Logo-EDM

ConnexionInscription

French English German Portuguese Spanish
Traduction Google

Gonglement ballon sonde Article

 

Un ballon en papier de 113 m3 en cours de gonflement dans l'abri tournant de Trappes, en 1898. © Météo-France

 

 
 
France - Lundi 02/04/2018 - energiesdelamer.eu - Cette semaine s'ouvre à Paris le salon de l'Hydrogène... Quel rapprochement peut-on faire avec l'hydrogène et le ballon météo français .... Le 17 mars 2018 a marqué les 120 ans du premier ballon-sonde météo français lancé depuis l'observatoire météorologique de Trappes, en région parisienne. C'est le 17 mars 1898,qu'il emportait, dans un panier d'osier, un « météorographe », destiné à enregistrer la pression et la température en altitude. Aujourd'hui, les radiosondages sont toujours utilisés pour réaliser des mesures en altitude.
 

Léon Teisserenc de Bort, un pionnier de l'exploration de l'atmosphère

On doit cette première à Léon Teisserenc de Bort, fondateur, deux ans plus tôt, d'un observatoire dédié à l'étude de l'atmosphère. Au départ, Teisserenc de Bort s'intéresse plutôt aux sondages par cerfs-volants qui, retenus par leur câble, permettent de faire monter et descendre à volonté les appareils enregistreurs et surtout de les récupérer rapidement. Il décide ensuite d'exploiter  la technique du « ballon explorateur » d'Hermite et Besançon, pour explorer des altitudes plus élevées. Sur les conseils du colonel Renard, inventeur d'un des premiers dirigeables, Teisserenc de Bort fait fabriquer, dans ses ateliers de Trappes, de grands ballons en papier verni. En 1898, 45 ballons sont ainsi lancés dont cinq dépasseront les 11000 m d'altitude. Celui du 8 juin 1898 amène Léon Teisserenc de Bort sur la piste de la stratosphère…dont il formalise la découverte en 1902. 
 

Ballon et météographe

 

Le ballon est fait à la main, monté par collage de fuseaux découpés à plat dans des rouleaux de papier. Une fois assemblé et collé, il est imperméabilisé avec un enduit au pétrole, puis gonflé avec de l'air et mis à sécher, suspendu dans un hangar. Le volume des ballons va de 50 à 200 m3, leur confection prend plusieurs jours. Chaque ballon est ensuite transporté avec précaution jusqu'à l'abri pour y être gonflé avec de l'hydrogène fabriqué sur place, par réaction chimique en versant de l'acide sulfurique sur du zinc ou de la limaille de fer. 
 
 
Le ballon est entouré d'un filet à larges mailles, puis coiffé d'un parachute de 3 à 8 mètres de diamètre. On y accroche un panier qui contient un ou deux enregistreurs, eux aussi fabriqués sur place.
 
 
Le météographe embarqué est constitué d'un « tube de Bourdon », rempli de pétrole, pour mesurer la température, et d'un « tube de Bourdon », vidé d'air, pour mesurer la pression. Les déformations des deux tubes, provoquées par les variations de température et de pression, étaient reportées sur une feuille de zinc noircie à la fumée, enroulée sur un cylindre muni d'un système d'horlogerie qui le faisait tourner sur lui-même en une heure. 
 
Toute l'histoire de cette recherche et développement a été publiée le 16/03/2018 sur le site de Météo-France.
 
Bonne lecture
 
 
 

Points de repère


Les 4 et 5 avril, le Parc Floral de Vincennes accueillera les journées européennes HyVolution, rendez-vous phare de la filière hydrogène en France et en Europe : sur deux jours, près de 800 participants sont attendus.

Organisé par GL Events, en partenariat avec l’AFHYPAC, ces journées proposent un programme riche : plus de soixante intervenants et presque autant d’exposants viendront s’exprimer et présenter les perspectives de la filière.


 
Les traductions anglaise, espagnole et allemande sont générées de manière automatique, la qualité du texte peut être altérée.

Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires. Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Pour plus d'informations sur les cookies, vous pouvez consulter le site de la CNIL à cette adresse :
http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies/