Vendredi 24/07/2020 – energiesdelamer.eu – D’après le nouveau rapport de l’IEEFA (Institute for Energy Economics and Financial Analysis) paru hier, et alors que Shell et Total se tournent vers les technologies des énergies renouvelables, environ 90% de leur capital continue d’être en combustibles fossiles. L’objectif des « supermajors » de 0 émission nette de carbone d’ici 2050, ne peut être atteint sans la sortie des actifs de combustibles fossiles.

 

 

 

Pour atteindre leurs propres objectifs, IEEFA estime que Shell et Total doivent chacun transférer au moins 10 milliards de dollars par an (soit 50% du total des dépenses en capital) de l’exploration pétrolière et gazière et investir dans l’accélération de leurs stratégies renouvelables.

 

Se classant parmi les contributeurs les plus importants à l’accumulation de gaz à effet de serre, l’auteur du rapport Clark Butler affirme que Shell et Total sont bien en deçà de leurs objectifs en matière d’énergie durable annoncés sans un déplacement majeur des investissements des actifs fossiles vers les énergies renouvelables.

 

«Il est peu probable que Total atteigne son objectif 2025 de 25 gigawatts d’énergie renouvelable installée sur sa trajectoire actuelle», déclare Clark Butler «Et le projet immédiat de Shell de dépenser 6 milliards de dollars dans la production d’énergie renouvelable d’ici la fin de 2020 échouera également.»

 

Total, quatrième société pétrolière et gazière au monde, s’est engagé à être net zéro en Europe (uniquement) d’ici 2050 et à réduire son intensité d’émissions de carbone d’au moins 60% d’ici 2050. De même, Shell prévoit de réduire son carbone net empreinte écologique de 65% d’ici 2050. «Il est difficile de voir comment l’une ou l’autre des entreprises réalisera la transformation massive de l’intensité carbone qu’elle vise sans s’éloigner fondamentalement des investissements pétroliers et gaziers», mentionne Clark Butler.

 

«Shell et Total sont ensemble responsables de plus d’émissions de carbone que l’Allemagne, sixième émetteur mondial. Il leur est impossible d’être net zéro à moins d’investir davantage dans l’énergie zéro émission et moins dans les combustibles fossiles, selon IEEFA.

 

« L’annonce par Total la semaine dernière d’un financement par emprunt de 15 milliards de dollars US éclipse son investissement cette année dans l’énergie zéro carbone. »«Shell est dans une position encore pire. Il devra augmenter son niveau d’activité actuel de plusieurs ordres de grandeur pour atteindre son objectif d’investissement en capital dans les énergies renouvelables de 2 à 3 milliards de dollars par an à partir de 2021. »

 

Le plus grand groupe énergétique espagnol, Iberdrola, a déclaré au marché qu’il investirait 32 milliards d’euros dans les énergies renouvelables entre 2018 et 2022. Lors de sa mise à jour aux actionnaires de février 2019, ce montant a été porté à 34 milliards d’euros. Mark Butler note la performance du cours de l’action Iberdrola ces deux dernières années (+53%) par rapport à Total (+35%) et Shell (+52%) confirme la confiance du marché dans sa stratégie. «À bien des égards, Iberdrola est la société d’énergie que Total et Shell disent vouloir devenir», déclare Mark Butler.

 

«Un investisseur pourrait bien se demander pourquoi investir dans Shell ou Total pour obtenir une exposition aux énergies renouvelables alors que je pourrais investir dans NextEra, Ørsted ou Iberdrola, étant donné que ces entreprises sont bien plus avancées dans la transition? «Les investisseurs peuvent éviter complètement les supermajors à moins qu’ils ne démontrent de sérieux progrès vers leurs objectifs déclarés.»

Source : IEEFA

 

Equinor dans le rouge

Pour sa part, Equinor annonce ce matin, ces résultats pour le premier semestre et Equinor plonge dans le rouge alors que le PDG met en garde contre l ‘«incertitude» persistante de Covid-19

Le géant norvégien de l’énergie Equinor a mis en garde contre l ‘«incertitude» considérable et persistante causée par Covid-19 alors qu’il plongeait dans le rouge au premier semestre 2020. Le post Equinor plonge dans le rouge alors que le PDG met en garde contre l’incertitude persistante de Covid-19

 

 

Points de repère

 

Read the report: Supermajors’ Trajectory Towards Renewables Needs to Scale Up and Speed Up

Author Contact: Clark Butler clark.butler@ironbarkgroup.com