Caen – Basse-Normandie – France (U.E). Vendredi 16/10/2015 – Portail Energies de la mer. La Région Basse-Normandie,  a annoncé, jeudi 15 octobre 2015, vouloir investir €4,5 millions à Cherbourg (Manche) pour la construction sur la zone portuaire deux usines l’iune pour les hydroliennes de DCNS, l’autre pour les pales des éoliennes offshore d’Alstom.

 « Les potentiels liés aux EMR sont de plus en plus concrets. L’implantation d’usines sur le site portuaire de Cherbourg se précise » a souligné Pierre Mouraret, vice-président du Conseil régional de Basse-Normandie. Le syndicat mixte des Ports normands associés PNA (Caen-Ouistreham et Cherbourg) ne dispose pas actuellement de bâtiments susceptibles de répondre aux besoins des industriels.

Le projet de construction des nouvelles usines serait porté par une société d’aménagement.

€57 millions pour deux projets

Le premier projet concerne un bâtiment de 4 000 m2 et doit servir à la construction des sept hydroliennes de la ferme pilote. Ceci est un début, car les machines retenues pour les fermes pour le Raz Blanchard visent l’exportation. DCNS a, avec OpenHydro, aussi pris ses marques notamment au Canada, au Royaume-Uni….

L’usine est portée par OpenHydro, filiale de DCNS déjà implanté à Cherbourg pour la construction des sous-marins. Christophe Chabert est chargé du dossier pour DCNS. Le coût est de €6 millions: €450 000 sont financés par la Région, €225 000 par le Conseil départemental de la Manche et €225 000 par la Communauté d’agglomération de Cherbourg.

A noter que DCNS est vraiment sur tous les fronts, puisque parallèment, le groupe investit aussi dans un bâtiment du Technocampus Ocean à Bouguenais – Nantes dans les Pays de la Loire inauguré ce jour.

Le deuxième projet, concerne les éoliennes offshore Haliade 150 d’Alstom. Il est porté par l’entreprise LM Wind Power, et concerne le bâtiment de 19 000 m2, qui servira à la fabrication de pales. Le permis de construire de la future usine sur le port a été déposé par le constructeur danois en janvier 2014.

L’investissement total s’élève à €51 millions, dont €4 millions pour la Région, €2 millions pour le Département et €2 millions pour la Communauté d’agglomération de Cherbourg.

Les entreprises seraient liées par un engagement de durée d’occupation de quinze et douze ans.

Les quais de Cherbourg sont prêts pour accueillir les usines

L’enjeu pour PNA avait été d’améliorer en 2013-2014 les infrastructures portuaires, avec deux projets importants : d’une part l’allongement du quai des Flamands et la réalisation d’un terre-plein, d’autre part, à l’est, une extension de 39 ha gagnés sur la mer. L’entreprise Soletanche-Bachy, titulaire d’un chantier qui a employé environ 80 personnes pour obtenir un quai parfaitement rectiligne. « Un béton spécial, qui peut être manipulé pendant 4 h avant de sécher avait été utilisé, sous le contrôle de l’ingénieur travaux Quentin Desjars. Les caractéristiques techniques du quai et du terre-plein, en font « le quai le plus performant de France », capable de résister à des charges de 15 tonnes au m2 au lieu de 5 tonnes pour un quai « classique ». Ce discours est d’ailleurs le même tant à Brest pour le Polder qu’à Nantes pour le grand Port Maritime. Tous les ports qui s’intéressent à la filière des EMR ont les bons quais pour les bonnes usines et heureusement !

Le raz-Blanchard, deuxième meilleur potentiel d’Europe et le Fromveur bien placé aussi.

Le parc hydrolien du raz Blanchard serait le premier de Normandie et représente le deuxième meilleur potentiel d’Europe. D’ici dix ans, la Normandie viserait à être au premier rang en France pour les énergies marines renouvelables. Champs d’éoliennes offshore et hydroliennes feront face aux centrales nucléaires.

Pour le courant du Fromveur, moins convoité, mais également intéressant, c’est l’hydrolienne Sabella D10 qui est maintenant immergée et le Conseil Régional de Bretagne qui défend son territoire. Sabella est en attente d’un raccordement au réseau par l’intermédiaire d’ERDF et Engie qui suit le dossier avec intérêt pourrit bénéficier d’une “revisitation” de l’AMI fermes pilote de l’ADEME d’ici la fin de l’année 2015. Le parc de Sait Brieuc avance bien…. Et l’usine de la Rance d’EDF poursuit sa production d’électricité avec la prédictivité éternelle des marées.

Points de repère

20/05/2015 – EMR : 5 Présidents de Région souhaitent que l’Etat appui sur l’accélateur ICI

 

Observatoire du Bâtiment de Basse-Normandie ICI