YALE – (Etats-Unis) – 22/01/2009 – Blog Les énergies de la mer – energiesdelamer.eu – Selon un article (ICI) paru dans la Technology Review du M.I.T. une équipe de l’Université de Yale vient de mettre au point une nouvelle technique de désalinisation d’eau de mer par osmose.

 

L’équipe composé du Professeur Menachem Elimelech et de deux de ses étudiants diplômés, Robert Mc Ginnis et Jeffrey Mc Cutcheon assure que ce système utilise le dixième de l’énergie utilisée par les systèmes osmotiques habituels. Les systèmes de dessalement utilisés dans le monde, (qui peuvent aussi servir à produire de l’électricité) utilisent la technologie de l’osmose inverse, technologie créditée par les spécialistes d’une croissance annuelle de 10% dans un marché de l’eau potable qui double tous les 20 ans au niveau mondial. Cette nouvelle technologie mise au point par l’equipe de Yale a fait dés aujourd’hui l’objet d’une exploitation par le biais d’une start-up associée à l’Université et qui répond au nom d’Oasys Water. Son directeur Aaron Mandell, en insistant sur l’objectif prioritaire de réduction des coûts de production d’eau potable, a présenté la nouvelle technologie sous le nom d’ingénierie osmotique (Engineered osmosis).

 

Contrairement aux systèmes de dessalement classiques par osmose inverse, le système Oasys utilise un gradient de pression osmotique, plutôt que d’utiliser de la chaleur ou de la pression pour forcer l’eau à passer à travers une membrane. L’approche exploite le fait que lorsque deux solutions aqueuses différentes sont séparées par un materiau semi-perméable, le flux a naturellement tendance à se diriger du moins concentré vers le plus concentré. Ce mouvement naturel permet d’économiser l’énergie normalement nécessaire pour conduire artificiellement le processus, mais il peut requérir une deuxième étape de purification. Dans ce cas, Oasys ajoute d’un côté de la membrane une « solution » composée de gaz d’amoniaque et de dioxide de carbone qui purifie définitivement l’eau. Une usine à gaz, serait-on tenté de dire si l’on avait l’ironie facile, mais dans ce cas, cela permettrait de faire baisser les coûts de production de moitié. L’eau dessalinisée par l’osmose inverse revient à l’heure actuelle entre € 0,52 et 0,69 le m3 contre € 0,28 à 0,33 le m3 par le procédé d’ingénierie osmotique, selon Oasys water. Selon l’ONG, International Desalination Association (IDEA) fin de 2007, on comptait plus de 13 080 usines de dessalement dans le monde entier, et seulement 119 aux Etats-Unis. On peut certes estimer que c’est le coût des infrastructures d’osmose inverse qui a inhibé l’adoption de cette technologie de dessalement aux États-Unis, mais il ne faut pas douter que la facilité qu’ont eue jusqu’alors les acteurs locaux et les municipalités de pomper à moindre coût de l’eau dans les rivières de leurs régions, y soient aussi pour quelque chose. Les Etats-Unis ne sont pas les seuls dans ce cas…et cela ne pourra pas durer éternellement.
Article : Francis ROUSSEAU
Docs : Sites Liés. Photos ©Oasys Water