Albuquerque – Etats-Unis – Vendredi 29/01/2016 – Portail energiesdelamer.eu – Un nouveau design pour des pales de plus de deux terrains de football pourrait porter la puissance des éoliennes en mer à 50 MW.

Révolution ou évolution. C’est la dernière nouvelle qui mobilise chercheurs et entreprises avec le soutien du DOE.

Le défi est de concevoir une éolienne offshore de 50 MW à faible coût nécessitant une pale de rotor de 650 pieds (soit 200 mètres de long). C’est deux fois et demi de plus que toutes les pales d’éoliennes existantes.

La recherche de Sandia National Laboratories sur le “Segmented Ultralight Morphing Rotor (SUMR)” est financé par le DOE. L’équipe est dirigée par l’Université de Virginie et comprend Sandia et des chercheurs de l’Université de l’Illinois, l’Université du Colorado, la Colorado School of Mines et le National Renewable Energy Laboratory. Les entreprises partenaires comprennent Dominion Resources, General Electric Co., Siemens AG et Vestas Wind Systems.

Suite de l’article en cours de rédaction

Source : Sandia National Laboratories