Peter Altmaier, Delphine Batho, Robert Durdilly, Stephan Kohler 02/07/2013

Paris France (U.E) mardi 02/07/2013 – energiesdelamer.eu. 1ère conférence franco-allemande sur l’énergie et signature du Partenariat UFE-DENA

Les coopérations industrielles franco-allemandes sont nombreuses dans le monde de l’énergie… et notamment celui des énergies renouvelables de la mer. 
La première conférence franco-allemande sur l’énergie qui s’est tenue aujourd’hui à Paris en a fait la parfaite démonstration. 

 

Quelques exemples

Siemens a annoncé le mois dernier deux partenariats avec les entreprises françaises Francéole et Rollix (Daily News N°429 – 01/07/2013), la prise de contrôle de Multibrid par AREVA à 100% en juin 2009, wpd offshore dans le Consortium Eolien maritime France pour les futurs parcs éoliens offshore de Courseulles sur Mer* et Fécamp **, Voith, GDF Suez et Constructions Mécaniques de Normandie  (Daily News N°332 – 20/02/2013), Vestas germano-danois avec Rollix également….

Les réseaux doivent être renforcés
 
Dominique Maillard président de RTE l’a bien souligné, « la première ligne très haute tension de 400.000 volts en Normandie Contentin Laval dont le rôle principal sera de relier l’EPR de Flamanville au réseau électrique, permettra également de renforcer la sécurité électrique du nord-ouest de la France. Il assurera la connexion de futures installations renouvelables marines, comme les éoliennes offshore et les hydroliennes. 

La transition énergétique signifiera le renforcement des réseaux et les échanges avec l’Allemagne qui sont pour nous une longue pratique ». En effet, des liaisons transfrontalières apparaissent dès 1920 dans le cadre d’une économie régionale. Plus les réseaux nationaux s’étendent, plus il devient intéressant de les relier entre eux dans une optique de secours mutuel. Dès 1951 est créée l’Union pour la coordination de la production et du transport de l’électricité (UCPTE) qui rassemble les opérateurs électriques de l’Europe de l’Ouest pour mettre en place un grand réseau interconnecté. 

AIE s’inquiète de la sortie du nucléaire allemand

Paru le 27 mai dernier dans les Echos.fr, un article souligne que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) avait alerté le gouvernement allemand, contre une dérive des coûts de la sortie du nucléaire. «Le fait que les prix allemands de l’électricité soient parmi les plus élevés d’Europe, malgré des prix de gros relativement bas, doit servir d’avertissement», a déclaré sa directrice générale, Maria van der Hoeven, en présentant le rapport de l’agence de l’OCDE sur l’Allemagne. Parallèlement Peter Altmaier, plaide pour un ralentissement des investissements dans les énergies vertes, car la facture de la transition énergétique pourrait bondir à 1.000 milliards d’euros. 

Avant d’être démissionnée Delphine Batho signe
 
L’UFE et l’Agence allemande de l’énergie (Dena) ont conclu ce matin un accord de partenariat à l’occasion de la première conférence franco-allemande sur l’énergie , en présence de Delphine Batho (qui était encore Ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, ce matin) et de Peter Altmaier Ministre fédéral de l’Environnement, de la protection de la nature et de la sûreté nucléaire de la République fédérale d’Allemagne.

Ce partenariat instaure un partage d’expertise entre l’UFE et la Dena afin de renforcer la coopération énergétique entre la France et l’Allemagne, à l’heure où les deux pays ont entamé une démarche de transition énergétique qui va entraîner des évolutions significatives de leurs environnements industriels et économiques.

Parmi les chantiers que l’UFE et la Dena souhaitent ainsi aborder figurent notamment l’évolution du « market design » du système électrique, le développement des réseaux, ou encore le financement de l’efficacité énergétique et le soutien aux énergies renouvelables.

Robert Durdilly, Président de l’UFE, déclare : « Ce partenariat sera d’autant plus enrichissant qu’il va justement nous permettre de confronter nos problématiques, de nous épauler dans l’analyse et la recherche de solutions pérennes et soutenables ».

