Nom : Parc éolien en mer de Fécamp (en construction)
Directeur du parc : Bertrand Allanic
Consortium : EDF énergies nouvelles, Enbridge, Skyborn Renewables
Puissance totale : 497MW
Superficie : 60km²
Éolienne : 71 éoliennes, fondation gravitaire, 7MW par unité
Base de maintenance : Port de Fécamp
Équivalent de production : 60% de la consommation électrique de Seine Maritime, soit 777.000 personnes
Date de mise en service : 2023

Le parc éolien en mer posé de Fécamp est issu du premier appel d’offres lancé en 2011.

La 27e éolienne en mer du Parc éolien en mer de Fécamp a été installée sur les 71, mercredi 1 octobre 2023. Les équipes sont mobilisées au quotidien pour mener les travaux en mer.

Pour rappel, les 1ers Kilowatt-heure ont été injectés le 14 juillet dans le réseau national depuis le poste de Sainneville.

Les éoliennes produisent progressivement de l’électricité au fil de leur installation avec l’objectif d’une mise en service intégrale à l’hiver 2023-2024.

Après 10 mois de travail, les équipes de Prysmian, en charge de ces opérations, ont finalisé la pose des câbles inter-éoliennes.

Pour rappel, ces câbles servent à transporter l’électricité produite par les éoliennes jusqu’à la sous-station électrique en mer, elle-même raccordée au poste électrique de Sainneville. Il s’agit de câbles triphasés de moyenne tension (33 kV). Une majorité d’entre eux sont ensouillés, c’est-à-dire enfouis sous le sol marin pour assurer leur protection.

C’est grâce aux plus de 300 personnes mobilisées à bord,  que les navires l’Ariadne, l’Esvagtfroude, l’Athena, l’Argo ont accompli les étapes suivantes :

  • La pose des câbles
  • L’enfouissement et le recouvrement des câbles après la pose
  • Les préparations des fondations avant le tirage des câbles et des travaux de connections
  • Les transferts d’équipages

Le parc éolien en mer posé de Fécamp est issu du premier appel d’offres lancé en 2011.
Les principales caractéristiques du parc sont les suivantes

infographie des caractéristiques du parc éolien en mer de Fécamp

Du 20 mars au 20 juillet 2013, la commission particulière, nommée par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), a organisé un débat qui a permis au public de s'informer et s'exprimer sur l'opportunité, les objectifs et les caractéristiques du projet de parc éolien en mer de Fécamp.

Le maître d’ouvrage, la société Éoliennes Offshore des Hautes Falaises, a pris le 15 novembre 2013 la décision de poursuivre le développement du projet, en mettant en place des mesures s'appuyant sur les interventions du public et les enseignements tirés par la commission.

La Commission nationale du débat public (CNDP) avait été saisie, le 11 juin 2012 par Éolien Maritime France. En effet, à la suite de l’appel d’offres lancé par l’État le 11 juillet 2011, Éolien maritime France, consortium regroupant EDF EN et DONG Energy Wind, a été désigné le 23 avril 2012 comme lauréat sur le site de Fécamp. Éolien Maritime France est associé pour ce projet à wpd Offshore. Pour la réalisation de ce projet, le consortium a créé une société nouvelle, Éoliennes Offshore des Hautes Falaises, et a obtenu le transfert de maîtrise d’ouvrage au bénéfice de cette société de projet, filiale d’Éolien Maritime France et de wpd Offshore.

Olivier Guérin, magistrat honoraire, a été désigné par la CNDP, le 4 juillet 2012, président de la CPDP. Ont été nommés par la CNDP, le 5 septembre 2012, comme membres de la CPDP : Joëlle Fodor, urbaniste ;  Dominique Planchon, directrice honoraire du Sénat ; Alain Capmas, ingénieur-physicien ; Jean-Paul Escande, médecin et universitaire. Emma Bothorel, était la secrétaire générale, avec Éric Bonté, secrétaire général adjoint, Cécile Augereau, responsable communication, et des prestataires Eclectic Experience et Campardou communication.

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet
Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

 


Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.