France – 22/07/2021 – energiesdelamer.eu – Le Parlement a définitivement adopté ce 20 juillet 2021 la loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets. A travers différentes dispositions, ce texte réaffirme le rôle central que doivent jouer les énergies renouvelables pour permettre à notre pays de lutter efficacement contre le changement climatique. Il est cependant fondamental de s’assurer que les mesures de mise en œuvre permettront réellement d’accompagner la nécessaire accélération des projets sur le terrain.

Alors que de récents épisodes (inondations en Allemagne et en Belgique, vagues de chaleur extrême en Amérique du Nord) sont venus témoigner une fois de plus du caractère très concret du dérèglement climatique et du besoin urgent d’agir pour le climat, la loi marque l’importance d’accélérer la décarbonation de l’économie à travers le développement des énergies renouvelables

 

Dans les secteurs encore très carbonés comme la production de chaleur et les transports, la loi instaure un mécanisme qui obligera tous les fournisseurs de gaz naturel à justifier d’un niveau minimum d’incorporation de gaz renouvelable à travers un système de certificats de production de biogaz. Elle met en place des mesures pour faciliter l’exploitation de la géothermie et pour renouveler le parc d’appareils de chauffage au bois anciens et peu performants afin d’accompagner le développement de la filière

 

En parallèle, la loi reconnaît le rôle fondamental que devront jouer les énergies renouvelables pour garantir, sur le long terme, le maintien d’un mix électrique décarboné. Elle fixe un objectif de développement « d’au moins » 1 GW par an d’éolien en mer d’ici à 2024, instaure une obligation de solarisation des nouveaux bâtiments à usage commercial, industriel, artisanal, entrepôts, hangars, immeubles à usage de bureaux et parcs de stationnement couverts accessibles au public, et permet de déployer des installations solaires sur des friches situées en zone littorale. Les espaces nécessaires au développement de l’énergie solaire ne seront pas comptabilisés dans les objectifs de lutte contre l’artificialisation des sols dès lors que les projets n’affectent pas durablement les fonctions écologiques du sol. Enfin, plusieurs mesures de simplification visent à faciliter le développement de l’hydroélectricité.

POINTS DE REPÈRE


Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.


Publicités Google :