Helsinki – Finlande – Paris – France 15/02/2015 – Energies de la mer – L’accord Nokia-Lucent aura-t-il un impact sur les activités de pose de câbles ? et quel impact pour les navires qui sont sous pavillon français ? 
 
 
 
 
 
En effet, il y a quinze jours Alcatel-Lucent Submarine a annoncé être désormais le seul propriétaire de la flotte et Louis Dreyfus Armateurs restant son partenaire pour sa gestion et son développement.
 
L’actualité est naturellement autour de Nokia présidé par Rajeev Suri et Alcatel-Lucent présidé par Michel Combes qui ont annoncé officiellement la fusion des deux groupes pour créer un leader des technologies innovantes pour les réseaux et les ​​services pour un monde connecté IP. Les deux sociétés ont conclu un protocole d’accord  en vertu duquel Nokia fera une offre pour l’ensemble des titres émis par ALCATEL-LUCENT, à travers une offre publique d’échange en France et aux Etats-Unis*. Risto Siilasmaa est pressenti comme président du conseil d’administration, et Rajeev Suri Directeur Général. Le conseil d’administration est destiné à être composé de neuf à dix membres dont trois administrateurs d’Alcatel-Lucent y compris le vice-président du conseil.
 
Le nom d’Alcatel-Lucent est associé aux réseaux sous-marins depuis la pose des tout premiers câbles, au milieu du 19ème siècle.
 
La flotte d’Alcatel-Lucent Submarine Networks Quid des navires de pose ? 
 
Gildas Maire, nouveau président des Armateurs de France et directeur général de Louis Dreyfus Armateurs a rappelé ce matin, à l’occasion des premières Rencontres des parlementaires Mer et Littoral, que l’un des enjeux est d’une manière générale le coût du pavillon français. Mais, la question se pose directement pour la flotte d’Alcatel-Lucent où Louis Dreyfus Armateurs est l’acteur essentiel.
 
Gildas Maire rappelle pour « Energies de la mer » qu’il convient de ne «pas seulement traiter son coût élevé. Dans ce métier, le pavillon français est une valeur ajoutée. C’est le meilleur pavillon mondial  en terme de sécurité et fiabilité (classement Paris MOU). La qualité du pavillon et l’intégration d’un équipage unique géré par lda a permis a LDA associé a ASN (via la JV commune, ALDA Marine) d’être le leader mondial de la pose et la maintenance de câble energies internationaux/interoceans. La qualité de la formation des équipages francais contribue également à ce succès». 
 
 
Alcatel-Lucent Submarine Networks est le leader mondial des systèmes de câbles sous-marins. Sa flotte de sept navires opérée par des équipes expérimentées et hautement qualifiées assure les opérations d’installation et de maintenance des réseaux sous-marins. Elle est positionnée de manière stratégique à travers le monde. La flotte est de grande puissance de traction et des charrues pour l’enfouissement des câbles, des systèmes de contrôle de pose des câbles, des robots sous-marins télécommandés pour les opérations d’installation et de maintenance, et des systèmes de positionnement et de navigation GPS entièrement redondants qui assurent un positionnement en temps réel avec une précision supérieure à +/- 10 mètres.
 
Le 30/03/2015 dernier Alcatel-Lucent Submarine Networks avait annoncé qu’il devenait désormais le seul propriétaire de la flotte et Louis Dreyfus Armateurs restait son partenaire pour sa gestion et son développement.
 
Alcatel-Lucent et Louis Dreyfus Armateurs (LDA), ont renouvelé le partenariat qu’ils avaient de longue date et optimisé la gestion des opérations des navires. Avec cette transaction, Alcatel-Lucent Submarine Networks (ASN) devient seul propriétaire d’ALDA Marine et des navires et LDA reste le partenaire d’ASN pour la gestion et le développement de la flotte. Cette opération permettra de mieux répondre à la croissance du marché des télécoms et au développement du marché du pétrole et du gaz.
 
Depuis l’année 2000, Alcatel-Lucent Submarine Networks (ASN) et LDA ont mis à profit leur partenariat portant sur la propriété et la gestion d’une flotte de navires câbliers, établi au travers de leur joint-venture ALDA Marine. Grâce à cette collaboration, ASN s’est positionné en tant que l’un des deux fournisseurs clés en main de systèmes de câbles sous-marins télécom ayant la maitrise de ses opérations marines, ce qui est un point essentiel de différentiation sur le marché.   
      
A propos de cette transaction Philippe Louis-Dreyfus, Président de LDA, avait commenté: « Nous sommes ravis de continuer notre partenariat avec Alcatel-Lucent, poursuivant ainsi une coopération de longue date, solide et pleine de succès.  Cette transaction nous permettra aussi de renforcer notre stratégie de partenariat avec de grands groupes industriels afin de faire en sorte que nos services marine soient toujours à l’avant-garde.»
 
De son côté, Philippe Dumont, Président d’Alcatel-Lucent Submarine Networks, avait déclaré: « Nous entrons dans un cycle de croissance dans la construction des systèmes de câbles sous-marins et cette optimisation nous permettra de mettre en place un modèle de gouvernance plus simple, d’assurer l’excellence de nos opérations marines et d’améliorer la profitabilité de notre société.»
 
 

Points de repère

 
La transaction Nokia – Alcatel
Sur la base d’un ratio de 0.55 action NOKIA pour une action Alcatel-Lucent, la transaction valorise Alcatel-Lucent à €15.6 milliards sur une base entièrement diluée, correspondant à une prime entièrement diluée de 34% (équivalent à €4.48 par action), et à une prime aux actionnaires de 28% (équivalent à €4.27 par action) (voir l’annexe 1), sur base du prix moyen pondéré (non-affecté) des actions de Alcatel-Lucent sur les trois mois précédents, et basé sur le cours de clôture de l’action de Nokia de €7,77 au 13/04/2015.
Chaque conseil d’administration a approuvé les termes de la transaction proposée, qui devrait être finalisée au premier semestre 2016. La transaction proposée est soumise à l’approbation des actionnaires de Nokia, à la consultation des instances représentatives des salariés, à la réception des approbations des autorités de régulation et autres conditions standards.
 
 
Structure de l’entreprise et gouvernance 
Le nouveau groupe aurait son siège en Finlande, avec des implantations stratégiques et des centres majeurs de R et D en France, et dans plusieurs autres pays dont l’Allemagne, les États-Unis et la Chine. L’entreprise adoptera le nom Nokia et à l’intention de conserver la marque Bell Labs pour héberger toutes ses activités d’innovation dans les réseaux.