Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

Zurich – Jeudi 16/04/2020 – energiesdelamer.eu. Pexapark organise un webinar à 12h ce jeudi l'impact des prix des énergies renouvelables en Europe qui ont subi un coup dur début mars, se situant entre 15 et 30% sur les marchés clés par rapport aux prix moyens de février. En effet, de nombreux développeurs et investisseurs ont suspendu les AAE, car les conditions du marché rendaient toute transaction financièrement non viable.

 

 

Le prix de l'énergie électrique sur les marchés de gros a chuté, comme ceux du pétrole qui a amené l'OPEP à prendre des mesures pour limiter la production, comme nous l'avions publié lundi dernier. ... En France, les producteurs EnR bénéficient d’une « prime de prix spot négatifs » à partir de 15 ou 20 heures dans le rouge, selon les filières et les contrats de complément de rémunération sur le marché de gros de l’électricité, à condition de ne pas injecter sur le réseau.

 

Est-ce que la situation du Covid-19 est une préfiguration au futur marché de l'électricité ?


Selon les indices de prix et l'analyse de Pexapark, un fournisseur de logiciels et de services de conseil pour les contrats d'achat d'énergie (PPA) d'énergie propre, les prix se sont largement redressés depuis les creux de mars. Bien qu'il s'agisse d'une bonne nouvelle, l'épisode a souligné l'importance de la gestion des risques pour le secteur des énergies renouvelables.

 

 

Les indices des prix de Pexapark montrent que la gravité du choc des prix de Covid-19 dépasse ce qui a été vécu lors des crises précédentes, comme celle autour de la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi en 2011. Selon l’indice composite européen de Pexapark, les prix des énergies renouvelables sont passés de 32,88 € par MWh le 23 mars à 36,36 € par MWh au 9 avril, mais ils restent inférieurs aux niveaux observés à la fin de l’année dernière.

À ce titre, de nombreux développeurs et investisseurs suspendent les AAE, car les conditions du marché rendent toute transaction financièrement non viable.

 

 

En plus de cette chute de prix à court terme, Covid-19 a également entraîné des niveaux de volatilité très élevés sur le marché. Selon l'analyse de Pexapark, la volatilité négociée sur le marché pour les contrats mensuels est proche de 90%, bien au-dessus des niveaux historiquement observés, reflétant l'incertitude sur la fin des fermetures et l'augmentation de la demande d'électricité associée. Cependant, la perturbation du marché ne devrait pas durer longtemps. La volatilité implicite pour le contrat de l'année civile 2021 est d'environ 30%, tandis que le contrat 2022 se négocie à 25% plus modéré.   Malgré cela, Pexapark ne s'attend pas à ce que le pipeline d'APP soit abandonné jusqu'à ce que les prix et la volatilité reviennent à la normale, car cela ferait plus de mal que de bien à long terme. Luca Pedretti, COO de Pexapark, a déclaré: «Le sourcing, la structuration, la tarification, la négociation et enfin la clôture (à long terme) des AAE sont des processus complexes qui demandent du temps. Lorsque les prix remontent, l'industrie ne peut pas se permettre de recommencer ces transactions à partir de zéro.

 

Pour cette raison, la plupart des investisseurs continuent d'avancer et de se préparer, bien qu'à un rythme plus lent que lorsque les prix sont plus élevés

 

«Les AAE peuvent constituer un préalable stratégique pour réussir dans les investissements renouvelables non subventionnés et en particulier en période de volatilité des prix. Pour naviguer avec succès dans la tourmente que nous vivons actuellement, les acteurs des énergies renouvelables devront adopter des techniques de gestion des risques plus robustes utilisées par les sociétés de négoce, telles que le maintien de la capacité de vendre rapidement de grandes positions énergétiques et d'agir de manière flexible sur les mouvements de prix. »         

 

Pexapark organise un webinaire pour explorer la gestion des risques énergétiques pour les énergies renouvelables dans le contexte de la volatilité des marchés de Covid-19, qui se tiendra le jeudi 16 avril à 12h00 CET. Les professionnels des énergies renouvelables souhaitant participer à la discussion sur les stratégies d'atténuation de l'impact de Covid-19 peuvent s'inscrire ici :

Pour lire l'analyse complète de Pexapark, «COVID-19 et les implications pour la tarification et la gestion des risques des énergies renouvelables» (en anglais)

 

 

Source et informations diffusée par Pexapark qui basée à Zurich, et propose d'améliorer les ventes d'énergie renouvelable en facilitant le processus PPA et en offrant aux investisseurs une solution clé en main pour leurs actifs. 

 

 

Points de repère



Fiche pédagogique de l'UFE paru en mai 2017 sur les prix de l'électricité négatifs 

 

Depuis la fin des années 2000, certains marchés de gros de l’électricité européens sont confrontés à des épisodes de prix négatifs. Dans ces situations de marché singulières, ce sont les producteurs qui payent les fournisseurs. Les prix négatifs apparaissent surtout dans des périodes d’abondance de production d’électricité d’origine renouvelable et de faible demande, situations lors desquelles certains moyens de production classiques ne peuvent pas fonctionner en deçà d’un minimum technique.


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/