Royaume-Uni – Samedi 29/02/2020 – energiesdelamer.eu. D’après Bloomberg, Total pourrait acquérir une participation dans Seagreen. En effet, Total ferait partie des candidats pour investir dans le projet en Ecosse.

 

Le coût total du chantier s’élève à € 6,4 milliards selon une dépêche de Bloomberg publiée hier 28 février.

Toujours, selon Bloomberg, SSE plc souhaite intéresser de nouveaux partenaires pour partager les coûts. Les 454 MW de Seagreen phase 1 sont mis en œuvre par SSE, à un strike price de 41,61£/MWh, avec une mise en service à partir de 2024/25

Installé à 27 kilomètres des côtes en mer du Nord, le projet dont la phase 1 prévoit la construction de deux parcs sur 400 km2 de surface pour une capacité de 1,075 GW, fournie par 114 turbines, pourrait alimenter un million de foyers.

Citant des sources anonymes proches du dossier, Bloomberg indique que Total fait partie des candidats finalistes pour acquérir une participation dans le projet et que Shell serait également intéressé.

Ce serait un retour dans le passé, puisque Total avait formé en 2019 un consortium avec Orsted et Elicio mais n’avait pas été retenu au bénéfice d’EDF Renouvelables, Innogy et Enbridge, alors que sa réflexion sur l’éolien en mer date d’il y au moins 15 ans.

Pour le moment, Total n’exploite que 3 GW dans le secteur des énergies renouvelables et souhaite d’ici 2025 passer à 25 GW. 

Le 16 janvier 2020, SSE a annoncé que Petrofac avait été choisi pour les sous-stations onshore et offshore pour le projet de parc éolien offshore Seagreen de 1.075MW.

Petrofac, qui possède un centre d’exploitation majeur à Aberdeen, sera responsable de la conception, de la fourniture et de l’installation des sous-stations HVAC onshore et offshore dans le cadre du package de transmission du projet. Les travaux comprendront l’ingénierie, l’approvisionnement, la fabrication, le transport, l’installation en mer et la mise en service de la plate-forme de la sous-station en mer. Le périmètre EPC de la sous-station terrestre comprend tous les travaux de génie civil et les principaux équipements.

 

 

Points de repère

 

L’accord pour la phase 1 de Seagreen a été donné par les ministres écossais en octobre 2014. L’exportation de l’électricité vers le réseau national de transport d’électricité a également été approuvé. Ces accords ont été confirmés en novembre 2017 à la suite de la contestation judiciaire par la RSPB de la décision initiale d’octroi du consentement.  

 

La première phase de la zone comprend le développement de deux parcs éoliens offshore Seagreen Alpha et Seagreen Bravo, situés à environ 27 km de la côte d’Angus, qui ont une capacité combinée potentielle allant jusqu’à 1,5 GW. Le consentement offshore pour la phase 1 (Seagreen Alpha et Seagreen Bravo) a été reçu en octobre 2014 des ministres écossais et les éléments terrestres du projet ont l’autorisation de planification en principal du Conseil Angus.

L’actif de transmission terrestre (l’infrastructure terrestre requise entre le point d’atterrissage à Carnoustie et une nouvelle sous-station à Tealing) a fait l’objet d’une demande de planification distincte et a obtenu en principe un permis de planification par le Conseil Angus en 2013 prolongé par le Conseil Angus en décembre 2016, suite à une nouvelle demande par Seagreen.  

 

En mars 2018, Seagreen a déposé une demande auprès de Marine Scotland afin de supprimer les limites de capacité autorisées, pour permettre l’installation d’éoliennes de meilleure rentabilité. Cette demande a été approuvée par les ministres écossais en août 2018.  La suppression de la limite de capacité permettra d’installer des éoliennes de plus grande capacité selon les paramètres approuvés pour 2014. Seagreen sera en mesure de fournir de l’énergie à faible émission de carbone pour jusqu’à 1 million de foyers par an et pourrait éviter environ 1,6 million de tonnes d’émissions de CO2 par an.

 

20/09/2019 – Le ministère britannique chargé de l’énergie a publié ce vendredi 20 septembre 2019 le résultat des enchères réalisées dans le cadre du soutien aux énergies renouvelables. L’éolien offshore prend la majeure partie du gâteau (5,5 GW sur les 6 GW alloués) à des prix jamais atteints : le plus bas étant de 39,65 £/MWh (44,89 €/MWh), coût de raccordement au réseau compris. Explications du mécanisme britannique qui repose sur les contrats pour différence (CfD) dont Seagreen faisait partie.

 

19/02/2019 – Total, Ørsted et Elicio ont annoncé ce lundi 18 février la création d’un consortium industriel pour soumettre une offre commune pour le projet de parc éolien marin au large de Dunkerque pour une puissance pouvant atteindre 600 MW. Ce qui fait entrer dans la compétition un deuxième groupe pétrolier, le premier après Shell étant membre du consortium Moulins de Flandre*.