France – 10/10/2022 – energiesdelamer.eu. Eugénie Cazaux soutient sa thèse « La prise en compte des risques côtiers par les marchés fonciers et immobiliers du littoral français métropolitain : ambivalence de la mer et tentatives de régulation publique du « désir de rivage » à l’aube du changement climatique », vendredi 14 octobre prochain à 14h00. Elle a été dirigée par Catherine MEUR-FEREC et co-encadrée par Iwan LE BERRE du LETG Brest.

Résumé de la thèse :

« Malgré un accroissement de l’exposition aux aléas côtiers (submersions marines / érosion côtière) qui tend à s’accroître dans le contexte actuel de changement climatique, et une actualité riche sur ces questions (tempête Xynthia, série de tempêtes de l’hiver 2013-2014, médiatisation accrue des effets prévisibles du changement climatique, etc.), les territoires littoraux français continuent de faire l’objet d’une très forte attractivité résidentielle.

Le « désir de rivage » des acquéreurs participe au maintien très haut, voire à une augmentation, des prix du foncier et de l’immobilier pratiqués sur les espaces côtiers.

Afin de mieux cerner l’« ambivalence » de la mer (aménités* littorales versus « désaménités » de l’exposition aux aléas côtiers), ce travail de thèse vise à questionner l’éventuelle influence des risques côtiers sur les prix du foncier et de l’immobilier. Pour ce faire, il se fonde sur l’étude d’un indicateur crucial : les valeurs foncières et immobilières des biens à vocation résidentielle du littoral français métropolitain.

Cette recherche doctorale s’appuie pour cela sur une démarche exploratoire « mixte », fondée sur une double approche quantitative et qualitative. Une phase quantitative, menée à l’échelle du littoral métropolitain, consiste en l’exploitation statistique de la base de données DV3F* du Cerema, afin de déterminer l’éventuelle influence des risques côtiers sur les valeurs foncières et immobilières (tendances). Une phase qualitative, conduite à l’échelle de trois terrains d’étude de la façade atlantique, repose sur vingt-cinq entretiens semi-directifs avec des professionnels de l’immobilier et des acteurs publics, afin d’apporter un éclairage local, ainsi que des éléments de contextualisation et de compréhension, aux tendances observées à l’échelle nationale.

Les résultats de cette thèse sont finalement discutés à travers le prisme des politiques publiques de gestion des risques côtiers et d’adaptation au changement climatique. Ils proposent un éclairage sur les réflexions actuelles visant à une responsabilisation des acteurs et des territoires, et à une régulation publique des marchés immobiliers exposés aux aléas côtiers. »

Composition du jury du soutenance de la thèse d’Eugénie Cazaux :

Rapporteurs avant soutenance : Philippe DEBOUDT, Professeur des universités en Géographie, Université de Lille, Patrick MOQUAY, Professeur, École nationale supérieure de paysage de Versailles

Examinateurs : Matthieu LEPRINCE, Professeur des universités en Économie, Université de Bretagne Occidentale (UBO), Didier VYE, Maître de conférences en Géographie, La Rochelle Université

Directrice de thèse : Catherine MEUR-FEREC, Professeure des universités en Géographie  et Co-encadrant de thèse : Iwan LE BERRE, Maître de conférences en Géographie, (UBO)

L’adresse pour s’y rendre :

Télé-amphithéâtre du Pôle numérique Brest Iroise (PNBI), 305 avenue Alexis de Rocho à Plouzané (à côté de Brest)

Illustration : Tempête Xynthia – Maison dévastée par la vague (Sainte-Radégonde-des-Noyers, Vendée, 2010) © Terra – A. Bouissou

 

 

POINTS DE REPÈRE

Dans le trimestriel « MerVeille Energie #7 » paru en mai 2022, deux études d’actualité sont publiées : la « Montée des eaux : Menace ou/et opportunité ? peut-elle aussi favoriser le développement de nouvelles sources d’énergies marines :

L’Association Nationale des Elus du Littoral (ANEL), a organisé un webinaire en mars 2022 animé par Jérôme Bignon, ancien sénateur de la Somme, président de la commission environnement de l’ANEL et Anne-Sophie Leclère, déléguée générale. Catherine Meur-Ferec, chercheur-enseignante à l’UBO, Camille André, GIP Littoral Aquitain et Gaëlle Ezan, avocate, y sont intervenus. L’Anel estime que le débat national sur l’adaptation des littoraux à la montée du niveau des eaux est encore devant nous… « En faisant évoluer le cadre juridique applicable, la volonté est d’inciter les territoires littoraux à adapter leur politique d’aménagement à l’érosion et à ses effets (dont notamment le recul du trait de côte), qui se trouvent accélérés dans le contexte du changement climatique. ». Sur l’avis des scientifiques, l’Etat reconnait que l’impact de l’élévation du niveau de la mer sur l’érosion est très difficile à estimer. Charger les communes d’établir des cartographies du recul du trait de côte aux horizons de 30 et 100 ans relève donc de la gageure dans l’état des connaissances actuelles, pages 20 et 21.

Le 28 septembre les Journées d’études de l’ANEL qui se sont déroulées à Grau du Roi, ont à nouveau traité ce thème.

Demande de Valeurs Foncières*De DVF à DV3F – Une base de données CEREMA

L’amélioration du fonctionnement des marchés fonciers et immobiliers en France, la recherche d’une meilleure transparence sur les prix des transactions, nécessite l’accès à des données larges et aussi complète que possible sur les transactions, les biens et les prix.

La Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP) propose gratuitement et en open-data le fichier « Demande de Valeurs Foncières » (DVF) qui recense l’ensemble des mutations foncières à titre onéreux publiées dans les services de la publicité foncière. Pour la rendre plus accessible le Ministère du Logement a missionné le Cerema pour travailler à une structuration de la donnée DVF en y associant des données foncières complémentaires permettant des analyses plus fines.

Ces travaux ont conduit à la constitution de la base de données DV3F ainsi qu’à des outils facilitant son exploitation.

Aménités* : Au sens strict, les aménités sont les éléments naturels de l’espace représentant un attrait pour les habitants, permanents ou temporaires. Le terme d’aménité recouvre le plus souvent les éléments du paysage ou du milieu (climat…), perçus comme « naturels » et exerçant une attractivité touristique ou résidentielle, mais le sens peut être étendu aux aménagements destinés à faciliter l’accès à ces éléments.

energiesdelamer.eu souhaite accélérer son développement et continuer d’offrir à ses abonnés une veille quotidienne internationale de qualité, vérifiée et mise en perspective. C’est la raison pour laquelle, depuis le 15 juin 2022 les articles publiés par le site de presse professionnelle sont devenus payants. Les abonnements aux lettres quotidienne, hebdomadaire et mensuelle sont gratuits et vous permettent de prendre connaissance des titres du jour.


Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.
Les articles publiés par energiesdelamer.eu sur le Cerema sont archivés dans la base de données du BUSINESS DIRECTORY sont accessibles à tous nos lecteurs gratuitement. Le Cerema est membre du Business Directory.


Publicités Google :