France – Lundi 16/11/2020 – energiesdelamer.eu. Scania s’est associé à ENGIE et EVBox pour le développement de solutions de recharge électrique destinées aux camions et aux bus en Europe

ENGIE et sa filiale EVBox Group ont signé un partenariat de 4 ans avec Scania, le constructeur suédois de poids lourds et d’autocars ainsi que de moteurs industriels et marins, dont le groupe Volkswagen AG détient la totalité du capital. L’objectif est d’offrir aux opérateurs de transport de 13 pays européens une solution d’e-mobilité complète et sur-mesure. Cette coopération inédite couvrant les applications pour les camions et les bus apportera une solution d’eMobilité complète aux clients de Scania : des solutions adaptées aux besoins réels de gestion des flottes et des dépôts, des véhicules lourds électrifiés, une infrastructure de charge intelligente, le service et l’entretien, l’approvisionnement en énergie verte, ainsi que le financement.

Pour accompagner ses clients tout au long du processus d’électrification, Scania proposera des véhicules électriques et des solutions de recharge électrique :

–  EVBox Group fournit à Scania des solutions de recharge haute puissance intelligentes et évolutives adaptées aux besoins de ses clients, incluant le matériel et les logiciels.

–  Scania proposera des services sur le terrain et des formations à ses chauffeurs.

–  ENGIE concevra, proposera, installera et assurera la maintenance des solutions de recharge électrique et des services connexes aux clients de Scania dans diverses régions clés.

Le partenariat entre les trois entreprises débutera par des opérations dans 13 pays européens qui seront étendues à d’autres géographies à partir de la fin 2021. ENGIE et EVBox Group travailleront en collaboration avec des partenaires locaux tels que Caverion et Alpiq.

 

Cession de GTT à des fonds de pension ?

Parallèlement, lors de la présentation des résultats, Engie a réévoqué une possible cession de GTT, spécialiste des systèmes de confinement pour le transport maritime et le stockage de gaz liquéfié. Engie a annoncé avoir entamé une « revue stratégique » de sa participation dans GTT, dont il détient 40,4%. Cela pourra se traduire par une vente totale ou partielle de cette participation.

GTT est le numéro un mondial des membranes qui équipent les cuves des navires de transport du gaz naturel liquéfié (GNL), à une température de moins 160 degrés. La part d’Engie dans GTT est valorisée €1,2 milliard au cours de Bourse actuel. Ce désengagement s’inscrit dans le programme de cessions de l’énergéticien qui avait été présenté par Jean-Pierre Clamadieu en juillet dernier. 

Engie a fait ces annonces en parallèle de la publication de ses résultats, en baisse sur neuf mois en raison de la pandémie de Covid-19. Le groupe a toutefois confirmé ses objectifs annuels après un meilleur troisième trimestre. Engie avait déjà annoncé fin juillet de nouvelles orientations stratégiques et avait déclaré réfléchir à l’avenir de ses activités de services, sur un périmètre représentant environ 2/3 de leur chiffre d’affaires, soit 12 à 13 milliards d’euros. Ce découpage a été précisé vendredi. D’autres annonces devraient être communiquées « au cours du premier trimestre 2021 ».

Concernant les résultats, le chiffre d’affaires a reculé de 8,5% à 39,6 milliards d’euros sur la période de neuf mois achevée fin septembre. Le résultat opérationnel courant a chuté pour sa part de 27,9% à 2,8 milliards, plombé par l’activité de solutions clients et de fourniture d’énergie face à la pandémie. L’impact négatif de celle-ci a été estimé à environ 1 milliard d’euros.

Au seul troisième trimestre, le résultat opérationnel courant recule toutefois moins fortement de 14,7% ou progresse même de 2% sur une base organique. « Les performances d’Engie ont démontré une forte reprise au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent », a souligné la directrice financière, Judith Hartmann. « Nous prévoyons d’atteindre nos objectifs financiers en 2020 dans les fourchettes annoncées », a-t-elle ajouté. Le résultat opérationnel courant est ainsi toujours attendu dans une fourchette indicative de 4,2 à 4,4 milliards d’euros.

​POINTS DE REPERE

Le CEREMA organise du 17 au 19 novembre un webinaire en remplacement des 10èmes Assises de Port du Futur.

 

Ne copiez pas l’article, copiez le lien, vous protégez ainsi les droits d’auteur de notre équipe rédactionnelle.