UNIVERSITY PARK – (Pennsylvania-Etats-Unis)- 26/09/2011 – 3B Conseils-Mer-Veille-MRE –

Par Francis Rousseau

C’est une importante découverte qu‘ont communiquée le 19 septembre 2011 les équipes de l’institut de recherches environnementales et énergétiques de la Penn State (diminutif de Pennsylvania State University). D’après leur recherche en effet, un ou deux grains de sel seulement seraient suffisants pour provoquer l’électrolyse nécessaire à la production d’hydrogène pur par des cellules microbiennes issues des eaux usées ou de sous-produits organiques, sans qu’il soit besoin d’utiliser le réseau électrique ou de rejeter du CO2 dans l’atmosphère. Cela conduirait à avoir accès à une source inépuisable d’énergie et replace au premier plan une technologie marine renouvelable trop négligée : l’osmose inverse.

Ceci est l’alerte gratuite
Vous voulez en savoir plus ? Depuis le 2 septembre 2011, pour lire l’article dans sa totalité, vous pouvez vous abonner au Daily News de Mer-Veille.com portail dédié aux énergies renouvelables de la mer.
Pour accéder au document complet, un abonnement est nécessaire.