MONTPELLIER (France) – La première pierre d’un grand équipement scientifique, l’Ecotron européen de Montpellier, vient d’être posée le 2 octobre dernier. Il sera opérationnel courant 2008 pour l’étude expérimentale du fonctionnement des écosystèmes, des organismes et de la biodiversité en réponse aux modifications de l’environnement. Aujourd’hui, plusieurs laboratoires français sont équipés d’enceintes instrumentées dédiées à la biologie végétale et à l’étude du fonctionnement des écosystèmes, ou de mésocosmes pour l’étude de systèmes aquatiques ou marins. Mais l’Ecotron européen de Montpellier apparaît comme le premier dispositif d’envergure internationale dans ce domaine, d’autant que couplé à un réseau d’équipements complémentaires en cours de développement, il va permettre d’accroître considérablement les capacités d’investigation. Ainsi constitué de l’Ecotron de Montpellier, de la plate-forme côtière Medimeer à Sète, des Ecolabs et des bassins aquatiques de Foljuif, ce réseau est destiné à positionner la France parmi les leaders dans le domaine des recherches en environnement.
Source : Bulletin électronique France numéro 199 (16/10/2007) – ADIT / ADIBE France numéro 199 (16/10/2007)
Photo : image du concours pour la construction de l’Ecotron © CNRS
Pour avoir accès à l’intégralité du texte, cliquer sur le titre de ce message