Canada – Halifax – Mardi 23/07/2019 – energiesdelamer.eu – Jupiter Hydro vendra 50 cents le kw son électricité. Il y a dix jours, la société Jupiter Hydro basée en Alberta a obtenu l’autorisation du ministère de l’Énergie et des Mines d’exploiter l’électricité de son projet éponyme.

 

 Série annuelle de l’été : Les énergies de la mer en Amérique du Nord

 

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a en effet, approuvé un nouveau projet d’énergie marémotrice dans la baie de Fundy pour lequel le ministère de l’Énergie et des Mines a délivré deux permis à Jupiter Hydro.

Jupiter Hydro EDM 23 07 019 1MW Barge 1024x791

 

Les essais ont prouvé la fonctionnalité de la turbine EB2X10.5 de 300 kW.

 

L’application Jupiter indique qu’elle utilisera trois « plates-formes de type barge flottante » portant sa technologie brevetée. La société affirme utiliser des turbines hélicoïdales montées comme des moteurs hors-bord.

 

Les machines seront situées près de FORCE le centre de recherche océanique de Fundy dans le passage Minas et utilisera les connexions au réseau électrique existantes.

 

 

« Le fait de tester une technologie dans la baie de Fundy montre que cette industrie naissante continue de croître et de créer des emplois verts dans nos communautés rurales », a déclaré le ministre de l’Énergie et des Mines, Derek Mombourquette, dans un communiqué.

Même, si la presse canadienne mentionne que les commanditaires ont longtemps vanté l’énorme potentiel énergétique des marées de Fundy – elles comptent parmi les plus puissantes au monde – mais les efforts commerciaux à grande échelle pour les exploiter n’ont jusqu’à présent pas porté fruit, le gouvernement continue à soutenir le développement des technologies d’énergies marines.

Le premier permis permettra à l’entreprise de tester un prototype de un MW non connecté au réseau électrique. Le second sera un permis de deux MW pour cinq ans maximum, qui pourra être renouvelé si l’entreprise respecte les normes de performance, les exigences environnementales et les conditions d’engagement de la communauté.

 

Derek Mombourquette a également approuvé un contrat d’achat d’électricité lui permettant de vendre l’électricité qu’elle génèrera à Nova Scotia Power à 50 cents le kilowattheure.

 

Sur son site Web, Jupiter affirme que son approche « s’avérera être la technologie de conversion de l’énergie marine la plus rentable au monde ». Les turbines hélicoïdales ont démontré des caractéristiques de performance constantes à des taux d’efficacité élevés sous des tests contrôlés.

Selon une étude commandée par l’Offshore Energy Research Association of Nova Scotia, le secteur de l’énergie marémotrice pourrait contribuer à hauteur de $1,7 milliard au produit intérieur brut de la Nouvelle-Écosse d’ici 2040 et créer jusqu’à 22.000 emplois à temps plein.

Le mois dernier, Nova Scotia Power a annoncé que 30% de son énergie était produite à partir de sources d’énergie renouvelables.

Les services publics ont indiqué que 18% provenaient des éoliennes, 9% des centrales hydroélectriques et marémotrices et 3% de la biomasse.

Cependant, plus de la moitié de la production d’électricité de la province provient toujours de la combustion de charbon ou de coke de pétrole. 13% proviennent de la combustion de gaz naturel et 5% d’importations.

Ross Sinclaire Founder and Co-CEO of Jupiter Hydro Inc., Bob Knight Co-CEO, Jupiter Hydro Inc., Lee Coates BASc Site Deployment Supervisor