France – Dimanche 08/11/2020 – energiesdelamer.eu – Les Sables d’Olonne –  A la performance du skipper, au guidage météo, aux performances, aux améliorations et innovations technologiques, vient s’ajouter une nouvelle dimension scientifique et sociétale.

FOCUS sur deux hommes, Benjamin Dutreux et Kojiro Shiraishi et sur deux projets :

Le parc « Eoliennes en mer Ile d’Yeu et de Noirmoutier – EMYN» d’Engie, fournisseur officiel 2020 du Vendée Globe, est partenaire du skipper Benjamin Dutreux, natif de l’île d’Yeu, sur l’Imoca « Sateco – Water Family Du flocon à la Vague ». Water Family est un projet pédagogique qui rassemble plus de 150 ambassadeurs sportifs, artistes et scientifiques, plus de 20.000 jeunes et 1000 professionnels. L’un des principaux engagements place l’écologie en étant que matière principale à l’école. Il s’agit de « donner du sens dans ce projet sportif -à travers des actions éducatives de protection et de préservation de l’eau- en jouant sur l’opportunité d’éduquer le plus grand nombre aux enjeux environnementaux qui menacent notre planète ». (Photo EDM – 19 octobre 2020 aux Sables d’Olonne – Matthieu Carrette responsable des relations locales EMYN, Benjamin Dutreux, Christelle Célestre, responsable de coordination socio-industrielle EMYN).

Après cinq mois, l’Imoca WaterFamily qui était au chantier naval à La Mothe-Achard retrouve l’eau … Retour en images et présentation du projet Water Family … à découvrir sur la page facebook de Benjamin Dutreux.

Ce qui relie aussi les deux skippers, c’est la passion de la course incarné parle bateau rebaptisé par Benjamin Dutreux « Sateco – Water Family » et une farouche volonté de participer à l’amélioration et au partage des connaissances.

En effet, ce bateau, qui a participé à plusieurs Vendée Globe, a une histoire que l’on retrouve sur le site de Voiliers ICI. Construit en 2007 pour l’espagnol Guillermo Altadill, ce plan Farr est monté sur le podium des plus prestigieuses épreuves du circuit IMOCA. Aujourd’hui, skippé par le sablais Benjamin Dutreux, il compte bien jouer les trouble-fêtes parmi la flotte des 60 pieds à dérives. Ancien Hugo Boss, il est passé entre les mains d’Alex Thomson, d’Alex Pella … Rebaptisé Neutrogena, il est mené à la deuxième place de la Barcelona World Race 2014 par Guillermo Altadill et Jose Muñoz. Il est revendu en 2015 à Nicolas Boidevezi qui avait pour projet de courir le Vendée Globe 2016. Mais, faute de financements, c’est finalement le Japonais Kojiro Shiraishi qui sera à la barre durant l’édition 2016 sur le bateau, cette fois baptisé « Spirit of Yukoh » en mémoire de son mentor. Kojiro Shiraishi fera un beau début de course, avant de démâter dans l’océan Indien.

Performance et science pour Kojiro Shiraishi dans le cadre du programme JAMSTEC

Cette fois, Kojiro Shiraishi prend la course sur le DMG MORI GLOBAL ONE. Le design est innovant, le nouveau bateau de Kojiro Shiraishi a été construit à partir du moule du bateau « Charal ». L’équipe de DMG MORI a aussi pu bénéficier de contacts réguliers avec le team de Jérémie Beyou. Si les deux carènes sont quasiment identiques, le team de DMG MORI n’a pas cherché à explorer des voies extrêmes. Simultanément, Kojiro Shiraishi mène une campagne scientifique dans le cadre de JAMSTEC, pour mesurer les déchets microplastiques sur le parcours du Vendée Globe.

Interview de Kōjirō Shiraishi réalisée le 11 septembre 2020 à Lorient (France) par Laurie M. Charrieau, chercheuse à la Japan Agency for Marine-Earth Science Technology (JAMSTEC). Laurie M. Charrieau travaille sur des thèmes touchant aux sciences environnementales, principalement en océanographie et en biologie marine. Dans le cadre de sa collaboration scientifique avec le JAMSTEC lors de l’édition 2020/2021 de la course au large du Vendée Globe, Kōjirō Shiraishi réalisera des prélèvements. JAMSTEC participe notamment au Programme mondial de recherches sur le climat ou PMRC (en anglais World Climate Research Programme, WCRP), mis en place en 1980. Remerciements : Kōjirō Shiraishi, Shota Kanda, DMG Mori team – Réalisation : Laurie M. Charrieau, Briz Parent Musique : J’avale – Abel Chéret.

 

 

POINTS DE REPÈRE

Vendée Globe

Le Vendée Globe, la plus grande course à la voile autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance, s’élance pour la neuvième fois, dimanche 8 novembre des Sables d’Olonne. Le départ de la première édition remonte au 26 novembre 1989.

De nombreuses innovations y ont vu le jour, et les bateaux les plus anciens sont dotés aujourd’hui de technologies d’avant-garde. « Les foilers vont partir comme des fusées » a déclaré Jean Le Cam (Yes We Cam!) « C’est le départ parfait, il fait super beau. À chaque fois c’est différent. Les bateaux sont différents, à foils, sans foil. Je suis content d’être là et sur ce bateau-là. L’objectif c’est d’arriver au bout … »

Stéphane Le Diraison, ancien responsable des EMR chez BVA que nous avions suivi en 2016 ICI déclare « il y a cette pression qui monte … Il y a plein d’émotions, c’est une grande fierté d’être là de nouveau. Je suis serein parce que ma préparation a été affutée, en termes de technique, de sport, de mental. Bien sûr, il y a cette pression qui monte, un départ de tour du monde, c’est forcément spécial. »

 

Les skippers

 

 

 

Les bateaux

Les bateaux du Vendée Globe mesurent tous 18,28 m de long (60 pieds) pour 4,50 m de tirant d’eau. Très toilés, ce sont les monocoques les plus puissants de la planète menés par un marin en solitaire. Ils peuvent dépasser les 30 nœuds au portant. La jauge de ces bêtes de course est définie par la classe IMOCA (International Monohull Open Class Association), fondée en 1991 et reconnue par l’ISAF, la Fédération internationale de voile. Une importante refonte de la jauge a été menée avant l’édition 2016. Celle-ci impose désormais pour les nouveaux bateaux, une quille standardisée, le choix entre deux mâts, classique ou mât-aile, un nombre d’appendices et de ballasts limités. Le reste est laissé à la liberté des architectes. Mais la grande nouveauté fut sans conteste l’apport des foils, à savoir des appendices porteurs qui permettent de « sustenter » la coque aux allures portantes. Donc, d’économiser beaucoup de trainée (frottement avec l’eau) et de gagner en performances. Le Vendée Globe 2016/2017 a montré l’efficacité du dispositif. En 2020, un grand nombre de prétendants au podium seront équipés de foils.

Complété à 14h30 – Le départ a été donné à 14h20 par Yves Auvinet, président de la SAEM Vendée, organisatrice du Vendée Globe. energiesdelamer.eu vous fera vivre les parcours de Benjamin Dutreux et Kōjirō Shiraishi durant le Vendée Globe 2020. Bon vent à tous !

 

 
 
 
 
Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.