Stephan Kohler, PDG de la Dena, ajoute : « Quand la France et l’Allemagne coopèrent étroitement sur les questions énergétiques, la démarche vers une transition énergétique prend la dimension d’un projet européen, et c’est indispensable. Dans la perspective d’un marché intérieur de l’énergie, la France et l’Allemagne peuvent déployer leurs potentiels au mieux pour la production d’énergie soutenable, le pilotage des réseaux intelligents et pour l’efficacité énergétique. La France et l’UFE sont des partenaires de choix pour nous, pour aller de l’avant sur cette voie ».

Sources 
UFE, energiesdelamer.blogspot.com, Les Echos.

Références

Le projet Calvados, la société Eoliennes offshore du Calvados est détenue à 85% par EMF (EDF-EN 60% et DONG Energy 40%) et à 15% par wpd offshore.
Le projet Fécamp, la société Eoliennes offshore des Hautes Falaises est détenue à 70% par EMF (EDF-EN 60% et DONG Energy 40%) et à 30% par wpd offshore.
 
Dena : Deutsche Energie-Agentur GmbH (dena), l’agence allemande de l’énergie, est le centre de compétence en matière d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables ainsi que de systèmes énergétiques intelligents. Dena est associée au ministère fédéral de l’Économie et de la Technologie en accord avec le ministère fédéral de l’Alimentation de l’Agriculture et de la Protection des consommateurs, le ministère fédéral de l’Environnement, de la Protection de la nature et de la Sûreté nucléaire et le ministère fédéral des Transports, de la Construction et du Développement urbain, ainsi qu’avec plusieurs institutions bancaires telles que le groupe bancaire KfW, Allianz SE, Deutsche Bank AG et DZ BANK AG. Etude dena sur le coût des ENR présentée à Confrontations Europe septembre 2012

UFE : L’Union Française de l’Electricité (UFE) est l’association professionnelle du secteur de l’électricité. Elle porte les intérêts de ses membres, producteurs, gestionnaires de réseaux, et fournisseurs d’électricité, dans les domaines social, économique et industriel. .

 

 
 
 

Daily News N°440 – 01/07/2013 – FEE se veut fédérateur

Energies de la mer publient tous les mardis une enquête depuis le 18 juin sur le rôle des collectivités dans la mise en place d’une stratégie industrielle.

Après avoir identifié de nouvelles zones d’implantation (15 GW pour 2030 FEE et SER), les syndicats professionnels demandent une révision des zones et émettent des réserves notamment sur les procédures qui ne lèvent pas les risques dans le cadre des appels d’offres déjà lancés. Enfin, la question d’un site d’essais pour l’éolien offshore posé reste entier.

Extrait de l’interview de Philippe Gouverneur président de la commission  Structurer de façon harmonieuse les activités de recherche et développement industriels ainsi que le tissu de sous traitants afin de satisfaire les besoins au bon moment supposera sans doute des coopérations interrégionales. Il faudra en effet ne pas se contenter des projets sur le sol régional mais s’en servir pour viser plus haut : un leadership technique permettant d’aborder les marchés d’export. C’est une des conditions pour que les emplois et activités restent pérennes.
Des pôles de recherche et développement doivent s’organiser et viser les gains de productivité, des filières de formation sont à planifier pour mettre à disposition une main d’œuvre qualifiée et bien sur des clusters mêlant gros donneurs d’ordre et sous traitants doivent permettre de révéler les besoins et savoir-faire respectifs.

Le rôle des régions semble donc considérable sur ces trois points et je reprends l’idée soulevée par M. Jean-Paul BACHY** en faveur d’un réexamen de la fiscalité touchant les installations en mer.

Pour en savoir plus, abonnez-vous aux Daily News – To know more, please go to abonnements


La reproduction partielle ou totale, par toute personne physique ou morale et sur tout support, des documents et informations mis en ligne sur ce blog-médias sans autorisation préalable de energiesdelamer.blogspot.com et mention de leur origine, leur date et leur(s) auteur(s) est strictement interdite et sera susceptible de faire l’objet de poursuites.