France – 16/11/2022 – energiesdelamer.eu –  Venue des télécoms, Valérie Layan, responsable du secteur de marché Transports chez Schneider Electric, mène le défi de décarboner les grandes infrastructures telles que les quais d’un port, un process d’aéroport ou une gare intelligente. Entretien exclusif.

Une business women au parcours éclectique et performant. D’ingénieure dans les Télécoms, elle s’est vite convertie aux affaires et à l’innovation. Elle se trouve aujourd’hui à la tête d’un secteur innovant à l’interface de l’énergie, du service et de la digitalisation. Désormais investie dans le grand défi de la transition énergétique, elle s’emploie actuellement à réussir celui de la décarbonation des équipements de transports et le verdissement des ports. Objectif : réduire de 55% les émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici à 2030. Une échéance non négociable pour la dirigeante !

Quelle était votre formation avant d’intégrer l’École nationale supérieure d’électricité et de mécanique puis la London business school ?

Valérie Layan :  Après un Bac C obtenu dans un lycée public en région parisienne, j’ai fait prépa Math sup, Math spé M pour devenir ingénieure. J’ai fait le choix de cette école polytechnique en Lorraine (ENSEM). Cette voie ne me faisait pas peur, j’avais la capacité et l’ambition. J’avais hésité avec l’enseignement, mais c’est un métier qui a peu de reconnaissance. Mon père était lui-même ingénieur technique à la Télévision, la SFP (Société française de production) aux Buttes Chaumont. A cette époque (années 80), on comptait 25 % de filles dans les écoles d’ingénieurs, aujourd’hui elles sont à peine 15 %. Il faut inciter des jeunes lycéennes à se lancer dans cette voie.

Quand j’ai été diplômée en 1990, j’avais plutôt un profil informatique industrielle qui pouvait s’appliquer à l’armée. J’ai d’ailleurs fait un stage chez Dassault Aviation, sur les bus embarqués dans les Rafales. J’aurais dû travailler dans le secteur militaire mais il y a eu la guerre du Koweit, les investissements ont été gelés. Je me suis retrouvée dans les Télécoms, un peu par hasard ».

Que retenez-vous de votre formation qui vous éclaire encore aujourd’hui ?

Les études de Math sup, Math spé sont sans doute les plus complexes, c’est hyper pointu, très compétitif. En école d’ingénieur, j’ai apprécié qu’on valorise le travail collaboratif, l’entraide, l’esprit d’équipe. J’aime aussi la compétition, j’aime gagner. Mais je suis convaincue que la formation d’ingénieur apporte une grande faculté d’adaptation. Cette capacité m’a permis de rebondir plusieurs fois dans ma carrière. Je suis passée du secteur Télécoms, d’ingénieure en R&D à technico-commercial internationale, à celui des Énergies. Aujourd’hui, je suis plutôt une business leader.

Quel a été votre parcours professionnel ?

La première partie de ma carrière s’est faite dans les Télécoms sur l’essor de la téléphonie mobile. J’ai commencé chez Nortel en R&D et j’ai vite évolué vers les services. A 34 ans, alors que j’avais des responsabilités de direction, j’ai bénéficié d’une formation professionnelle à la London business school pour évoluer vers le technico-commercial international. J’ai alors développé le marché du mobile en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique.

Passée ensuite chez Alcatel pour étendre la 3G et la 4G, j’ai remporté des marchés en Arabie Saoudite et aux Emirats. Nous faisions de la co-création agile avec le client.

A 45 ans, j’ai rejoint Colt, l’opérateur de réseaux utilisé notamment par les banquiers de la City. J’y ai aussi vécu une super aventure de stratégie commerciale avec un mix de cultures et d’idées, entre Paris et Londres. Mais hélas ce monde des Télécoms a décliné par la destruction de la chaîne de valeurs et une stratégie uniquement basée sur la baisse des coûts.

Savoir rebondir avec ses atouts vers un secteur porteur

Je me suis alors tournée vers le secteur porteur de l’énergie, en rejoignant Schneider Electric en 2014. Avec mon atout multi-facettes, j’ai pu valoriser mes compétences pour développer des stratégies de business, créer des nouveaux secteurs de marché. Mon fil conducteur c’est la relation client, j’aime rechercher les solutions à leurs besoins, travailler en co-création, les guider pour définir leur stratégie. On me reconnait ma capacité à entraîner, ma volonté de progresser, mon goût du risque, de la performance, mon attachement au client. Les RH disent que je suis un alien car j’ai fait plusieurs métiers, je n’ai pas eu qu’une progression verticale !

Quel est votre métier, quelle est votre fonction aujourd’hui ?

