France – Lundi 20/04/2020 – energiesdelamer.eu. La startup espère arriver à un coût actualisé de l’énergie (LCOE) de 35€/MWh d’ici à 2030 avec son éolienne flottante totalement intégrée et poursuit son développement avec un démonstrateur de 5 MW en suivant toujours la méthode de changement d’échelle utilisée sur le prototype 1/10.

Le prototype de 5 MW représente une éolienne flottante de 12 MW à l’échelle 3/4 ou encore une éolienne de 16MW à l’échelle 2/3.

Ainsi la réalisation de suivis des contraintes dans la structure sur le prototype permettra l’évaluation et la validation d’éoliennes flottantes de dimensions supérieures.

Le communiqué précise qu’EOLINK a démontré que son éolienne flottante offre une opportunité unique d’augmenter la puissance des turbines éoliennes, grâce à son concept qui ne subit pas de problématique de vibration. La startup espère arriver à un coût actualisé de l’énergie (LCOE) de 35€/MWh d’ici à 2030.

Il y a un mois EOLINK avait annoncé qu’après des essais concluants sur son prototype 1:10 en 2018 et 2019, la startup avait obtenu des informations complémentaires par rapport aux études théoriques sur le comportement général de son éolienne flottante intégrée. L’éolienne EOLINK avait été sortie du site en mer d’Anne le Portzic le 5 octobre 2018.

 

« Retour sur la période 2018-2020 »

 

Fort de ses essais concluants sur son prototype 1:10 en 2018 et 2019 menés avec le soutien technique et l’apport de compétence de l’IFREMER, Eolink a obtenu de nombreuses informations prometteuses sur son comportement général. Parmi ces informations :

  • La mesure de la puissance fournie en fonction du vent, et de l’inclinaison du flotteur associée
  • L’enregistrement des mouvements en tempête et des tensions d’ancrages avec des vagues et des vents équivalents à échelle 1 de respectivement 15 m et 250 km/h
  • La démonstration de la capacité de l’éolienne à s’orienter face au vent en tournant autour de sa bouée submergée

La seconde période, en 2019, apporte des informations sur le désalignement de l’éolienne par rapport au vent, par des courants de travers. Cette seconde campagne permet aussi de tester une nouvelle configuration hydrodynamique d’ancrage.

Le dépouillement et l’exploitation de ces résultats qui ont été réalisés par l’équipe d’Eolink, au cours de la période suivante (depuis le début des tests à aujourd’hui) ont pour but d’intégrer les données expérimentales dans la réalisation de l’éolienne à taille réelle et de son prototype à l’échelle 3:4.

Ainsi le développement d’une éolienne flottante au concept intégré flotteur-turbine de 5MW a pu commencer grâce à une méthodologie scientifique de changement d’échelle basée sur la théorie des similitudes. Le prototype de 5MW basé sur un flotteur de 50m de côté en acier, intègre une turbine et des pales disponibles sur le marché. Il sera réalisé avec le concours de l’IFREMER notamment lors des tests en environnement réel ou simulé de pièces mécaniques et électriques.

La conception d’un prototype de 5MW, utilisant des technologies de l’industrie navale, implique de nouveaux enjeux tels que l’exportation haute tension d’électricité, la fabrication de pièces de plusieurs tonnes ou la gestion des ancrages. La résolution de ces enjeux est l’objet des travaux actuels d’Eolink.

La conception détaillée est actuellement réalisée par une équipe de 14 ingénieurs.

Cette phase est financée par le PIA et l’ADEME: EOLINK est lauréat de la vague 3 du concours innovation. »

 « Pour le moment, aucune communication n’est prévue sur le nom des fournisseurs, mais le Bureau Veritas a été contracté pour la certification » précise David Bronsard Business developper qui a intégré l’équipe dirigée par Marc Guyot.   

En tant que concepteur de produit intégré flotteur-turbine, le contrôle commande est un domaine clef sur lequel EOLINK travaille depuis 2013. Nous échangeons avec plusieurs chercheurs à l’international, en particulier sur les problématiques de linéarisation du couplage multi-physique, mais aussi sur le post-traitement des données brutes des capteurs. L’idée étant d’anticiper l’implémentation de nos algorithmes dans les machines. L’expérience du prototype 1/10 a été à cet égard extrêmement fructueuse, car nous avons pu comparer nos modèles numériques avec le fonctionnement réel de notre turbine conçue pour représenter une 12 MW.

Le communiqué précise que la structure pyramidale brevetée par EOLINK offre une meilleure distribution des contraintes mécaniques et réduit ainsi la fatigue et le coût matière. Le prototype de 5MW utilise une turbine classique dont le rotor a simplement été ouvert sur sa face libre pour insérer un lien mécanique entre le moyeu et deux des mâts de la structure. Cela prouve la capacité du concept à combiner des technologies disponibles sur le marché et à s’insérer facilement dans son environnement industriel.

 

 

Points de repère

 

Le démonstrateur de 5 MW d’EOLINK est compatible avec les différents sites de test français, en Atlantique ou Méditerranée. Enfin, le Bureau Veritas a été contracté pour certifié le design complet de l’éolienne.

Pour en savoir plus cliquez sur la page EOLINK dans le Business Directory

 

 

28/09/2018. IFREMER annonce le retour à quai du prototype d’éolienne flottante EOLINK pour le 5 octobre. à l’échelle 1/10eme répond aux attentes : la puissance a atteint 14 MW contre les 12 MW visés, et l’engin tient malgré des pointes de vents jusqu’à 90 km/h.

https://www.energiesdelamer.eu/publications/105-eolien/4484-eolink-l-eolienne-flottante-a-fait-ses-preuves