Belgique – Dimanche 24/03/2019 – energiesdelamer.eu. Le mouvement réformateur belge a lancé sa campagne et souhaite la poursuite du développement de l’éolien offshore…

 

Ce dimanche à Louvain, Charles Michel Premier ministre en affaires courantes jusqu’à la fin du processus électoral (et démissionnaire) et, à nouveau président du Mouvement réformateur, depuis le 18 février 2019, a rappelé le programme du mouvement avec notamment « en matière climatique, outre les mesures transversales, la poursuite du développement de l’éolien offshore et la proposition de la mise en place d’un tax shelter encourageant fiscalement les PME qui investissent dans des projets favorables au climat ».

Mais l’on ne peut passer sous silence la polémique autour du malheureux lapsus ‘Nous ne voulons ni du séparatisme qui divise et qui déchire ni de l’ultrasocialisme qui appauvrit », a-t-il lancé. « Ce cocktail nationaliste-socialiste, et la division et l’appauvrissement, c’est le Brexit en pire ». Il a été condamné immédiatement par les classes politiques et rétablit ses propos.

 

tweet charles michel EDM 24 03 019

 

Les médias confirment que dans le texte du discours, transmis aux rédactions ce matin, il est en effet bien écrit « nationaliste-socialiste », en référence à la N-VA et aux socialistes.

De son côté,  Georges-Louis Bouchez, le porte parole du Mouvement réformateur indique « A aucun moment, Charles Michel ne s’est laissé aller à une comparaison avec les pires horreurs de la seconde guerre mondiale, il n’a fait que répété un argumentaire connu depuis des mois, le danger d’une alliance entre nationalistes et socialistes »,

 

 

 

Les élections législatives et régionales se dérouleront le 26 mai en Belgique en même temps que les européennes.