France – 01/08/2022 – energiesdelamer.euLe Conseil d’État a rejeté le 29 juillet le recours des associations « Non aux éoliennes entre Noirmoutier et Yeu (NENY) et « Société pour la protection du paysage et de l’esthétique en France », demandant l’arrêt des travaux du parc éolien prévu entre les deux îles. La contestation portait sur la légalité des arrêtés préfectoraux accordant des dérogations à l’interdiction de destruction des espèces protégées au nombre de 13.

Dans l’attente de cette décision et d’un recours qui reste encore à lever le parc met le cap sur la réunion fournisseurs de rang 2 et 3 qui se tiendra les 6 et 7 octobre prochains.

Le parc Eolien en Mer Yeu Noirmoutier (EMYN) est détenu par Ocean Winds France, principal actionnaire, avec à ses côtés Sumitomo et la Caisse des Dépôts. Emyn dirigée par Paul Cairo est une co-entreprise entre Engie (France) et EDP Renewables (Portugal).

Lors d’une réunion entreprises organisée 18 juillet dernier sous la présidence d’Alain Leboeuf président du Conseil départemental de Vendée avec la participation de Paulo Cairo directeur des projets Yeu-Noirmoutier et Dieppe Le Tréport, Marc Hirt le directeur d’Ocean Winds a rappelé que 3 recours en Conseil d’Etat ont fortement ralenti le projet. Néanmoins, bien que « ces contentieux n’étaient pas suspensifs, que le projet pouvait donc démarrer, il a mentionné qu’il avait était préférable d »attendre. « Sur l’un d’eux, l’avis du rapporteur a été favorable, sur le deuxième la décision est attendue très prochainement (elle vient d’être communiquée par le Conseil d’Etat le 29 juillet, et pour le 3ème la notification est espérée avant la fin de l’année. »

Cette décision du Conseil d’Etat permet au Parc éolien en mer d’avoir dorénavant les coudées plus franches. L’année 2023 est celle de la fabrication des éléments du parc dans les usines (après la levée des derniers recours). En 2024, les travaux d’installation en mer vont démarrer et la mise en service du parc suivra à partir de 2025.

Le parc d’une puissance de 496 MW sera composée de 62 éoliennes Siemens Gamesa assemblées à l’usine du Havre seul fournisseur déjà sélectionné. Emyn est donc en phase finale de sélection de ses fournisseurs pour la sous-station en mer, les fondations et les câbles, c’est à dire de rang 1. Le choix devrait être fait d’ici l’automne.

6 et 7 octobre Rencontres avec les entreprises et les retombées locales attendues.

Le 18 juillet une nouvelle étape avec la signature des premiers contrats. Afin de poursuivre cette dynamique, le Département, la CCI Vendée et Emyn co-organisent, les 6 et 7 octobre prochains, une soirée d’information et des rencontres d’affaires ouvertes aux acteurs économiques du territoire.

La Vendée : L’élan d’un territoire lancé dans la transition énergétique

A cette occasion Alain Leboeuf, a rappelé que le département se veut pionnier en s’engageant dans la transition écologique: électricité, hydrogène… Il a cité des entreprises vendéennes et des réalisations pour montrer l’élan pris par la Vendée dans la transition énergétique: Lhyfe (Bouin), station multi-énergies (La Roche-sur-Yon), centrale photovoltaïque Sainte-Anne (La Roche-sur-Yon), Métha Vie (Le Poiré-sur-Vie) et l’intérêt du Parc éolien pour la Vendée est un développement économique, une source d’emploi.

La président du Conseil départemental a poursuivi rappelant que le parc est une longue histoire qui a débuté en 2008. J’étais présent – (Ndrl au Conseil général de la Vendée à l’époque) quand Philippe de Villiers a déclaré à propos du projet « Jamais ! ». Et tout le monde a voté contre. » « On ne peut pas imaginer la réalisation de la transition écologique uniquement chez les autres, dans les autres territoires, et pas dans le nôtre ! Et surtout, il faut savoir que la Vendée était 100% dépendante sur le plan énergétique, que nous étions contraints à chaque fois de demander à d’autres nos besoins énergétiques nécessaires, alors que nous avons la possibilité d’obtenir une énergie renouvelable sur l’océan, à un endroit où elle est la plus régulière !  Le dossier a été repris en 2011 avec Bruno Retailleau. Et ce 2ème vote, après celui de 2008, a été pris à l’unanimité. Mais il y avait une condition, une promesse: des retombées économiques pour les entreprises vendéennes et ligériennes. Et notre parole devra être respectée. »

En avant-propos, Alain Leboeuf, Marc Hirt et Paulo Cairo ont expliqué l’importance des journées des 6 et 7 octobre 2022 dont l’objectif est de rencontrer les entreprises vendéennes parmi les 780 contactées, afin de leur faciliter des retombées économiques et locales selon leur domaine de compétences. MerVeille Energie avait consacré son dossier trimestriel  au «Marché local et enjeux réglementaires» en avril 2021, enquête plus que jamais d’actualité.

Cette rencontre « sera organisée en coordination avec la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), et avec la présence du Conseil régional des Pays-de-la-Loire, les entreprises ligériennes étant bien sûr également concernées ».

Où en sommes-nous des préparations ?

Depuis le mois de juin, RTE réalise de premiers travaux préalables au raccordement, peu nombreux et très localisés. C’est à l’automne que débuteront réellement les travaux de raccordement, avec notamment le démarrage de la construction d’un nouveau poste électrique à Soullans, le début des travaux d’atterrage (point de connexion entre les câbles sous-marins et les câbles souterrains) à La-Barre-de-Monts et la construction de la double liaison souterraine entre La-Barre-de-Monts et Soullans.

Pour acheminer l’électricité produite en mer jusqu’au réseau existant, RTE va réaliser les travaux suivants d’ici 2025 :

  • Installation d’une double liaison sous-marine 225 000 volts sur 27 kilomètres, depuis le poste électrique en mer du producteur jusqu’à la côte ;
  • Réalisation d’une chambre d’atterrage qui permettra de relier les câbles sous-marins aux câbles souterrains ;
  • Construction d’une double liaison électrique souterraine à225 000 volts sur 29 kilomètres traversant les communes de La-Barre-de-Monts, Notre-Dame-de-Monts, Saint-Jean-de-Monts, Le Perrier et Soullans ;
  • Construction du nouveau poste électrique du Gué-Au-Roux, situé à proximité immédiate du poste électrique existant de Soullans.

Sources : RTE – EMYN – Le Reporter sablais – Conseil d’Etat

Vous êtes déjà abonnés? connectez-vous.

POINTS DE REPÈRE

energiesdelamer.eu souhaite accélérer son développement et continuer d’offrir à ses abonnés une veille quotidienne internationale de qualité, vérifiée et mise en perspective. C’est la raison pour laquelle, depuis le 15 juin 2022 les articles publiés par le site de presse professionnelle sont devenus payants. Les abonnements aux lettres quotidienne, hebdomadaire et mensuelle sont gratuits et vous permettent de prendre connaissance des titres du jour.

 


Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.
Les articles publiés par energiesdelamer.eu sur EMYN sont archivés dans la base de données du BUSINESS DIRECTORY et sont accessibles à tous nos lecteurs gratuitement.


Publicités Google :