France – Vendredi 04/01/2019 – energiesdelamer.eu. « Ils Bougent ». Brice TROUILLET, de l’Université de Nantes dirigera la nouvelle chaire de recherche sur les dynamiques des activités humaines en mer et la planification de l’espace maritime doit répondre aux développements des activités humaines transport maritime commercial, énergies marines renouvelables, pêche, aquaculture, extractions et même loisirs.

 

 

Ses recherches en géographie portent sur les relations entre les groupes humains et l’espace maritime. A travers le spectre des STS et des approches critiques, et en partant de l’exemple des activités de pêche dans le contexte de la planification spatiale marine, il étudie comment les relations de pouvoir et les questions de connaissances s’entremêlent dans des dispositifs (géo)technologiques (données, types de savoirs, documents de planification, représentation cartographique) et, ce faisant, façonnent des « agencements sociotechniques » qui médiatisent les rapports à « l’environnement » marin.

 

 

 Enseignant-chercheur (Maître de conférences HDR), géographie
– Directeur du laboratoire LETG-Nantes
– Associate Professor, Geography
– Director of LETG-Nantes research lab

 

 

 

Points de repère

 

Complément apporté le 20/04/2020. Présentation de la Chaire Maritime un an après dans MerVeille Energie #2 « Un océan de recherche (s) : une industrie et des chercheurs en action ». 

 

03/01/2019 – Cette Chaire qui vient être d’être créée à l’Université de Nantes, permettra d’éclairer la compréhension des phénomènes à différentes échelles géographiques. Ce projet vise à compléter un dispositif actuel, le GIS VALPENA®, en élargissant son spectre thématique (aujourd’hui la pêche) à l’ensemble des usages et fonctions de l’espace maritime dans un cadre à la fois réflexif et globalisé.

 

 

Le GIS VALPENA

 

La spatialisation des activités de pêche est devenue un enjeu de connaissance capital dans un contexte de partage croissant de l’espace (énergies marines renouvelables, extraction de granulats, câbles sous-marins, aires marines protégées, etc.). Initié en Pays de la Loire (SMIDAP), le projet VALPENA portant sur l’éVALuation des Pratiques de PEches au regard des Nouvelles Activités (2010-2013 ; COREPEM, LETG-Géolittomer) s’est efforcé de répondre à cet enjeu en proposant une méthodologie originale permettant de construire des données de spatialisation inédites.

 

La mise en place d’un Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) en 2014 a permis d’accompagner la diffusion de la méthodologie issue de VALPENA et de formaliser une plateforme collaborative rassemblant des scientifiques de l’Université de Nantes et des représentants de pêcheurs (Comités des pêches). Le GIS VALPENA vient donc en appui scientifique et technique à un réseau d’observatoires régionaux qui fonctionnent alors avec une méthodologie et des outils communs (voir Page « Données de spatialisation« ). D’ailleurs, le partenariat qui fonde le GIS VALPENA a été cité en exemple dans le rapport de Menthière, Mouchard et Garo (2015), qui prône également une « généralisation de VALPENA et son partage avec les services de l’Etat » (p. 41).