France – Belgique – Mardi 05/11/2019 – energiesdelamer.eu. Le producteur d’énergie belge Elicio, développeur et exploitant de parcs éoliens offshore et le français Ideol, ont décidé d’unir leurs forces pour co-développer des projets éoliens flottants dans les eaux écossaises, à l’aune de ScotWind. En effet, un appel d’offres sera prochainement lancé par Crown Estate Scotland.

Dans un communiqué commun à l’orée du week-end du 1er novembre, les deux partenaires ont annoncé qu’ils présenteront donc des projets conjoints pour cet appel d’offres qui devrait intervenir en novembre 2019, selon un point de Crown Estate Scotland, en septembre dernier. Le plan de Crown Estate Scotland est de lancer une première série d’appels d’offres, à la suite de la publication du Plan Sectoriel Marin de Marine Scotland. Une seconde phase serait prévue deux ans après la réalisation de la première étape.

Elicio Eneco mer du nord

 

Candidat malheureux sur Dunkerque aux côtés de Total et d’Orsted, Elicio détenu par Nethys* est l’un des partenaires de référence pour les parcs éoliens offshore Norther et ceux détenus par Otary en mer du Nord.

 

 

Avec Norther (370 MW, 50% Elicio, Eneco 25%, Diamond Generating Europe 25%) et Rentel (309 MW, environ 12,5 % Elicio), Elicio dispose de deux parcs éoliens offshore opérationnels au large des côtes belges et néerlandaises.

Elicio participe également au développement du parc éolien offshore SEAMADE NV (487,2 MW ; via Otary 70%, Engie 17,5% et 12,5% Eneco depuis juillet 2018) qui devrait être opérationnel fin 2020.

 

 

 

 

 

Le flottant

Avec deux éoliennes flottantes en opération sur deux continents, en France avec le projet FLOATGEN dont le flotteur d’Ideol a été construit par Bouygues TP et qui se trouve au centre d’essais en mer Sem-Rev** au large du Croisic et au Japon, depuis 2018, Ideol, basé à La Ciotat, a déjà démontré son expertise en matière d’éolien flottant mentionne le communiqué de presse.

Grâce à ce partenariat, Ideol entend confirmer son potentiel et son ambition de prendre en charge les projets éoliens flottants dès la phase de développement. De plus, avec sa technologie « Damping Pool » compacte et à faible tirant d’eau, Ideol confirme qu’un flotteur construit en béton dans les ports locaux est une opportunité unique de combiner compétitivité des coûts, production en série et développement local réel.

 

Le communiqué des deux partenaires cite Emile Dumont, administrateur d’Elicio : « L’énergie éolienne a un potentiel de croissance important et est au coeur de la stratégie d’Elicio pour contribuer à un monde plus propre. Forts de l’expertise et de l’expérience uniques d’Elicio dans le domaine de l’éolien offshore, nous nous engageons, avec notre partenaire Ideol, à faire de cet appel d’offres une étape importante dans le secteur écossais de l’éolien offshore. » De son côté Paul de la Guérivière, directeur général d’Ideol, signale que « la combinaison de l’expérience d’Ideol dans l’éolien flottant et celle d’Elicio dans l’éolien offshore est une garantie d’un développement de projet réussi, fondé sur la création effective d’une chaîne logistique écossaise, un LCOE (Levelized Cost of Energy) concurrentiel et une technologie flottante éprouvée ».

Sources : Elicio et Ideol

© Ideol – flotteur Ideol remorqué jusqu’au centre de test en mer Sem-Rev  de l’Ecole Centrale de Nantes (qui fait partie de la struture Ifremer-Centrale Nantes)

 

Points de repère

En septembre dernier, Eneco s’était déclaré candidat à la reprise d’Elicio, détenu par Nethys actuellement au cœur d’un imbroglio belgo-belge.

 

En effet, dans une lettre adressée aux conseils d’administration d’Enodia et de Nethys, Miguel de Schaetzen CEO d’Eneco était intervenu à propos du souhait de Nethys de vendre Elicio pour un euro symbolique à un consortium composé notamment d’Ardentia et du groupe John Cockerill. « Tant le processus suivi, que le prix proposé ne manquent pas de nous interpeller », avait déclaré Miguel de Schaetzen. Avec Eneco « déjà pleinement actif dans l’énergie éolienne, terrestre et offshore et Elicio qui détient une trentaine de parcs éoliens en Belgique et en France, plusieurs projets en Serbie ainsi que des participations dans deux parcs éoliens offshore (Norther et Rentel), Miguel de Schaetzen avait parlé de « combinaison idéale ».
Devant le tollé général, la vente d’ELICIO à Ardentia et au groupe John Cockerill a été arrêtée depuis quelques semaines en attendant des décisions pour Nethys qui seront certainement prises au plus haut niveau.

Sem Rev ** est le centre d’essai en mer situé au large du Croisic développé par l’Ecole Centrale de Nantes. Il fait partie de l’offre globale des sites d’essais en mer et en bassin « THEorem » de l’IFREMER et de l’Ecole Centrale de Nantes.

Source : Le Soir, L’Echo, energiesdelamer.eu