens ont multiplié les retards et voient leurs marges fondre au fur et à mesure de la réévaluation à la hausse des coûts.
 
L’an dernier, Siemens a provisionné une charge de €278 millions pour couvrir ces dépassements. Trianel avait engagé un procès contre Tennet, pour ne pas avoir tenu ses engagements en matière de délais de raccordement (ICI)
Manuel Moragues d’Usine Nouvelle, souligne qu’Alstom bénéficie d’un délai de 55 mois avec une mise en service prévue pour l’automne 2017, ce qui représenterait de 20 à 40% de plus que pour les projets précédents de taille comparable. Enfin, le projet, câble inclus, atteint pratiquement €1,4 milliard, alors que les autres projets n’ont pas dépassé le milliard. Pour son premier projet HVDC offshore, Alstom fait fort !

Pour Libération, qui reprend l’AFP, le marché boursier a été peu sensible à cette annonce : en fin de matinée à Paris, l’action Alstom (-1,91% à 32,66 euros) évoluait comme le CAC 40 (-1,96%). Ces nouvelles «autoroutes de l’énergie» à courant continu représenteraient pourtant un marché de €50 milliards d’ici 2020, contre environ €3 milliards par an actuellement, selon Alstom.

A propos de TenneT
TenneT est le premier opérateur de réseau électrique transfrontalier en Europe. Avec environ 20 000 lignes haute-tension et ultra haute-tension et 36 millions d’utilisateurs finaux aux Pays-Bas et en Allemagne, Tennet est l’un des 5 opérateurs principaux en Europe. Son objectif est le développement du marché de l’énergie dans le Nord-Ouest de l’Europe et l’intégration des énergies renouvelables.
 
Sources : Communiqués  Alstom et Tennet, Usine Nouvelle, AFP, Libération

 
 
 
 
Delphine Batho et Bernard Cazeneuve à Cherbourg, ont concerté sur les enjeux financiers et technologiques pour les industriels et les énergéticiens français.
 
 
Une étude deBusinessConsensus sur le marché et les perspectives du marché hydrolien à consulter à partir du site des énergies de la mer ou de mer-veille.com.

Le Daily News de marine-renewable-energy.com compare la stratégie anglaise et française pour le développement des énergies renouvelable de la mer

 
La reproduction partielle ou totale, par toute personne physique ou morale et sur tout support, des documents et informations mis en ligne sur ce blog-médias sans autorisation préalable de energiesdelamer.blogspot.com et mention de leur origine, leur date et leur(s) auteur(s) est strictement interdite et sera susceptible de faire l’objet de poursuites.