Irlande, Irlande du Nord et Ecosse – Vendredi 2/09/2016 – Quotidienne energiesdelamer.eu. Les trois pays du Royaume-Uni qui partagent la mer d’Irlande tiennent à conserver leur avance dans le secteur de l’hydrolien. Parallèlement l’EMEC lance un appel à candidature en proposant à des entreprises innovantes de valider leurs technologies avec une réduction allant jusqu’à 50%.

La mise en place de structures d’échanges d’informations transversales entre des experts venus de différentes filières industrielles, scientifiques et technologiques est révélatrice d’une volonté d’affirmer au sein même du Royaume-Uni leur savoir-faire mais aussi leur capacité à travailler ensemble. Theresa May, Premier Ministre a signifié qu’un deuxième référendum était exclu. Il semble donc que cet élément soit un argument supplémentaire pour travailler ensemble, même si la décision de créer ce réseau avait été prise avant le Brexit du 23 juin dernier.

OPIN est donc le nouveau d’échanges d’informations, de collaborations et de savoir faire transversal dédié à l’énergie des océans entre Irlande, Irlande du Nord et l’Ecosse. Dirigée par trois organismes d’Etat – le Sustainable Energy Authority of Ireland (SEAI), l’Invest Northern Ireland and le Scottish Enterprise – Ocean Power Innovation Network (OPIN) a organisé sa première réunion inaugurale à Dublin le 1er septembre. Une cinquantaine d’experts était réunie en particulier des professionnels de l’exploration pétrolière et gazière, génie maritime, énergies des vagues et des marées et des technologies d’analyse de données.

OPIN mettra l’accent sur les initiatives de collaboration, de partage des connaissances, l’apprentissage appliqué et la créativité dans le développement de la technologie de l’énergie de l’océan.

La première session d’OPIN était parrainée par ESB qui a également soutenu le développement du réseau.

Declan Meally de SEAI a déclaré: «Les côtes de l’Irlande et de l’Ecosse ont des puissances de courant important. La mise en commun des ressources, des connaissances et des différentes expériences signifie que nous pouvons apporter les meilleures pratiques ainsi que pour stimuler le développement de l’énergie de l’océan. Les pays qui peuvent innover dans cet espace, en ce qui concerne à la fois la technologie et de son interaction avec l’environnement naturel et humain, auront un réel avantage au niveau mondial et nous voulons nous assurer que l’Irlande est à l’avant-garde dans la réalisation de son potentiel et de maximiser notre ressource »

Irlande, Irlande du Nord et l’Ecosse ont déjà une solide expérience en ce qui concerne l’énergie des océans grâce à des initiatives telles que l’ensemble de Marine Renewables Industry Association et OCEANERA-NET, des agences qui ont lancé un appel conjoint pour soutenir des projets océaniques transnationaux.

Les activités de nombreuses sociétés d’énergie des océans couvrent les trois juridictions. Par exemple, OpenHydro, basé à Greenore, Co. Louth, a testé sa turbine hydrolienne à l’EMEC dans les îles Orcades, en Écosse et prévoit de développer avec Bord Gáis (dorénavant Brookfield Renewable Energy Group) une ferme hydrolienne à échelle commerciale 100 MW dans les eaux au large de Torr Head dans le comté Antrim en Irlande du Nord.C’est l’occasion de mentionner qu’EDF procède actuellement sur son site d’essais à Paimpol Bréhat à des tests de connection au réseau d’électricité et devrait raccorder les deux hydroliennes Open Hydro/DCNS à celui-ci d’ici la fin de l’année.

Les sessions d’innovation prochaine Opin seront accueillis par l’Irlande du Nord et de l’Ecosse plus tard dans l’année.

L’EMEC lance un appel aux candidats

De son côté l’EMEC offre à des entreprises une réduction allant jusqu’à 50% afin de vérifier leurs technologies environnementales novatrices. La subvention est disponible via la vérification des technologies environnementales de l’UE (ETV) programme pilote – un outil pour aider les développeurs de technologies arrivent sur le marché dans l’Union européenne et au niveau international.

En tant que 17020 UKAS ISO accrédité ETV organisme de vérification, EMEC peut offrir jusqu’à 50% de réduction (jusqu’à 10k €) sur le coût de la vérification, à l’exclusion des coûts de tous les tests qui peuvent être nécessaires.

Le système ETV est ouvert aux développeurs d’énergie, traitement de l’eau, ou des matériaux et des technologies de déchets qui veulent prouver que leur technologie est innovante et a valeur ajoutée environnementale. Pour être admissible, la technologie doit être à proximité ou prêt pour le marché.

La subvention est disponible pour toutes les demandes admissibles soumises avant le 30/09/2016. Les petites entreprises peuvent contacter Dave Wakefield, directeur ETV de EMEC qui rappele que l’innovation est la force motrice de l’économie européenne, mais les nouvelles technologies ont souvent du mal à atteindre le marché parce qu’elles ont pas été prouvées. Un ETV fournit des éléments de preuve vérifiés ce qui peut encourager l’investissement et aider à obtenir des technologies sur le marché plus rapide. Mais attention, le financement actuel se temrine à la fin de l’année et cette offre est uniquement disponible pour une durée limitée. Il faut donc aller vite !

Téléphone +44 (0) 1856 852 060 ou par courriel etv@emec.org.uk.