Allemagne – U.E – Jeudi 28/01/2016 – Portail energiesdelamer.eu : Les représentants de cinq landers, des associations de travailleurs et les industriels de la filière éolienne demandent au Gouvernement allemand de sécuriser 900 MW de projets par an. L’appel « Wismar-Appeal » souhaite que la politique du gouvernement soit cohérente avec ses engagements annoncés lors de la COP21. En attendant les chiffres définitifs pour 2015, l’éolien joue un rôle majeur dans la production d’électricité par les énergies renouvelables.

Bien que la production d’électricité par l’énergie éolienne joue un rôle majeur dans les énergies renouvelables en Allemagne qui ont quadruplé depuis l’an 2000, les élus des cinq landers de Brême, Hambourg, Basse-Saxe, Mecklembourg-Poméranie occidentale et du Schleswig-Holstein, les représentants de Nordmetall, d’IG Metall Küste l’industrie éolienne, et les représentants de l’industrie éolien ont publié le Wismar-Appeal, pour appeler à une nouvelle expansion de l’énergie éolienne, à la fois onshore et offshore, ainsi qu’une réforme de la loi sur les énergies renouvelables (EEG).

Dans le cadre des considérations de réforme du gouvernement fédéral à la loi pour le développement des énergies renouvelables, des changements importants doivent être faits pour éviter de compromettre l’énergie positive et la politique économique développées en Allemagne.
C’est l’un des impacts de la COP21. Le gouvernement fédéral doit montrer qu’il veut conduire avec succès la transition énergétique. En conséquence, l’objectif actuel de la part de l’énergie renouvelable dans la consommation totale d’électricité de 40-45% en 2025 ne devrait pas être considéré comme le plafond.

Le gouvernement doit offrir la possibilité d’installer des MW supplémentaire, soit 2,5 GW d’éolien  onshore et au moins 900 MW d’énergie éolienne en mer par an.

L’énergie éolienne offshore est devenue une importante filière économique, avec une forte exportation et un véritable facteur de croissance en Allemagne. La filière emploie environ 18.000 personnes directement. En outre, le potentiel requis de réduction des coûts peut être atteint qu’en donnant un volume suffisant de possibilités de construction supplémentaires.

Un futur modèle d’appel d’offres, ainsi que la transition à elle, devraient veiller à la construction de deux, de préférence trois parcs éoliens en mer chaque année, afin d’assurer une base de planification pour les entreprises. A cet effet, au moins 900 MW chaque année doit être alloué.

Le début d’un modèle d’appel d’offres doit garantir la meilleure protection possible de la confiance légitime et de sécurité juridique pour ceux qui ont fait des travaux préliminaires considérables pour développer leurs projets se fondant sur les plans d’expansion d’origine, et de leur donner une chance de réaliser leurs projets, le groupe derrière «l’Appel de Wismar » souligné.

La période de transition devrait durer au moins quatre ans et comprennent plusieurs ventes aux enchères.

Pour permettre des offres concurrentielles, l’industrie éolienne offshore réclame également un régime de raccordement au réseau. Il est maintenant nécessaire que les opérateurs de réseau de transport en charge de la mer du Nord travaille d’urgence sur l’achèvement des systèmes de raccordement au réseau pour 2021 et 2022. En outre, le développement de la grille sur la terre devrait être accélérée, le document se lit comme suit.

L « appel Wismar », publié à l’occasion du Sommet de l’énergie éolienne à Wismar, a été signé par les représentants des cinq landers de Brême, Hambourg, Basse-Saxe, Mecklembourg-Poméranie occidentale et du Schleswig-Holstein, le Nordmetall (Association des employeurs du Metal Industries électrique et du nord de l’Allemagne), IG Metall Küste (Union industrielle de travailleurs de la métallurgie), et l’association nationale des industries de l’éolien.

Points de repère 

Rapport de Bernard Chabot 2014 –  http://cf01.erneuerbareenergien.schluetersche.de/files/smfiledata/4/5/3/5/7/3/102EolG2014.pdf