COPENHAGEN – 31/03/2008 – C’est une nouvelle que nous avons préféré vous donner aujourd’hui plutôt que demain sinon vous ne l’auriez pas crue ! Selon le Wall Street Journal et Dong Energy, le Danemark produit trop d’électricité d’origine éolienne ! Actuellement en effet le Danemark tire 20% de sa production électrique totale des énergie éoliennes offshore, farshore et onshore confondues, ce pays exploitant ces trois possibilités. Les jours de conditions éoliennes favorables, cette capacité peut être même doublée et atteindre 40 % de la production totale comme cela a été récemment le cas en Espagne aussi. Ces fluctuations de production ont fini par avoir une incidence inattendue sur le réseau de distribution. Lors de journées particulièrement venteuses, notamment dans l’ouest du Danemark, le prix de l’électricité a pu descendre jusqu’à zéro mettant les services publics de distribution d’électricité dans une situation nouvelle et néanmoins embarrassante ! Pour tirer partie de cette situation nouvelle, la société de service public danoise Dong Energy envisage de mettre en place un système national de recharge des batteries de voitures électriques avec l’excédent d’énergie éolienne ainsi produit. Le projet est tout ce qu’il a de sérieux et a déjà fait l’objet d’un partenariat avec la compagnie californienne Project Better Place ; les deux partenaires Dong energy et Project Better Place prévoit d’ici à 2010 de mettre en place la structure nécessaire pour alimenter l’ensemble des bornes de recharge des voitures électriques à travers tout le Danemark à partir de l’excédent éolien.  » Les voitures sont en parfaite adéquation avec l’énergie éolienne  » a déclaré Shai Agassi, directeur général de Better, qui après l’accord qu’il vient de conclure avec Renault et Nissan concernant l’alimentation des futures véhicules électriques tournant sur batterie au lithium-ion, envisage de bâtir un réseau semblable en Israël.  » Les batteries se rechargerait la nuit pendant les heures creuses de demande en électricité  » a-t-il pris soin d ‘ajouter. Du côté de Dong, qui a du affronter pendant des années les reproches des lobbies opposés à l’éolien concernant  » l’irrégularité d’approvisionnement de la source éolienne  » on n’est pas fâché de se retrouver aujourd’hui les mains pleines, voir trop pleines ! Face à cette situation due en partie à la régularité d’approvisionnement des sources offhore et farshore, le gouvernement danois a promis de porter la part d’électricité produite à partir de sources renouvelables à 30% d’ici à 2025.  » Pour nous, ce sont des défis qui ne cessent de se poser sitôt un but atteint « , a déclaré Anders Eldrup, directeur général de Don.  » L’un de ces défis est de permettre, certains jours fastes en vents, l’arrêt total de la production des vielles centrales électriques utilisant les énergies fossiles « . En plus de ce programme de disqualification des vieilles centrales, le Danemark a déjà mis en place un réseau de revente d’excédents électriques d’origine éoliennes à ses plus proches voisins (Allemagne, Suède et Norvège) qui eux mêmes ne sont pas mal équipés dans ce domaine. Aujourd’hui déjà, les jours de grands vents, c’est à peu près 50% de la production danoise d’électricité éolienne qui est exportée vers la Norvège et la Suède ou de nombreux foyers se chauffent à l’électricité.  » Nous devons maintenant continuer à investir massivement dans l’amélioration du réseau de distribution pour s’assurer que nous pouvons transporter l’électricité éolienne là et quand elle est le plus nécessaire  » a déclaré Peter Jorgensen, vice-président d’Energinet.dk, l’entreprise nationale (à but non lucratif) qui gère, au Danemark, l’ensemble du réseau de distribution d’électricité.
Article : Francis Rousseau
Sources : Dong energy ; The Wall street Journal