Ouessant – France (U.E) – Mardi 28/07/2015 – Energies de la mer – Les difficultés rencontrées par Sabella sont aussi d’ordre météologique, mais l’adéquation navire installateur et opérations sous-marines est clé. Au regard du contretemps rencontré par Sabella, est-ce que la stratégie des développeurs, organisations professionnelles et industriels français ne devraient pas être plus offensive et pragmatique en ce qui concerne la conception des prochains navires français?  

 

Si l’on souhaite bénéficier d’une certaine autonomie pour l’installation des fermes pilotes offshore, qui un jour pourraient devenir commerciales, une réflexion générale sur le retour d’expérience de Sabella sera bien utile. Espérons que Jean-François Daviau puisse lors du prochain EWTEC qui se tient à Nantes revenir sur cet évènement et en faire bénéficier les nombreux scientifiques et industriels qui seront présents. Espérons également que l’APP de FEM/ANR “puisse à terme” y remédier, tout comme les programmes lancés avec l’aide du CORICAN … Les avis de la filière navale …. seront instructifs.

Dans son communiqué Sabella SAS rappelle le planning qui a été tenu jusqu’à ce jour avec succès. «Les travaux d’installation de l’hydrolienne D10 avaient 28 07 015 Sabella Robot ROVété initiés lors des mortes eaux de fin mai avec une installation réussie par le navire Argonaute de Bourbon d’un câble sous-marin entre le poste source de Pors Arlan dans le réseau insulaire et le site d’immersion de l’hydrolienne à 2 km en mer dans la Passage du Fromveur à proximité du phare de Kéréon». Bourbon a réalisé avec succès la pose du câble sous-marin qui relie la D10 au collecteur à terre d’ERDF au sud-est de Ouessant à 500m de l’atterrage. De nombreux défis étaient à relever : un corridor étroit, de forts courants, 30 tonnes de câble General Cable-SILEC base à Montereau. Le raccordement transite quant à lui par un poste de livraison sur le parking de la plage de Pors Arlan avant d’être raccordé au poste source. Ce container de pilotage a été construit par NIDEC. L’installation a été réalisée par DOURMAP de Brest.

Les opérations sous-marines ont été poursuivies aux faibles coefficients de marée de fin juin avec l’immersion par 55 mètres de profondeur par le navire allemand MV Palembang. Ce dernier, apte au levage en mer de colis lourds, n’avait pas démontré, dans les conditions du Fromveur, sa capacité à réaliser le raccordement de l’hydrolienne au câble sous-marin venant de la côte.

Changement de navire, mais mauvaises conditions

L’opération reprogrammée avec l’Argonaute de Bourbon pour finaliser ce raccordement durant les mortes eaux de la semaine dernière a été pénalisée par

un calendrier difficile. En effet, Fanch Le Bris, directeur général de Sabella, précise que “des retards dans les acheminements d’équipements, liés aux problèmes de circulation de camions dûs aux barrages d’agriculteurs, associés à une dégradation de la météo marine avec un avis de grand frais, n’ont pasEDM1 2807015 copyright Sabella pose permis d’exploiter réellement les étales de marée de cette période de moindres courants pour mener à son terme cette opération.

Dans ces conditions de planning de tâches particulièrement serré, les conditions de mer rencontrées sur zone, peu habituelles en période estivale, ont seulement conduit à réaliser quelques travaux préparatoires avant un abandon prématuré des opérations. La remontée en pontée des deux extrémités de câble pour raccordement des deux demi-connecteurs n’a pu avoir lieu face à des conditions de mer se dégradant, sans prendre des risques majeurs d’engendrer des dommages au cable”.

Une nouvelle opération de raccordement doit désormais être programmée durant une prochaine période de mortes eaux, en août ou en septembre.

Source et photos : Sabella SAS

25/06/2015 – Passage du Fromveur. « La belle nuit offerte par le navire allemand » ICI

30/06/2014 – Levée de fonds ICI