France – Vendredi 06/11/2020 – energiesdelamer.eu. Les études réalisées en milieu naturel (ainsi que les résultats d’autres études) qui devaient être présentées le 4 novembre prochain aux membres du Comité de Gestion et de Suivi* présidé par le Préfet des Côtes-d’Armor relatives aux impacts des travaux de survey et d’installation sont reportées au 10 décembre 2020 à la suite des mesures sanitaires prises pour contenir et ralentir la pandémie Covid-19.

Parmi les études scientifiques qui devaient été présentées, le projet de R&D IMPAIC, IMPacts Acoustiques sur les Invertébrés de la baie de Saint-BrieuC portant sur les effets du bruit sur la coquille Saint Jacques, la praire et le homard, menée par Laurent Chauvaud* CNRS de l’IUEM – UBO et le MNHN, et la seconde par Michel André, Professeur de l’Université Polytechnique de Catalogne (UPC) et Directeur du Laboratoire d’Applications Bioacoustiques (LAB)**, deux experts mondiaux.

Selon Ailes Marines, les résultats préliminaires montrent que les effets significatifs du battage et du forage sont compatibles avec le cycle de vie normal des espèces étudiées, notamment la coquille Saint-Jacques, la praire, la seiche. Les études réalisées en milieu naturel (ainsi que les résultats d’autres études)

07 07 020 gouvernement photo Annick Girardin EDM 06 07 020A noter, Annick Girardin, ministre de la mer, interviewée par Le Télégramme le 4 novembre dernier sur les impacts du Brexit sur la pêche et l’inquiétude des pêcheurs sur des projets d’éoliennes en mer, notamment à Saint-Brieuc a déclaré  « Que nous obtenions un accord ou pas, il faudra un accompagnement des pêcheurs. Car un accord modifiera malgré tout la situation de la pêche. On ne sortira pas de cette négociation comme on y était entré ». Par ailleurs, « Sur le sujet des éoliennes en mer, il y a des consultations systématiques. Je me bats pour obtenir que le ministère de la Mer ait la co-maîtrise de tous les débats qui auront lieu. Parce qu’il est positionné pour faire converger les usages et les usagers. Ma vision est d’avoir un horizon à 2050 pour donner la visibilité nécessaire. Je soutiens la création d’éoliennes en mer, car c’est un modèle économique rentable et car s’y greffent de nouvelles activités. Il y a quelques contentieux, mais les débats ont déjà eu lieu. Je reste vigilante sur les conflits dans les territoires et je tiens à jouer là aussi mon rôle de médiateur ».

  • Photo de la première réunion du Comité de Gestion et de Suivi* présidé par le Préfet des Côtes-d’Armor qui s’était tenue le 17 octobre 2017.

POINTS DE REPERE

03/11/2020 –  Dans l’esprit du débat public et du partage des connaissance, la rédaction propose comme point de repère sur les relations entre science, décision publique, information, économie, rôle du maîte d’ouvrage … , l’ITW de Francis Beaucire du 3/11/2020, géographe, président de la commission particulière de débat public « EolMer Normandie » (CPDP Normandie) qui a remis son rapport le 19 octobre (la restitution est prévue le 12 novembre par webinaire). Il livre à energiesdelamer.eu ses premières impressions de chercheur, d’enseignant et de professeur des Universités sur les questionnements relevés lors du débat public de Normandie. « C’est que la connaissance, je parle de connaissance scientifique,  est partagée, mais qu’elle est dans le même temps lacunaire, controversée, et qu’elle fait l‘objet d’une aspiration généralisée qui devrait ravir les chercheurs professionnels »…  « La pertinence de l’apport du public en termes d’interrogations est un fait qu’il ne faudra pas oublier. Les usagers de la mer, du littoral, de l’énergie, ont acquis une expertise qui transforme la fonction d’information dévolue au maître d’ouvrage, sommé désormais de se justifier par une argumentation d’un plus grand niveau de finesse. En d’autres termes,  l’argument d’autorité du chercheur, quand  il est utilisé (c’est loin d’être toujours le cas), a perdu de sa valeur, celle du maître d’ouvrage aussi ». « Il faut restaurer la confiance !

28/10/2020 – Explications transmises par Ailes Marines à la suite de la déclaration de Pierre-Alexis Blévin, avocat en droit public et nouveau maire de Pléneuf-Val-André.

24/04/2020 – Rappel des demandes et des attentes du CDP22. Interview exclusive d’Alain Coudray, président du Comité départemental des pêches des Côtes d’Armor.

29/08/2019 – Présentation du projet d’étude IMPAIC – IMPacts Acoustiques sur les Invertébrés de la baie de Saint-BrieuC

A l’exception des bruits liés à l’usage d’explosifs, ceux produits par les battages de pieux sont les plus puissants en domaine marin avec des niveaux dépassant très largement les 200 dB (Fig. 1). Dans ce contexte d’augmentation globale de l’anthropophonie en zone côtière, au regard du déficit de connaissances sur ces impacts sur les écosystèmes marins benthiques (en particulier sur les coquilles Saint-Jacques) et dans la suite logique des recherches développées en Bretagne les membres du LEMAR (UMR6539) et de leurs partenaires inclus aujourd’hui au sein du LIA BeBEST depuis 5 ans, nous proposons de conduire le projet IMPAIC sur la base de 2 volets : L’objectif final est de fournir un avis argumenté de gestion bioacoustique au large de Saint-Brieuc garantissant le développement d’un champ éolien offshore dans le respect des gisements de bivalves de cette baie. Un effort particulier est porté sur la coquille Saint-Jacques, la praire, l’amande de mer et le homard.

 

Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.