J’ai un métier business au contact du client dans un environnement technique. Depuis 2018, j’assure la direction mondiale du secteur de marché (segment) des Transports. C’est-à-dire que je suis en charge de toutes les infrastructures de transport où il y a de l’électrification ou des automatismes industriels : aéroports, métros, transports urbains, chemins de fer, ports, routes (tunnels, ponts, péages, parkings…). C’est une activité qui pèse presque 1 milliard sur les 27 de chiffre d’affaires de la société.

Cette troisième dimension des Transports s’ajoute à celles de Pays et de Lignes de produits. Ce nouveau modèle organisationnel a été voulu par notre P.D.-G, Jean-Pascal Tricoire, pour s’adresser davantage aux utilisateurs finaux. A ceux qui veulent électrifier les quais d’un port, un process d’aéroport ou une gare intelligente, nous sommes capables de proposer une solution pertinente pour interconnecter leurs activités grâce à une architecture IoT et à la transformation numérique. Dans un rôle de prescription, nous accompagnons ainsi toute cette chaîne de valeurs.

Notre organisation matricielle permet d’intégrer toute la complexité d’un segment, en développant tous les aspects techniques et commerciaux. Nous couvrons aujourd’hui une vingtaine de régions du monde. Notre business a été multiplié par 3.

Quel type de management avez-vous mis en place, comment dirigez-vous vos équipes commerciales, techniques, assurance qualité ?

C’est un management participatif et inclusif, attaché à des valeurs. J’aime travailler avec des acteurs différents. Je veille à déléguer, à accorder de l’autonomie, à responsabiliser les équipes, à encourager le goût du risque. Tout cela dans le respect d’une éthique et du client. Je mesure par des résultats et non par des moyens. Mon principe est « Je fais ce que je dis et je dis ce que je fais » !

Pensez-vous que l’ensemble des ports européens, français en particulier, pourront atteindre les objectifs de décarbonation, par l’électrification à quai notamment, en 2030 ? Cette échéance est-elle réaliste ?

C’est une échéance ambitieuse, réaliste, un objectif commun. C’est de toute façon une obligation de réduire de 55 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. C’est non négociable, il faut y aller ! Toute une filière doit se mobiliser, d’autant qu’elle peut s’appuyer sur des financements publics français et européens. Les compétences existent, les solutions sont là, il n’ y a pas de barrière technique. Il faut mettre en ordre de bataille les autorités portuaires, les opérateurs portuaires, les villes, les fournisseurs d’énergies. La difficulté tient plus dans la mise en musique de tout cet écosystème, de réussir à faire coopérer tous les acteurs et que chacun trouve sa place.

Pour répondre aux nouveaux besoins des ports demain, on devra fournir une masse importante d’électricité, on n’y arrivera pas sans l’apport d’énergies vertes.

A mon sens c’est une stratégie en trois points : d’abord intensifier l’électrification à quai. Apporter aussi des solutions numériques connectées, digitaliser pour être plus efficace. Ensuite, compléter par un mix énergétique associant des énergies renouvelables diverses (solaire, éolien…).

A terme, une ville portuaire devrait pouvoir être en capacité de produire et de consommer sa propre énergie.

Quel est votre conseil pour les femmes qui travaillent ou souhaitent travailler dans la filière des énergies renouvelables en mer, de vos secteurs ou des ports ?

Le même conseil qu’aux hommes. Mobilisez-vous dans cette filière professionnelle sur l’enjeu crucial des énergies. C’est passionnant, c’est vertueux de travailler dans cette industrie !

Que peut-on vous souhaiter ?

D’embarquer le plus de monde dans ce challenge d’accompagner les ports dans leur verdissement. Dans 5 ans, j’aimerai pouvoir me dire que j’ai contribué à ce défi climatique du siècle, que j’ai apporté ma pierre à l’édifice.

Propos recueillis par Marguerite Castel

Retrouvez les portraits de la série « Femmes dans le vent » proposée par energiesdelamer.eu en partenariat avec et , dans la base de données du BUSINESS DIRECTORY 

POINTS DE REPÈRE

Femmes dans le Vent

energiesdelamer.eu souhaite accélérer son développement et continuer d’offrir à ses abonnés une veille quotidienne internationale de qualité, vérifiée et mise en perspective. C’est la raison pour laquelle, depuis le 15 juin 2022 les articles publiés par le site de presse professionnelle sont devenus payants. Les abonnements aux lettres quotidienne, hebdomadaire et mensuelle sont gratuits et vous permettent de prendre connaissance des titres du jour.

 


Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.
Les articles publiés par energiesdelamer.eu sur les entreprises dans la base de données du BUSINESS DIRECTORY sont accessibles à tous nos lecteurs gratuitement.


Publicités Google :