Allemagne – Jeudi 02/04/2020 – L’Agence fédérale maritime et hydrographique – BSH – a examiné la pertinence des trois secteurs géographiques sur la base de la loi sur l’énergie éolienne en mer.

 

 

Depuis 1997, la BSH est chargée de tester, d’approuver et de surveiller les éoliennes en mer et les structures dans la zone économique exclusive allemande (ZEE).

Avec l’approbation du premier parc éolien offshore « alpha ventus » (2001), le BSH est continuellement impliqué dans la mise en œuvre de la transition énergétique. En raison des exigences climatiques et énergétiques du gouvernement fédéral, les capacités de l’énergie éolienne en mer ont été étendues. Fin 2017, le BSH avait accordé l’agrément de 34 parcs éoliens avec plus de 2200 éoliennes et 9 plates-formes sous-stations. Plus de 1 000 éoliennes sont implantées dans les mers du Nord et de la Baltique, à environ 35 km de la côte, dans des fonds  d’environ 40 m d’eau profonde et soumises aux conditions difficiles du large.

En comparaison internationale, l’Allemagne est un pionnier, notamment en ce qui concerne les distances et les profondeurs dans lesquelles les parcs éoliens sont construits.

 

 

02 04 020 Carte nouvelles Zones Allemagne 2

 

Planification de l’espace maritime

 

Dans le cadre de sa participation à l’évaluation environnementale stratégique, l’Agence fédérale maritime et hydrographique (BSH) a publié le 27 mars les projets d’évaluation de l’adéquation des zones N-3.7, N-3.8 et O-1.3. Le public est invité à commenter précise le communiqué de presse.

Après l’examen préliminaire, les trois zones N-3.7, N-3.8 et O-1.3 conviennent à la construction et à l’exploitation d’éoliennes en mer. La condition préalable est que certaines mesures, telles que la protection du milieu marin ou la navigation, soient mises en œuvre. Le BSH propose des mesures appropriées qui pourraient être prescrites comme lignes directrices.

Dans le cadre du test d’adéquation, un contrôle environnemental stratégique est réalisé et un rapport environnemental est établi pour chaque zone. Les autorités et le public doivent être impliqués dans l’évaluation environnementale stratégique. Parallèlement aux projets de rapports environnementaux, les projets de test d’aptitude et de test d’aptitude doivent également être publiés. Les résultats préliminaires du test d’aptitude, les rapports environnementaux et un projet de test d’aptitude, qui est établi par ordonnance, ont été publiés aujourd’hui sous forme de projet sur le site Web de BSH.

 

Le public a jusqu’au 28 mai 2020 pour commenter par écrit les documents publiés. Les commentaires doivent être discutés le 17 juin 2020.

Les zones N-3.7 et N-3.8 sont situées dans la zone économique exclusive allemande de la mer du Nord, à environ 30 à 40 km au nord de l’île de Borkum. Les deux zones en question se situe près des parcs éolien Gode Wind 1, 2, 3 et 4. Les parcs 1 et 2 sont dotés de 97 turbines de 6 MW chacune, développés par Orsted et reliés à la sous-station DolWin Beta gérée par Tennet.

La zone O-1.3 dans la ZEE allemande de la mer Baltique est située à environ 40 km au nord-est de l’île de Rügen. Selon le plan de développement de la zone BSH 2019, les trois zones seront mises en adjudication et mises aux enchères par l’Agence Fédérale en 2021. La mise en service est alors prévue pour 2026.

Le site O-1.3 se situe en proximité des parcs éolien offshore Wikinger et Arkona (un peu plus loin) qui sont reliés à la terre par les câbles export communs Ost Wind 1-2 et 1-3 gérés par 50Hertz. Wikinger est doté d’une capacité de 350 MW développé par Iberdrola et équipé de turbines Adwen 5 MW. Tandis qu’Arkona dispose d’une capacité de 385 MW (60 éoliennes 6 MW chacune fournies par Siemens) développé par Eon avec Equinor. Atlantique Offshore Energy Business Unit des chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire avait conçu, construit et livré la sous-station électrique offshore le 1er mars 2018. 

L’Agence fédérale maritime et hydrographique (BSH) est l’autorité maritime centrale en Allemagne. Près de 850 personnes réparties dans une centaine de professions s’occupent de la navigation maritime, de l’océanographie, de l’hydrographie nautique, de l’énergie éolienne offshore et de l’administration. Cinq de ses propres navires d’arpentage, de recherche et de recherche d’épaves opèrent dans la zone économique exclusive allemande des mers du Nord et de la Baltique. Le BSH travaille à l’international dans plus de 12 organisations et environ 200 comités basés dans ce pays, entre autres pour l’élaboration d’accords internationaux. Le BSH est une autorité fédérale et une institution de recherche départementale de la division du ministère fédéral des Transports et de l’Infrastructure numérique avec des bureaux à Ha