ARNHEM – (Pays-Bas) – BERLIN – (Allemagne) – LONDRES – (Royaume-Uni) –  25/11/2011 – Mer-Veille-MRE –
Cela a été dit sur à peu près tous les tons et dans tous les pays depuis plusieurs années : le développement des énergies renouvelables et des énergies marines en particulier (éolien en mer compris) ne pourra correctement se dérouler qu’en s’appuyant sur des réseaux électriques nationaux rénovés et étendus c’est-à-dire avec un soutien financier important des Etats et des entreprises. Pourtant dans de nombreux pays d’Europe, le raccordement au réseau électrique continue d’être aujourd’hui un problème particulièrement difficile à surmonter, pour ne pas dire un frein au développement des énergies marines et de l’éolien offshore. Un récent rapport d’enquête du consultant britannique Douglas-Westwood le démontre concrètement concernant l’énergie des courants marins et l’énergie des vagues. L’actualité elle-même se montre insistante sur le sujet  avec  par exemple cet « ultimatum » lancé par TenneT, n°1 européen des distributeurs transfrontaliers d’électricité, au gouvernement allemand demandant l’instauration d’un large débat sur le financement des raccordements des parcs éoliens offshore, sous peine de ne pas être en mesure d’assurer ses prestations en 2013 et de ne pas raccorder les parcs au réseau dans les temps. 

Pour accéder au document complet, un abonnement est nécessaire : Cliquez ici pour souscrire